Vie étudiante

2017-2018

 

Simon Amiot

Simon Amiot

Dès sa première année à Polytechnique, Simon s’est découvert une passion pour le traitement des eaux. Il a su bien profiter de son parcours en génie civil pour acquérir un maximum d’expérience dans ce domaine. En effet, en plus d’un stage comme technicien en géotechnique, Simon a effectué deux stages de recherche au Laboratoire de traitement des eaux usées et continue maintenant ses travaux à la maîtrise. Il travaille sur la conception et la modélisation d'un procédé de traitement des eaux usées municipales à partir de plantations filtrantes de saules arbustifs. Ce procédé permet de traiter, à faible coût, les eaux usées tout en récupérant les déchets, dont l’azote et le phosphore, pour faire croître les plantes.

Parallèlement, Simon a mis à profit son expérience comme secrétaire général de la Fédération étudiante universitaire du Québec pour aider l’Association des étudiants de Polytechnique (AEP). Il a été président du Conseil administratif de l’AEP pendant trois ans, durant lesquels il a animé les séances, en plus de s’occuper personnellement de la formation d’une trentaine de nouveaux membres chaque année. Il a également été président du comité des étudiants en génie civil et il est le représentant étudiant au Conseil administratif de Polytechnique. Très engagé dans sa communauté, Simon est aussi un bénévole régulier dans les activités organisées à Polytechnique.

 

Viviane Aubin

Viviane Aubin

Ouverte sur le monde et passionnée par l’énergie, Viviane a mené la voiture solaire du Projet Esteban à deux podiums durant son parcours à Polytechnique Montréal.

Finissante en génie mécanique, elle s’est impliquée dans la société technique Projet Esteban dès son arrivée à Polytechnique. Elle a travaillé sur la conception mécanique et la fabrication de la voiture, en plus d’avoir joué le rôle de pilote au Formula Sun Grand Prix au terme de sa première année. Durant sa deuxième année, elle a poursuivi son implication auprès de cette société technique à la fois sur le volet technique en participant à la planification de la nouvelle voiture ainsi que sur le plan logistique à titre de directrice des finances et des communications. Elle a d’autant plus participé au American Solar Challenge. Forte en ingéniosité, elle a participé à la compétition québécoise d’ingénierie, lors de laquelle elle a obtenu la 5e place pour le volet conception junior en 2016 et la 3e position en communication scientifique en 2018. De plus, Viviane a contribué à différents projets de recherche durant son parcours, notamment en matériaux composites pour le domaine de l’aérospatial et en dynamique des fluides.

En été 2015, Viviane a été bénévole pendant dix semaines dans une communauté bolivienne peu développée. Afin de perfectionner son espagnol, elle a fait un échange étudiant à Madrid en 2017. Cette année, elle fait partie de l’équipe logistique de Poly-Monde qui organise une mission industrielle en Inde. Elle s’implique également comme animatrice pour les Scientifines, un organisme ayant pour mission de promouvoir les sciences et la technologie auprès des jeunes filles. L’an prochain, elle prévoit continuer ses études à Polytechnique Montréal en effectuant une maitrise en génie énergétique.  

 

Philippe Bélanger

Philippe Bélanger

Philippe se démarque tant sur le plan de ses réalisations scientifiques que du point de vue de ses habiletés sportives.

Finissant en génie physique, il s’est engagé comme stagiaire pour le laboratoire des fibres optiques dès son premier été – un stage qui lui a valu son premier article scientifique. En deuxième année, il a fait partie de l’équipe Payload de la société technique Oronos, en plus de s’impliquer de façon ponctuelle au sein de la société technique eRacing afin d’aider à la conception d’un fusible créé sur mesure pour la batterie de la voiture électrique. Durant son parcours, il a effectué un stage chez MDA, une entreprise qui fabrique des charges utiles de satellites, en plus d’un stage à l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) à Genève durant lequel il a pu réaliser des expériences dans l’accélérateur afin d’identifier des macroparticules nuisant aux expériences sur la physique des particules. Ses résultats ont suscité l’intérêt de trois différents groupes de travail du CERN. Il prévoit poursuivre ses études en physique à l’Université de la Colombie-Britannique où il pourra continuer de collaborer avec le CERN. Avec des amis, il a également fondé RamanPi, une association ayant pour but de fabriquer un spectromètre Raman à faible coût afin de mener des activités éducatives en milieu scolaire.

