Index des volumes et numéros Courriel de la bibliothèque Site Web de la bibliothèque Page d'accueil Portail Poly
  Numéro 46 , septembre 2007
 
sommaire
Mot du directeur
Trinquons à nos bons coups!
Google Patent Search, encore une nouvelle patente!
Ne perdez pas le fil
Ne perdez pas le fil de la Bibliothèque
Les signes vitaux d'Academic Live
Mais qui donc met la poussière sur les rayons?
Les tiens, les miens, les nôtres
Perspectives 2007-2008 : nous ne chômerons pas!
Les aventures de Taylor, Francis et leurs amis
chroniques
Nouvelles
L'heure du « compte »
Échos de la boîte à suggestions
La Bibliothèque c'est aussi...
Échos de la boîte à suggestions



ligne Bruit et silence

« Je trouve que la partie de la bibliothèque située du côté des ordinateurs est souvent très bruyante. En fait, des gens y parlent constamment. Ce que j'aimais, avant, c'était de pouvoir y venir faire mes travaux nécessitant un ordinateur, dans le calme. Maintenant, plusieurs étudiants y font des travaux à deux, voire à trois. La place, pour cela, ne devrait-elle pas être les locaux du 6e étage? Y aurait-il un moyen d'indiquer que la bibliothèque doit être un endroit calme (même là où sont les ordinateurs)? »

« Lorsque je suis à la bibliothèque, j'aime me trouver une place proche des ordinateurs; de cette façon, je peux les utiliser quand j'en ai besoin. Malheureusement, c'est aussi l'endroit le plus bruyant de la bibliothèque. C'est dû, en partie, au fait que deux grandes tables permettent à des gens de faire des travaux d'équipe de trois, quatre ou même cinq personnes. Vous pouvez donc vous imaginer que le ton monte assez vite. Ces tables sont-elles vraiment nécessaires, compte tenu du fait que des locaux sont déjà à la disposition des équipes? Pourrait-on, à tout le moins, indiquer par des affiches ou par une surveillance que la bibliothèque est un lieu où le calme et le silence doivent prévaloir, même dans le coin des ordinateurs? »

Vous êtes de plus en plus nombreux à nous écrire pour vous plaindre du bruit à la Bibliothèque. Il est donc temps de faire le tour de la question.

Les bibliothèques d'aujourd'hui se veulent à la fois des aires favorisant l'aspect individuel du travail intellectuel (concentration, réflexion, rédaction et lecture de textes, etc.) et des lieux de rencontre conviviaux et animés favorisant l'échange et le foisonnement des idées. Ces deux conceptions sont en apparence contradictoires, mais elles constituent deux manifestations complémentaires d'une même chose : la vie intellectuelle.

Ces deux conceptions font donc également partie de notre objectif de transformer la Bibliothèque en « foyer intellectuel » et, en conséquence, celle-ci comprend des zones « bruyantes » et des zones « silencieuses ».

Dans nos plans, la section où se trouvent les ordinateurs fait partie des zones bruyantes, tout comme la passerelle. Il est donc normal que les gens y discutent et travaillent en groupes.

Par contre, la section nord de la Bibliothèque (après la passerelle) est une zone silencieuse et réservée au travail individuel. Bien sûr, elle ne comprend pas d'ordinateurs, mais il est possible d'emprunter un portable et d'aller y travailler tranquille.

Quant à la zone des ordinateurs, nous prévoyons la réaménager quelque peu. Il n'est pas impossible, par exemple, que nous agrandissions l'espace entre les ordinateurs, ou que nous isolions les banquettes où peuvent se rassembler plusieurs personnes.

Mais le problème majeur expliquant vos nombreuses plaintes est sans doute que vous ne pouvez pas différencier les zones bruyantes des zones silencieuses de la Bibliothèque car, actuellement, il n'y a aucune indication pour les identifier.

Mais cela viendra bientôt car un projet de signalisation fait partie de notre plan de travail pour l'année en cours. Ce projet vous permettra non seulement de mieux vous retrouver dans la Bibliothèque, mais aussi de mieux savoir où sont nos ressources, où se donnent nos services et quel comportement adopter selon l'endroit où vous êtes.

Les zones silencieuses seront – bien sûr – indiquées, et il est à prévoir que des zones tampons les sépareront des zones bruyantes.

 

ligne Chapitres de livres

« J'aimerais avoir accès le plus possible au contenu des livres disponibles à la bibliothèque. Au lieu d'aller sur Google pour trouver de la documentation, on pourrait avoir un Google interne. Le contenu répertorié pourrait se limiter aux titres des chapitres ou des sections. Je suis bien conscient que ceci représente un travail colossal, mais ce serait tellement mieux que de se perdre sur le Web. »

Vous avez raison partout. Il est vrai qu'un « Google » interne permettant de chercher dans les chapitres de nos livres serait un super outil; et il est vrai que d'alimenter cette base de données en décrivant chaque chapitre de tous les livres disponibles à la Bibliothèque serait un travail si gigantesque que nous n'osons même pas l'envisager!

Sachez quand même que notre catalogue vous permet de chercher dans les tables des matières d'une bonne partie de nos livres. Ainsi, nous avons ajouté dans nos notices les titres des chapitres de presque tous les livres acquis depuis l'an 2000 et d'une grande partie de ceux acquis dans la décennie 1990.

Ces titres de chapitres sont repérables par mots-clés dans un index qui leur est propre. Cela veut dire que si vous cherchez le terme « capteurs » dans cet index table des matières, vous allez repérer tous les livres qui ont ce terme dans le titre d'au moins un chapitre.

Ce n'est pas encore ce que vous dites, car les titres de chapitres ne sont pas accessibles à partir d'une recherche auteur ou sujet, ou encore en plein texte, à la Google.

Mais s'il n'est certainement pas question de rédiger des notices complètes pour chacun des chapitres de nos livres, pourquoi ne pas regarder la possibilité que des usagers nous signalent certains de ces chapitres jugés assez importants pour qu'ils figurent dans notre catalogue?

En fait, votre commentaire est plus d'actualité que vous pouvez le croire. La Bibliothèque a récemment créé un groupe de travail appelé « Se réinventer », qui met sur la table tout ce qui concerne notre catalogue, incluant le niveau de précision avec lequel nous décrivons nos ressources.

Car, au fond, il s'agirait bien de tout « réinventer ». Les catalogues de bibliothèques ressemblent de plus en plus à des dinosaures devant la simplicité et les possibilités de Google. Par contre, Google est tellement vaste qu'il donne le vertige!

 

ligne 554 commentaires d'un coup

Le récent sondage LibQUAL+TM sur la qualité des services offerts par la Bibliothèque nous a fourni 554 commentaires écrits par vous. À partir du prochain numéro de l'Infotech, nous allons commencer à vous répondre…

Nous allons regrouper les remarques par thèmes et, à chaque numéro, nous choisirons l'un d'entre eux pour alimenter la chronique des « Échos ».

Mais cela ne veut pas dire que vous ne devez plus nous faire de suggestions. Bien au contraire! Nous allons continuer de donner priorité à vos envois, et ferons des commentaires LibQUAL+ TM une sorte de « réserve inépuisable ».

Alors, de grâce, ne vous taisez pas, car s'il y a une zone qui se veut bruyante dans la Bibliothèque, c'est bien celle de la boîte à suggestions!

André Maltais

Issn

Droits d'auteur : cet article est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

Valid XHTML 1.0!



© École Polytechnique de Montréal              Modifié le: 09-02-2011