Équité, diversité, inclusion (EDI)

Autochtones

Les Premiers Peuples

Le terme « Autochtone » désigne les Premiers Peuples du territoire connu aujourd’hui sous le nom de Canada, c’est à dire les :

  • Inuit
  • Métis
  • Premières Nations

Au Québec, on compte 11 nations : Abénaki, Anishinabeg, Atikamekw, Eeyou, Innu, Inuit, Kanien’kehá:ka, Mig’mak, Naskapi, Wendat et Wolastoqiyik.

Ces différents peuples autochtones ont leurs propres histoires ainsi que leurs propres langues, pratiques culturelles et systèmes de valeurs et de connaissances.

L’inclusion des Autochtones en génie

Par le passé, les modes de connaissance et d’existence autochtones ont été ignorés dans le milieu universitaire, notamment dans les facultés de sciences, technologie, ingénierie et mathématiques (STIM).

Toutefois, le respect et l’intégration de ces perspectives sont essentiels pour créer un environnement dans lequel les Autochtones sont susceptibles d’être inclus(e)s, d’acquérir de l’assurance et d’être investi(e)s du pouvoir de changer les choses.

Les peuples autochtones sont ceux qui connaissent le mieux leurs propres besoins. Les non-Autochtones, en tant qu’allié(e)s, ont la responsabilité d’écouter ainsi que de soutenir les efforts et la promotion des communautés autochtones.

Source : Ingénieurs Canada (2020), L’inclusion des Autochtones en génie

Vérité et réconciliation

Dans le milieu du génie, la réconciliation passe par des initiatives visant à s’attaquer à la sous-représentation des Autochtones au sein de la profession, qui est de 0,73 % selon le rapport d’Ingénieurs Canada intitulé Rapport sur la vérité et la réconciliation dans la formation en génie.

Pour améliorer les taux d’inscription, d’obtention de diplômes et de rétention des Autochtones tout au long du parcours en génie, il reste beaucoup à faire, tant au sein de la profession que dans les programmes postsecondaires en génie.

Apprenez-en plus sur la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation

« Je rêve de voir de plus en plus de jeunes autochtones en STIM faire des recherches importantes, tout en décolonisant le milieu académique et les institutions occidentales. »

 

Brielle Chanae Thorsen, récipiendaire de la bourse de l'Ordre de la rose blanche, 2020
Lisez l’article sur Brielle Chanae Thorsen, lauréate de la bourse de l'Ordre de la rose blanche

Ressources et liens utiles

 

Reconnaissance territoriale

Polytechnique Montréal étant située sur le campus de l’Université de Montréal, nous adhérons au texte qu’elle affiche au lien suivant :
https://www.umontreal.ca/premierspeuples/reconnaissance/