Parallèlement à ses réalisations techniques, il a aidé à relancer le comité étudiant PolyVoile et a participé à une compétition interuniversitaire de voile en France. D’autant plus, il a été membre du club de Volleyball AAA Celtique de la ville de Montréal avec lequel il a compétitionné pendant deux ans. Cette année, il représente les étudiants de quatrième année au sein du Comité d’étudiants en génie physique.

 

Anne-Laurie Bélec

Anne-Laurie Bélec

Soucieuse de son impact sur la société, Anne-Laurie est passionnée par les énergies renouvelables et le développement durable.

Finissante en génie industriel, Anne-Laurie a fait son premier stage chez Air Canada. Cette entreprise lui a d’ailleurs octroyé une bourse pour l’intérêt et l’expérience dans le domaine du développement durable. Cette expérience fut suivie de deux stages dans le domaine des énergies renouvelables chez Énergir et Kruger. Au sein d’Énergir, elle a participé à l’élaboration d'une proposition d’exportation d'énergie vers le marché américain, pour la portion de l’énergie éolienne. Ce projet a constitué l’une des plus importantes propositions d'exportation de l’histoire d’Hydro-Québec. Chez Kruger, elle a contribué à la proposition d’un projet éolien aux Îles-de-la-Madeleine. Durant son parcours à Polytechnique, elle a également participé à plusieurs compétitions et mandats de gestion.  En 2017, elle a obtenu la 2e place à la compétition d’étude de cas de l’Institute of Industrial and Systems Engineers. Elle a également participé à un mandat de consultation chez Bone Structure et au concours KGP en gestion de projets. En plus de participer à un mandat de consultation, elle a été gestionnaire de projets et vice-présidente carrière au sein du Comité de consultation en gestion de Polytechnique.

 

Carlos Raul Campos Alcocer

Carlos Raul Campos Alcocer

Penser à Léonard de Vinci, c’est se remémorer un inventeur aux projets un peu fous mais géniaux, qui était au service de la société.

Carlos laisse libre cours à sa créativité en utilisant ses compétences en ingénierie pour mener des projets d’envergure avec un impact sociétal potentiellement important. Il a, par exemple, réalisé une imprimante en Braille, de type open source et en libre accès pour le plus grand nombre, qu’il a nommé OpenBraille. De plus, Carlos a réalisé un jardin connecté pour un entretien aisé et automatique (Mon Jardin Connecté). En effet, pour lui, faciliter l’accès au jardin dans nos environnements urbains est plus que nécessaire.

Également, il a recréé un FabLab chez lui, soit La Casa Lab, afin de partager l’ingénierie avec le plus grand nombre. Enfin, Carlos a mis sur pied la Grillos Farm, une ferme à grillons ayant pour objectif de fournir une alternative aux protéines animales classiques. C’est sa façon, à lui, de lutter contre l’empreinte écologique considérable de l’élevage animal.

Ainsi, par un subtil alliage de projets techniques au profit de la société, Carlos se distingue particulièrement en tant que lauréat de Vinci. Maintenant, repensez à Léonard de Vinci : vous y verrez certainement le portrait de Carlos!

 

Olivier Carpentier

Olivier Carpentier

Étudiant en génie physique, Olivier a rapidement voulu mettre en pratique les notions théoriques vues en classe. C’est pourquoi, dès sa première année, il s’est impliqué au sein la société technique eRacing, dans le but de concevoir une formule électrique. Il a, entre autres, développé le module de contrôle électrique et un fusible de sécurité pour les batteries. La voiture s’est classée au troisième rang de la compétition internationale Formula Student Automotive Engineering. Pour sa dernière année, Olivier a lancé, avec d’autres collègues, une initiative étudiante qui vise à concevoir et fabriquer un spectromètre Raman à faible coût afin d’intéresser les jeunes à la science optique.

De plus, Olivier a organisé les Jeux de la physique, une compétition amicale entre les différents programmes de physique et de génie physique du Québec. Il a travaillé pendant un an à l’organisation de cette compétition qui s’étend sur trois jours durant lesquels 150 étudiants de partout au Québec se sont affrontés. Il a d’autant plus réalisé trois stages pendant son baccalauréat, soit deux de plus que ce que son programme exige, et a eu l’opportunité de participer à une mission industrielle en Chine pendant trois semaines.

