index des volumes et numéros courriel de la bibliothèque Site Web de la bibliothèque Page d'accueil Portail Poly
  Numéro 44 , octobre 2006
 
sommaire
Mot du directeur
Mesures de compression budgétaire
Austérité, quand tu nous guettes
Perspectives de travail 2006-2007
Pirate malgré vous?
Poly a du style : suivez le guide (prise 2)!
Des craques dans le béton aux sacs à main !
Entrevue avec Joël Bédard
Entrevue avec François Busque
Histoire d'une petite boîte
Poussée de croissance au PEB
chroniques
Nouvelles
Échos de la boîte à suggestions
La Bibliothèque c'est aussi...
Austérité, quand tu nous guettes

La compression budgétaire se répercutera au niveau du budget de la documentation. Cet article permet d'acquérir une compréhension plus globale de la problématique.

La Bibliothèque doit absorber cette année des hausses de coûts représentant 3,24 % de son budget en plus de la compression de 5 % demandée par l'École. Ces hausses proviennent essentiellement de l'inflation de la documentation, de l'augmentation du nombre de systèmes informatisés et des coûts d'entretien qui s'y rattachent, de même que des frais d'une croissance de la demande en ce qui concerne la fourniture de documents.

Notre cible de réduction de dépenses s'élève donc à 260 000 $. Elle se décortique comme suit : 179 000 $ (compression de 5 %), 60 000 $ (inflation prévue pour la documentation) et 21 000 $ (fourniture de documents).

Notre marge de manoeuvre se situe du côté du budget alloué aux autres dépenses. La figure ci-dessous présente la ventilation de ce budget. La collection, en étant le principal poste de dépense, sera particulièrement mise à contribution. Cet appauvrissement de la collection est d'autant regrettable que la communauté polytechnicienne est particulièrement friande d'information scientifique et technique, comme le démontrait avec beaucoup d'éloquence l'article « Poly : la plus électronique au Québec » du dernier numéro d'Infotech.

figure

Figure 1- Répartition du budget des autres dépenses

Cette compression remet également en cause notre mode de fonctionnement. La Bibliothèque possède une collection locale dont elle assume entièrement les coûts. Pour la compléter, nous utilisons deux services de fourniture de documents, le prêt entre bibliothèques et Source de l'ICIST. Depuis mars 2005, nous assumions également les frais de ces deux services afin de desservir le plus équitablement possible les diverses clientèles (c.-à-d. la gratuité, peu importe le mode de fourniture) et ce, au meilleur coût possible pour l'École. Nous sommes dans l'obligation de revoir ce modèle.

Cela dit, je demeure optimiste. Je sais que la communauté utilise abondamment les ressources documentaires à sa disposition. J'ai donc confiance que l'École réinvestira dans sa Bibliothèque dès qu'elle en aura les moyens. Je sais également que la Bibliothèque est performante sur le plan budgétaire puisqu'elle s'en sort avec un budget moindre que celui des autres bibliothèques universitaires québécoises. Ainsi, la proportion des dépenses totales de la Bibliothèque s'élevait à 2,57 % de celles de l'École en 2004-2005. La moyenne québécoise était alors de 3,55 %, ce qui correspond à un écart de 1 301 829 $

En terminant, je vous invite à lire l'article « Mesures de compression budgétaire » qui détaille les mesures retenues pour respecter notre enveloppe budgétaire réduite.

Richard Dumont

 

Valid XHTML 1.0!

 



Cet article est diffusé par la Bibliothèque de l'École Polytechnique de Montréal.

Issn  


© École Polytechnique de Montréal              Modifié le: 09-02-2011