Carrefour de l'actualité

Génie lunaire : création de l’unité de recherche Astrolith à Polytechnique Montréal

24 janvier 2024 - Source : NOUVELLES

Polytechnique Montréal établit une unité de recherche en génie des ressources et des infrastructures spatiales, la première à être consacrée au développement du génie lunaire au Canada.

Logo de l'unité de recherche Astrolith à Polytechnique Montréal

 

Astrolith, qui regroupe des expertes et des experts issus des sept départements de Polytechnique, se donne pour mission de contribuer au développement de technologies de pointe et à la formation des ingénieures et des ingénieurs de demain pour assurer la présence du Canada dans l’espace et sur la Lune. Cette unité de recherche vise aussi à répondre à des besoins critiques de notre planète dans le contexte des changements climatiques, de la gestion des ressources et du développement durable.

La création d’Astrolith s’inscrit dans la stratégie spatiale du Canada, qui vise à renforcer le leadership et l’innovation du pays dans le secteur spatial, et s’appuie sur la Stratégie canadienne sur les minéraux critiques et le Plan d’action canadien des petits réacteurs modulaires (PRM). Ses travaux de recherche viseront notamment à soutenir les ambitions du Canada et de son agence spatiale à faire avancer les connaissances liées à l’exploration de la Lune et de l’espace cislunaire – entre la Terre et la Lune – pour propulser le Canada parmi les leaders mondiaux des industries lunaire et spatiale et envisager des projets d’envergure avec des partenaires internationaux.


De la Lune à la Terre

Les activités d’Astrolith s’articulent autour de trois objectifs principaux. Outre le développement de technologies de pointe pour les infrastructures et l’exploitation des ressources cislunaires et spatiales, le regroupement se penche sur les volets économiques et environnementaux des technologies spatiales et veille à mobiliser des connaissances dans le domaine spatial, notamment en formant du personnel hautement qualifié lors d'études aux cycles supérieurs.

Astrolith, dont la devise en latin est Ad Lunam pro Terra (« Vers la Lune pour la Terre »), se fait un devoir de développer des technologies qui auront un impact direct sur notre planète, par exemple pour faciliter le développement d’infrastructures en territoire nordique ou contribuer à la transition énergétique. D'ailleurs, les membres fondateurs de cette unité de recherche développent déjà des technologies dans différentes sphères du monde spatial et des milieux extrêmes, que ce soit par la conception d’habitats et des infrastructures résilientes dans les régions éloignées, le déploiement de technologies de communication cislunaire ou la mise au point de systèmes robotiques avancés pour la prospection et l’exploitation des ressources minières. Leur travail est bonifié par l’implication de spécialistes en analyse du cycle de vie et en développement de politiques liées aux activités spatiales.

Giovanni Beltrame, professeur titulaire au Département de génie informatique et génie logiciel et cofondateur d’Astrolith, a été élu par le comité exécutif d’Astrolith pour diriger le groupe pour un mandat de deux ans. Cet ancien ingénieur en microélectronique de l'Agence spatiale européenne (ESA) ouvre avec enthousiasme ce nouveau chapitre de l’histoire de Polytechnique Montréal.

« Polytechnique profite d’un bassin impressionnant d’expertes et d’experts dans des champs de recherche complémentaires, souligne le professeur Beltrame. En regroupant ces personnes autour de projets liés au génie spatial et lunaire, on crée un levier impressionnant pour stimuler la recherche et développer des technologies pérennes au Canada. Avec elles, le ciel ne représente plus une limite : c’est plutôt là où tout commence. »

Pooneh Maghoul, professeure agrégée au Département des génies civil, géologique et des mines et cofondatrice d’Astrolith, souligne que le moment est particulièrement propice à la création de cette unité de recherche.