 

Danika Couture-Peck

Danika Couture-Peck

Étudiante en génie aérospatial, Danika est réellement passionnée par son domaine et a su se démarquer de ses pairs. Elle s’est rapidement impliquée au sein de la société technique Oronos qui fabrique des fusées haute puissance. Elle s’est engagée pendant deux ans dans ce projet d’envergure et a conçu le système de recouvrement de la fusée ayant participé à la compétition internationale Intercollegiate Rocket Engineering Competition. Elle a également réalisé deux stages dans son domaine, soit un pour la compagnie MDA et un chez Bombardier.

Par la suite, Danika s’est jointe au comité Poly-Monde au sein duquel elle a d’abord été membre de l’équipe logistique. Elle a ainsi participé à l’organisation d’une cinquantaine de visites industrielles au Québec ainsi qu'aux pays baltes et en Finlande en 2017. Curieuse de nature, elle n’a pas hésité à se relancer dans l’aventure en 2018 et cette fois-ci, en tant que coordonnatrice du projet. Elle gère ainsi une équipe de 24 étudiants qui effectuera une mission industrielle en Inde à l’été 2018. 

 

Sarah Gignac

Sarah Gignac

Si l’adage dit que la curiosité est un vilain défaut, Sarah a su démontrer que ce n’est pas toujours le cas! Curieuse de tout et ouverte sur le monde, Sarah a multiplié les expériences professionnelles dans le cadre de ses études à Polytechnique. Ainsi, elle a effectué pas moins de trois stages en entreprise : d’abord chez KRUGER pour mieux comprendre le milieu de travail industriel, puis chez Pepsico où elle est devenue ambassadrice, et enfin chez Bombardier où elle a déployé son énergie à la réalisation d'un projet de recherche en optimisation, en collaboration avec des experts en ergonomie physique. 

La curiosité de Sarah trouve aussi écho dans son ouverture sur le monde. Véritable globe-trotteuse, Sarah a étudié six mois en Suède et a profité de ce séjour scandinave pour explorer plusieurs pays d’Europe, dont la Pologne, l’Espagne et la Russie. De retour à Polytechnique, la soif de voyage de Sarah l’a poussée à s’engager auprès du comité Poly-Monde, au sein duquel elle est devenue la responsable édition pour la mission en Inde. Elle s’implique ainsi dans la gestion d'une équipe responsable de l'identité visuelle du comité, des médias sociaux et de la mise en page du rapport de la mission.

Durant son parcours à Polytechnique, Sarah s'est aussi impliquée activement avec le Comité de consultation en gestion de Polytechnique au sein duquel elle a accepté le poste de vice-présidente des communications. Elle a aussi participé au Concours KGP en gestion de projet, auquel son équipe s’est illustrée en obtenant la deuxième place.

 

Catherine Joly-Lapalice

Catherine Joly-Lapalice

Catherine Joly-Lapalice, étudiante en génie civil, est la lauréate de Vinci du Canoë en béton. C’est à travers cette société technique qu’elle a développé sa maîtrise de la flotte, de la cure du béton, de la pagaie et de la gestion d’une équipe de compétition.

Après avoir investi intensivement son génie, son temps et son cœur pendant quatre ans, Catherine s’est méritée l’honneur d’être la leader de l’équipe de Canoë en béton de Polytechnique lorsque celle-ci a atteint le premier rang de la compétition canadienne. Catherine est déterminée et elle aime véritablement relever des défis! Ceux qu’elle relève ne sont pas que des défis simples qui mènent à la réussite après quelques mois, mais plutôt des défis qui sont longs et qui font souffrir, comme la traversée d’une rivière dans une embarcation qui semble défier le principe d’Archimède. La principale réalisation non technique de Catherine est sans aucun doute cette vocation qu’elle a développée et maintenue vivante pendant tout son baccalauréat.  Elle a même choisi d’entreprendre une session d’études supplémentaire pour compléter ce beau défi sans compromettre son excellence scolaire.

Catherine est aussi une étudiante ayant réussi la majorité de ses cours avec l’excellente note de A. Elle a cumulé deux stages, en plus d’une session d’études en Suède. D’un point de vue technique, sa plus grande réalisation a été de créer une méthode permettant de sécher le béton sous une tente afin de s’adapter à la taille des canoës. Elle est aussi cofondatrice de Station Polytechnique, une initiative qui permettra de revaloriser une ancienne voiture de métro de Montréal en l’installant dans les pavillons Lassonde de Polytechnique pour créer un lieu favorisant le bien-être.

