Carrefour de l'actualité

600 000 dollars pour soutenir le démarrage d’entreprises technologiques à Polytechnique Montréal

5 février 2021 - Source : NOUVELLES

Polytechnique Montréal s’implante fermement dans l’écosystème entrepreneurial québécois en se positionnant comme un pilier du démarrage d’entreprises technologiques. L’université vient d’obtenir à ces fins un financement de 600 000 dollars du gouvernement du Québec et de la Ville de Montréal pour mettre en place différents projets d’accompagnement s’adressant à l’ensemble des Québécois et des Québécoises.

Activités en entrepreneuriat à Polytechnique Montréal. (Photo : Caroline Perron photographies)

Polytechnique Montréal démarre entre autres deux parcours entrepreneuriaux en technologies propres et en cybersécurité. (Photo : Caroline Perron photographies)


« C’est une grande nouvelle pour Polytechnique et la communauté d’entrepreneuses et d’entrepreneurs », souligne avec enthousiasme Cléo Ascher, responsable du Bureau de soutien à l’entrepreneuriat (BSE) de Polytechnique Montréal. « Ce financement représente d’une part une marque de reconnaissance pour ce qui a été accompli jusqu’ici, mais aussi un geste de confiance envers Polytechnique Montréal et sa capacité à jouer un rôle capital et distinctif en démarrage d’entreprises technologiques. »

L’appui de 600 000 dollars sur deux ans du ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec et de la Ville de Montréal servira entre autres à implanter, dès l’automne prochain, deux parcours entrepreneuriaux spécialisés en technologies propres et en cybersécurité.

Comme pour trajet-m, qui cible des projets en mobilité durable, ces parcours permettront à des entrepreneurs et des entrepreneuses de partout au Québec de bénéficier des expertises qui font la force de Polytechnique Montréal. « Les participantes et les participants profiteront des conseils de nos professeurs et de leurs équipes, en plus d’avoir accès aux laboratoires et à nos installations spécialisées », souligne Cléo Ascher. « Les participants auront également un accès privilégié aux partenaires industriels impliqués dans ces parcours, partenaires qui pourront agir à titre de premiers clients potentiels. »

En s’engageant dans un parcours entrepreneurial, les participants et les participantes prendront part à une série d’ateliers pratiques et interactifs avec des professionnels de l’écosystème entrepreneurial montréalais. Des séances d’accompagnement professionnel et de mentorat sont aussi prévues.

« Tout est en place pour constituer un bassin de projets d’entreprise à fort potentiel », ajoute la responsable du BSE.
 

Cléo Ascher, responsable du Bureau de soutien à l’entrepreneuriat.

Cléo Ascher, responsable du Bureau de soutien à l’entrepreneuriat.


Deux créneaux porteurs

En accompagnant les projets technologiques à leur stade de prédémarrage ou de démarrage, Polytechnique Montréal vient alimenter l’ensemble de l’écosystème entrepreneurial en faisant émerger de jeunes pousses à fort potentiel et joue ainsi un rôle clé dans la dynamique d’ensemble de cet écosystème.

« Il y avait clairement là un besoin auquel il fallait répondre », explique Cléo Ascher. « Avec notre offre d’accompagnement, on pense aider plusieurs entrepreneurs à faire passer leur projet du stade de l’idée à celui de la première vente. »

Le choix des technologies propres et de la cybersécurité n’a, pour sa part, pas été laissé au hasard. Selon la responsable du BSE, ces créneaux offrent un fort potentiel entrepreneurial, renforcé par les effets de la COVID-19 et des changements économiques, politiques et sociétaux en découlant. « La pandémie a accéléré l’utilisation du numérique, et avec cette omniprésence du numérique vient des besoins accrus en cybersécurité », dit-elle. « On s’attend aussi à ce que les gouvernements stimulent la relance économique par des investissements dans les technologies vertes. »

La sélection de ces deux secteurs s’est aussi faite sur la base des expertises présentes à Polytechnique Montréal, souligne-t-elle. « En mettant à contribution nos experts au développement de ces projets, on espère avoir un impact positif sur la société québécoise et contribuer à stimuler le développement de notre économie dans des secteurs en pleine croissance. »

En parallèle, le BSE entend continuer de stimuler l’entrepreneuriat à Polytechnique Montréal avec un bouquet de propositions exclusives aux membres de sa communauté. En plus du parcours GéniD, les membres de la communauté étudiante et du personnel de l’université de génie auront l’occasion de participer une fois de plus cette année au parcours ValiD ainsi qu’aux stages « du laboratoire au marché » (« lab-to-market » en anglais).

L’équipe du BSE est maintenant à la recherche d’une ou d’un gestionnaire de programme pour chacun des parcours en cybersécurité et en technologies propres ainsi que d’une personne qui pourra agir comme entrepreneur en résidence dans le domaine des technologies propres pour contribuer au succès de ce nouveau parcours.


En savoir plus

Page du Bureau de soutien à l’entrepreneuriat
Communiqué de la Ville de Montréal
Communiqué du ministère de l’Économie et de l’Innovation

À lire aussi

15 octobre 2019
NOUVELLES

Entrepreneuriat technologique en mobilité durable : départ réussi pour trajet-m!

1 février 2018
Magazine Poly

Un maillon fort de l’écosystème entrepreneurial