Index des volumes et numéros Courriel de la bibliothèque Site Web de la bibliothèque Page d'accueil Portail Poly
  Numéro 46 , septembre 2007
 
sommaire
Mot du directeur
Trinquons à nos bons coups!
Google Patent Search, encore une nouvelle patente!
Ne perdez pas le fil
Ne perdez pas le fil de la Bibliothèque
Les signes vitaux d'Academic Live
Mais qui donc met la poussière sur les rayons?
Les tiens, les miens, les nôtres
Perspectives 2007-2008 : nous ne chômerons pas!
Les aventures de Taylor, Francis et leurs amis
chroniques
Nouvelles
L'heure du « compte »
Échos de la boîte à suggestions
La Bibliothèque c'est aussi...
Les signes vitaux d'Academic Live

Analyse et comparaison de ce moteur de recherche dont la fonction est d'indexer les publications savantes disponibles sur le Web.

Comme promis dans un article sur Google Scholar publié dans le précédent numéro d'Infotech, nous vous proposons maintenant une brève présentation d'Academic Live Search. Ce produit, qui vise à indexer les publications savantes disponibles sur le Web, fait partie de la suite de moteurs de recherche Web gratuits Windows Live Search  que nous offre Microsoft. Si vous ne saviez pas que Microsoft avait développé des moteurs de recherche, vous n'êtes pas les seuls. En effet, selon une étude récente[1] 78 % des recherches au Québec sont effectuées avec Google, contre seulement 12 % avec Microsoft Live. Selon la même source, aux États-Unis, cette part de marché serait aussi de 12,5 %. Microsoft chercherait présentement à modifier cette tendance en faisant de Live Search le moteur par défaut de son nouveau système d'exploitation, Vista. Mais le géant a affaire à forte concurrence, du moins dans ce domaine!

Si Microsoft Academic Live Search imite Google Scholar en ce qui concerne ses objectifs et le public visé, il n'en va pas de même pour le développement du contenu de la banque « sous le capot ».

Plutôt que de parcourir le Web à la recherche de références universitaires et savantes, Academic Live a pris des ententes directement avec des éditeurs scientifiques, tel Elsevier, qui l'alimentent en contenu et lui permettent d'indexer le texte intégral de leurs publications. Cette façon de procéder limite toutefois le contenu aux sciences et à la technologie, surtout à ce qui se rapproche de la physique, du génie électrique et de l'informatique. En consultant le blogue de Live Search, on ne voit qu'une seule annonce d'extension de la couverture, qui date de l'automne 2006 et qui concerne le domaine biomédical (par le versement de MedLine, entre autres). Au contraire de Google Scholar qui maintient un « flou artistique » sur ses sources, Microsoft Academic Live publie la liste des éditeurs qui contribuent à son contenu dans l'aide en ligne.

Qu'en est-il de l'interface de recherche? Notons d'abord qu'en arrivant sur le site, on se surprend à découvrir une interface en français. Microsoft détecte en effet ce paramètre d'Internet Explorer et propose donc l'accueil dans la langue du propriétaire de l'ordinateur.

La figure 1 reproduit la boîte de recherche dans toute sa simplicité. Si l'on consulte l'aide en ligne, on y apprend que les opérateurs booléens sont admis, le and étant appliqué par défaut entre les mots-clés.

Comme l'indique la figure 2, les résultats se présentent sous forme de liste déroulante continue, que l'on peut trier selon plusieurs critères (pertinence – date – auteur – revue). On relève toutefois que le tri par date semble ignorer certaines notices. C'est ainsi que la recherche « electrical tomography » donne 138 résultats par ordre d'auteur, mais seulement 112 par ordre de date.

L'écran est divisé en deux. Lorsqu'on passe sur une notice, un format détaillé comprenant le résumé s'affiche dans la portion de droite. Cependant, Academic Live s'en étant remis au bon vouloir des éditeurs, les résumés ne sont pas toujours disponibles. Il est possible de relancer une recherche sur les auteurs, dont les noms sont tous cliquables. Enfin, la mention « version publiée » que l'on remarque dans la notice permet de distinguer les références des documents de prépublication ou des manuscrits également disponibles sur le Web.

La Bibliothèque de Polytechnique a activé des liens vers sa technologie OpenURL, ce qui permet de localiser les documents (Document@PolyMtl). Elle offre également une option d'exportation vers des logiciels bibliographiques.

Quant aux résultats de recherche proprement dits, nous avons effectué des tests (non scientifiques!) en comparant avec Google Scholar. À première vue, la quantité ne semble pas au rendez-vous. L'actualisation du contenu est aussi à considérer car le nombre de résultats est le même ou inférieur dans Academic Live lors d'une reprise du test, quatre mois plus tard, alors qu'il est en progression chez Google Scholar. Toutefois, si on recherche un article très récent publié chez Elsevier, Academic Live le signale plus systématiquement, ayant accès à l'éditeur, alors que Google doit attendre un signalement sur le Web en général pour l'indexer.

 

Terme(s)

Academic Live

Google Scholar (articles récents, 2002 et plus)

 

Mai 2007

Septembre 2007

Mai 2007

Septembre 2007

« electrical tomography »

138

122

435

533

Nanoparticles

35349

30 860

44 900

66 200

« relativity theory »

1519

1 519

3840

4080

« C Caloz »

159

159

492

541

 

Enfin, il faut noter que la recherche par auteur « cliquable » présente un bogue dans Academic Live : en cliquant sur l'auteur en hyperlien « C. Caloz », la recherche automatique a introduit des caractères supplémentaires  (author:carréCalozcarréC), pour un résultat nul.

En résumé, nous sommes d'accord avec les conclusions de Peter Jacso[2], bibliothécaire et critique éclairé des ressources électroniques : en dépit des moyens importants dont dispose Microsoft et de l'approche systématique adoptée pour alimenter cet outil, c'est « trop peu, trop tard ». D'autant plus que de nouveaux joueurs continuent de se présenter sur le terrain : Scitopia, un autre moteur de recherche de contenu scientifique qui met en commun les contenus d'archives de plusieurs sociétés savantes, a été lancé cet été. Comme on le voit, la situation est en constante évolution. Nous souhaitons bonne chance aux coureurs, mais nous ignorons combien parmi eux parviendront vivants (ou à tout le moins en forme) au fil d'arrivée de l'accès universel aux publications savantes sur le Web!

Marie-Hélène Dupuis

[1] Mastodonte Communications, "Comment les Québécois cherchent-ils sur le Web?, " Skooiz Montréal, 2007. [En ligne]. Disponible : http://documents.skooiz.com/comment-les-quebecois-cherchent-ils-sur-le-web.pdf. [Consulté le 17 juin 2006].
[2] P. Jacso, "Windows Live Academic ," Peter's digital reference shelf . [En ligne]. Disponible : http://www2.hawaii.edu/~jacso/gale.htm. [Consulté le 17 juin 2007].

Issn

Droits d'auteur : cet article est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

Valid XHTML 1.0!



© École Polytechnique de Montréal              Modifié le: 09-02-2011