 

Axel Ntakaburimvo-Ndayiragije

Axel Ntakaburimvo-Ndayiragije

Axel est passionné par la gestion de projets, les technologies de l’information et les voyages. Il a réalisé deux mandats au sein du Comité de consultation en gestion de Polytechnique. Le premier s’est déroulé dans une imprimerie alors que le second était au sein d’une compagnie de développement logiciel, ce qui lui a permis de développer un engouement pour le monde des affaires. Il a effectué un stage chez Paccar du Canada ltée, où il a notamment orchestré des changements dans l’ordonnancement de la production, en plus d’un stage à l’hôpital Simone Veil en France, où il était en charge de la préparation à la certification ISO 9001:2015.

À la session d’hiver 2017, Axel a effectué un séjour académique en France à l’École des Mines de Douai, où il s’est investi en tant que membre de l’équipe de basket-ball. Cet échange lui a permis de visiter onze pays en huit mois et lui a donné l’envie d’explorer l’Asie. C’est ce qui l’a conduit à s’engager au sein de Poly-Monde en tant que membre de l'équipe logistique. Cette implication culminera avec un séjour en Inde en mai 2018. Axel s’est également démarqué dans diverses compétitions. Il a notamment obtenu la seconde place au Concours KGP 2017 en gestion de projets, une deuxième place à la compétition d’étude de cas au Congrès de génie industriel 2018 à Windsor, en plus d’arriver au second rang au JC3 Challenge – Deloitte Edition, organisé conjointement par la Junior Consulting Confederation of Canada et Deloitte. Axel a également obtenu la mention Profil international, un programme de reconnaissance qui met en lumière les réalisations personnelles et académiques à caractère international des étudiants en génie de Polytechnique.

 

Malika Ouiriemmi

Malika Ouiriemmi

Pour Malika, être ingénieure ​va bien au-delà des aspects techniques de la profession. Cette jeune femme est arrivée au Canada en automne 2013 avec le rêve de devenir ingénieure chimiste et de pouvoir aider les gens. Pour elle, acquérir un diplôme en génie chimique tout en travaillant ne lui suffisait pas. C'est pourquoi elle a complété, en même temps, une maîtrise en gestion de projets technologiques, en seulement 4 ans et 1 session.

Malika s’est impliquée durant trois ans au sein de la Chaire Marianne-Mareschal à titre de chargée de projets et en tant que responsable du programme de marrainage. Ayant elle-même grandi dans des quartiers défavorisés, elle a partagé son expérience avec les jeunes des écoles défavorisées de Montréal et leur a donné de l’espoir en leur montrant qu’ils pouvaient, eux aussi, tracer leur propre route. Malika est également cofondatrice du comité Poly-FI, qui poursuit la promotion du génie auprès des femmes et des jeunes.

Après avoir relevé plusieurs défis techniques chez L'Oréal en France et au Canada en tant que stagiaire en fabrication, Malika poursuit actuellement son aventure en tant qu'ingénieure de fabrication dans cette même entreprise en France et continue de s’engager dans des programmes d’aide aux plus jeunes.

 

Audrey Poudrier-Tremblay

Audrey Poudrier-Tremblay

Audrey a un parcours diversifié et un avenir brillant, ouvert sur le monde.

La jeune femme a su faire sa place lors de son passage à Polytechnique Montréal. D’abord impliquée au sein du conseil d’administration de l’Association des étudiants de Polytechnique (AEP) dès la fin de sa première année, elle a ensuite été élue comme vice-présidente aux services. Dans ce rôle, elle a, entre autres, géré le processus d'appel d'offres et de renégociation du contrat des services alimentaires de Polytechnique. Pour s'assurer que ses collègues aient un futur gourmand dans les cafétérias de Poly, elle a aussi géré avec grand succès l’implantation du nouveau contrat au cours de l’année suivante.

