index des volumes et numéros courriel de la bibliothèque Site Web de la bibliothèque Page d'accueil Portail Poly
  Numéro 42 , mai 2005
 
sommaire
Mot du directeur
On l'a vue!
Nouveaux abonnements
À bas les frais de PEB!
Chronique juridique!
Grand ménage dans les collections
Ayoye! Mon livre est en commande!
Géologie : comme la prunelle de nos yeux!
La recherche sujet : on remonte dans le temps
Les capacités d'analyse de Web of Science au banc d'essai
Le catalogue traité au « Clearasil »!
La Bibliothèque et le projet de formation du baccalauréat
Si j'avais su...
chroniques
Nouvelles
Échos de la boîte à suggestions
La bibliothèque c'est aussi...
La Bibliothèque et le projet de formation du baccalauréat

Vision de la participation potentielle de la Bibliothèque dans le cadre de ce projet. Voir aussi: Des habiletés nouvelles.

Le projet de formation est pour nous l'occasion de rappeler aux équipes pédagogiques et au comité d'implantation que la Bibliothèque tient à ce que chaque étudiant développe les compétences informationnelles dont il a besoin dans la société du savoir : tant pendant qu'après ses études.

Ces compétences (ACRL2004) (définir son sujet, accéder efficacement à l'information, l'évaluer, l'intégrer dans ses travaux et se tenir à jour dans son domaine) sont au carrefour des compétences d'étude et des habiletés personnelles : leur maîtrise mène à une meilleure qualité des travaux. Elles s'avèrent aussi essentielles pour aborder des situations pédagogiques telles que les projets intégrateurs, le design et les problèmes ouverts. Ces situations se rapprochent davantage des cas vécus en milieu de travail, où les problèmes n'ont pas toujours une réponse claire et nette, ou encore toute faite.

Par ailleurs, nous avons relevé que des plans de compétences professionnelles reconnus et cités par des équipes pédagogiques dans leur projet de formation, en génie mécanique ( CDIO , point 2.2.2) et en génie chimique (5.5, 6.5) entre autres, mentionnent les compétences informationnelles sous une forme ou sous une autre : découverte des connaissances, maîtrise de l'information et des outils de recherche d'information, développement de l'esprit critique, etc.

Notons enfin que sans la collaboration des professeurs, inutile de penser à intégrer ces compétences. Les étudiants ne sont pas assez motivés pour en saisir l'importance. Ils ne savent pas qu'ils ne savent pas, comme le démontre le diagnostic de la CREPUQ (CREPUQ 2003) sur les compétences informationnelles des étudiants de première année.

C'est bien beau, mais dans la pratique, comment  faire?

Voici quelques approches possibles :

Avec les professeurs, déterminer ce qui doit être connu et fixer des objectifs progressifs sur quatre ans. La bibliothèque propose en conséquence des modules (ex : sur les brevets ) qui sont intégrés en juste à temps lorsque les étudiants en ont besoin. Tous les génies n'ont pas nécessairement besoin des mêmes contenus aux mêmes niveaux. L'enseignement et l'évaluation se font en partenariat, soit professeur, soit bibliothécaire, soit les deux, selon les modules.
Après avoir convenu d'un plan de compétences, le personnel de la Bibliothèque forme les formateurs (chargés de cours, professeurs, auxiliaires d'enseignements), qui peuvent par la suite intégrer ces notions dans les cours. Cela a pour avantage que ces compétences sont présentées et évaluées par un professeur, souvent plus influent qu'une personne de l'extérieur. Les objectifs d'apprentissage, les travaux (University of Arizona 2002) et les rubriques d'évaluation (Rockman 2002) reflètent l'acquisition des compétences.
  • Formation par les pairs
Cette approche est illustrée par le projet pilote « Einstein's protégés » de l'Université d'Arizona (University of Arizona 2004). En première année, les étudiants s'inscrivent sur une base volontaire à des groupes d'étude. Les leaders de ces groupes sont d'autres étudiants qui reçoivent en parallèle une formation créditée sur les habiletés d'étude, de travail en équipe et les compétences informationnelles ( information literacy ). Ces étudiants retournent ensuite animer des formations sur ces sujets dans leur groupe d'étude, en plus d'offrir des heures de consultation. On fait alors d'une pierre deux coups en matière d'encadrement, en mettant les étudiants en contact avec leurs pairs (il est plus facile d'approcher son semblable en première année) et en favorisant un meilleur apprentissage du métier d'étudiant et des habiletés requises pour «survivre» en milieu universitaire.

Comme on le constate, il y a plusieurs possibilités et nous sommes prêts à les explorer avec les équipes pédagogiques.

La coopération a bien meilleur goût, principalement pour assurer des services de qualité, surtout pour les étudiants qui seront les premiers à en bénéficier.

Marie-Hélène Dupuis

Bibliographie

 

 

Valid XHTML 1.0!

 



Cet article est diffusé par la Bibliothèque de l'École Polytechnique de Montréal.

Issn  


© École Polytechnique de Montréal              Modifié le: 09-02-2011