« Une toute nouvelle industrie est en train de prendre forme au Canada dans le sillage du programme Artemis de la NASA, indique la professeure Maghoul. Polytechnique Montréal est déjà au-devant pour appuyer sa création et s’établir comme un partenaire de choix pour mener des projets liés à l’exploration de la Lune et de la région cislunaire. »

Les membres fondatrices et fondateurs d’Astrolith sont :
 

Département de génie chimique

Daria Camilla Boffito, professeure titulaire
Richard Boudreault, professeur associé
Jason Robert Tavares, professeur titulaire

Expertises : Technologies de pointe pour le traitement des matériaux avancés exploitables sur la Lune en utilisant les ressources in situ, petits réacteurs modulaires (PRM)

Département des génies civil, géologique et des mines

Najib Bouaanani, professeur titulaire
Pooneh Maghoul, professeure agrégée

Expertises : Géotechnique lunaire, architecture et conception des habitats et des infrastructures d’énergie résilients, géophysique, géomécanique, système de forage automatisé, prospection des ressources, PRM

Département de Génie électrique

Elham Baladi, professeure adjointe
Gunes Karabulut Kurt, professeure agrégée

Expertise : Technologie de surveillance et de communication cislunaire

Département de Génie informatique et génie logiciel

Giovanni Beltrame, professeur titulaire
Foutse Khomh, professeur titulaire

Expertises : Systèmes robotiques avancés pour l’exploration lunaire, intelligence artificielle

DÉpartement de Génie mécanique

Sampada Bodkhe, professeure adjointe
Daniel Therriault, professeur titulaire
Frédérick Gosselin, professeur titulaire
Louis Laberge Lebel, professeur titulaire
David Mélançon, professeur adjoint

Expertises : Industrie 4.0, matériaux avancés, matériaux composites, fabrication additive

Département de Génie physique

Yves-Alain Peter, professeur titulaire
Guy Marleau, professeur associé

Expertises : Instrumentation et mesures, conception et fonctionnement des réacteurs modulaires nucléaires

Département de Mathématiques et de génie industriel

Nathalie de Marcellis-Warin, professeure titulaire
Michel Gamache, professeur titulaire

Expertises : Économie et environnement, mine intelligente



Membres fondatrices et fondateurs de l'unité de recherche Astrolith à Polytechnique Montréal. (Photo : Donald Robitaille)
Première rangée : Daria Camilla Boffito; Sampada Bodkhe; Pooneh Maghoul, Richard Boudreault; Elham Baladi. Deuxième rangée : Foutse Khomh; Jason Robert Tavares; Daniel Therriault; David Mélançon; Michel Gamache. Troisième rangée : Gunes Karabulut Kurt; Yves Alain Peter; Giovanni Beltrame; Nathalie de Marcellis-Warin; Louis Laberge Lebel. (Photo : Donald Robitaille)


L’équipe actuelle s’appuie aussi sur l’expertise de membres externes, soit Marie-Josée Potvin, de l’Agence spatiale canadienne, Gilles F. Leclerc, de Canadensys Aerospace, Robert C. Anderson, du NASA Jet Propulsion Laboratory (JPL), Myriam Lemelin, de la Chaire de recherche du Canada en télédétection de la géologie nordique et spatiale de l’Université de Sherbrooke, Roberto de Moraes, d’AECOM, et Cameron S. Dickinson, de MDA.

 

En savoir plus

Fiche d'expertise de la professeure Elham Baladi
Fiche d'expertise de la professeure Sampada Bodkhe
Fiche d'expertise de la professeure Daria Camilla Boffito
Fiche d'expertise du professeur Najib Bouaanani
Fiche d'expertise du professeur Giovanni Beltrame 
Fiche d'expertise du professeur Michel Gamache
Fiche d'expertise du professeur Frédérick Gosselin
Fiche d'expertise de la professeure Gunes Karabulut Kurt
Fiche d'expertise du professeur Foutse Khomh
Fiche d'expertise du professeur Louis Laberge Lebel
Fiche d'expertise de la professeure Nathalie de Marcellis-Warin
Fiche d'expertise de la professeure Pooneh Maghoul
Fiche d'expertise du professeur Guy Marleau
Fiche d'expertise du professeur David Mélançon
Fiche d'expertise du professeur Yves-Alain Peter
Fiche d'expertise du professeur Jason Robert Tavares
Fiche d'expertise du professeur Daniel Therriault

À lire aussi

25 mars 2024
Magazine Poly

Au clair de la Lune, transmettre l’énergie

18 octobre 2022
NOUVELLES

La professeure Pooneh Maghoul reconnue par la Société canadienne de géotechnique