Et ce n'est pas tout! Toujours dans l'AEP, elle a organisé plusieurs activités pour sensibiliser la communauté polytechnicienne aux problèmes de santé mentale. Parmi ses nombreuses implications, elle a aussi été mentore pour la Chaire Marianne Mareschal, administratrice pour Coopoly, adjointe à l'éducation pour le Comité étudiant en génie industriel et enfin, rédactrice/correctrice pour le Polyscope. Audrey a également effectué des stages chez Bombardier Aéronautique et McKesson Canada.

Durant son échange à Aalto University en automne 2015, la Finlande l’a séduite. Elle y est donc retournée en 2016 dans le cadre du très prisé programme de stage International Trainee Program de KONE, leader mondial dans le domaine des ascenseurs et escaliers mécaniques. Audrey était la seule stagiaire provenant des Amériques parmi la quinzaine de stagiaires sélectionnés. Son stage, d’une durée initiale de six mois, s’est finalement transformé en stage d’un an, ce qui lui a permis de commencer à apprendre le finnois. Elle en a aussi profité pour s’impliquer au sein du conseil d’administration de KONE Young Professionals, auquel elle a siégé durant quelques mois. Finissante en génie industriel, Audrey retournera en Finlande pour continuer son parcours académique à la maîtrise en Industrial Engineering and Management à Aalto University. 

 

Bénédicte Robitaille

Bénédicte Robitaille

Le parcours exceptionnel de Bénédicte à Polytechnique peut se résumer en quelques mots : excellence académique, ouverture sur le monde, sport et humilité. Sa passion pour le génie aérospatial l’a menée à s’impliquer de façon soutenue pendant deux ans dans la société technique Oronos. Elle a réalisé deux stages au cours de ses études, l’un ayant été en aéronautique chez L-3 MAS et l’autre en conception et fabrication dans une PME où sa plus grande satisfaction a été d’apprendre auprès de ses collègues dessinateurs et techniciens.

Son engagement communautaire à l’extérieur de Polytechnique s’est traduit par du bénévolat auprès des personnes âgées au sein de l’organisme Les Petits Frères. Son ouverture sur le monde l’a conduite à effectuer un échange académique d’une année en Espagne à l’Universidad Politécnica de Madrid, où elle a dû apprendre l’espagnol, pour finalement atteindre un niveau avancé, sanctionné par un diplôme (DELE) de niveau C1.

À son retour, afin de servir la communauté polytechnicienne, Bénédicte a été tutrice, pour ensuite devenir chef d’équipe du service de tutorat de Polytechnique. Sportive accomplie, elle a également participé aux championnats québécois de sauvetage sportif, sport qu’elle pratique toujours, et a joué au water-polo dans une ligue récréative séniore. 

 

Paul-André Synnott

Paul-André Synnott

Ingénieur sana in corpore médico.

Paul-André est l’une de ces rares personnes qui n'en a pas assez avec un seul défi! Ayant commencé son baccalauréat à Polytechnique en génie civil, il a fait des stages avec Pomerleau, l'entreprise de construction très connue. À ce moment, il a excellé en milieu scolaire et professionnel, remportant le prix Pomerleau. En parallèle, il s'était aussi impliqué dans l'équipe de conception de la société technique Pont d’acier de l’École Polytechnique Montréal. En hiver 2014, il a effectué un échange à Singapour puis, en une journée d'observation en chirurgie orthopédique, sa vie a changé. Paul-André a revisité son choix de carrière et, convaincu que son destin était dans le monde médical, il a entamé un doctorat à temps plein au premier cycle en médecine à l'Université de Montréal! En parallèle, il a continué son baccalauréat à Polytechnique à temps partiel, obtenant une moyenne cumulative de 3.87/4.00 en décembre 2017, ce qui lui a valu la mention d'excellence du directeur général.

Mais n’assumons pas que sa diplomation en ingénierie lui permettra dorénavant de se concentrer uniquement sur ses études médicales… Il faut savoir que Paul-André aime aussi des défis sportifs, comme le demi-marathon de Lachine et le triathlon TriMemphré 1/2 longue distance. Comme un triathlon est constitué de trois sports, cela implique des heures d'entraînement réparties chaque semaine. Lors du peu de temps qu’il lui reste, Paul-André se consacre à coorganiser et présider le Cyclo-Défi pour la pédiatrie, un événement-bénéfice ayant récolté 15 000 $ durant l'été 2017 pour la Fondation du Dr Julien.

Pour conclure, voici le secret de gestion de temps de Paul-André : choisir ses objectifs et faire ce que l'on aime!