Carrefour de l'actualité

COVID-19 : un projet de recherche du professeur Frédéric Leblond appuyé par la FCI et le gouvernement du Québec

6 novembre 2020 - Source : NOUVELLES

Le professeur Frédéric Leblond a obtenu des contributions de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) et du gouvernement québécois pour mener à bien un projet de plateforme de caractérisation de biofluides, fondé sur la spectroscopie Raman, pour le développement d'un test de salive permettant de détecter le coronavirus en moins de 2 minutes.

Frédéric Leblond, professeur au Département de génie physique de Polytechnique Montréal
Frédéric Leblond, professeur au Département de génie physique de Polytechnique Montréal et chercheur au Centre de recherche du CHUM. (Photo : Caroline Perron photographies)


Frédéric Leblond, professeur titulaire au Département de génie physique et chercheur au Centre de recherche du CHUM, a reçu une contribution de 346 901 dollars du Fonds des occasions exceptionnelles de la FCI ainsi qu’une contribution de 201 267 dollars du gouvernement du Québec pour l’infrastructure qui servira au projet de recherche. La valeur totale des contributions gouvernementales, qui ont trait à l’infrastructure de recherche ainsi qu’à la maintenance et l’exploitation de cette dernière, est de 548 168 dollars.

La nouvelle infrastructure de recherche sera utilisée par le professeur Leblond et son équipe pour établir une technique de dépistage rapide de la COVID-19 à base de salive, sans réactif, qui pourrait surmonter les limites des techniques standards, facilitant l'autoéchantillonnage et l'accessibilité. Une plateforme est développée pour l'interrogation de la salive en moins de deux minutes en utilisant la spectroscopie Raman afin d'identifier les biomolécules (lipides, protéines, ADN/ARN, acides aminés spécifiques) après une illumination par laser. La méthode, qui est non destructive, non ionisante et ne repose pas sur des ligands moléculaires ciblés, élimine ainsi le recours à des réactifs externes.

La méthodologie de développement de tests pourrait être rapidement adaptée à d'autres maladies infectieuses, offrant des capacités améliorées pour des tests massifs pour d'autres vagues de la COVID-19, mais également lors de futures pandémies dans les aéroports, les écoles et les lieux de travail.

Également, l'infrastructure de recherche pourrait avoir des applications potentielles aux fins de la détection d'autres maladies infectieuses, par exemple la grippe saisonnière et la rougeole. Aussi, l'analyse des biofluides basée sur la spectroscopie Raman peut être adaptée au sang, à l'urine et aux larmes et être utilisée dans les hôpitaux pour garantir que les professionnels de la santé ne propagent pas les infections entre les patientes et les patients. De plus, innovation développée par le professeur Leblond et son équipe pourrait être étendue à d'autres lieux de travail et ainsi permettre de réduire les épidémies dans les milieux professionnels.

Polytechnique Montréal fait partie de 52 universités, centres de recherche hospitaliers, cégeps et collèges qui ont obtenu du financement par l’entremise du Fonds des occasions exceptionnelles de la Fondation canadienne pour l’innovation. La FCI a dévoilé un investissement fédéral de plus de 28 millions de dollars dans des laboratoires et de l’équipement de pointe, aux fins de l’accomplissement de 79 projets de recherche.

« Les chercheurs et les scientifiques canadiens contribuent à protéger notre santé et assurer notre sécurité; ils sont essentiels à la découverte d’une issue à la pandémie de COVID-19 », déclare l’honorable Navdeep Bains, ministre de l'Innovation, des Sciences et de l’Industrie. « Grâce au financement accordé par l’entremise du Fonds des occasions exceptionnelles, le gouvernement du Canada s'assure que ces Canadiens talentueux disposent de l'équipement et des outils nécessaires, qui les aident à faire leur très important travail. »

« La réponse immédiate des chercheuses et chercheurs canadiens à la pandémie a démontré le rôle crucial que joue la communauté de la recherche pour aider à résoudre cette crise », souligne Roseann O’Reilly Runte, présidente-directrice générale de la FCI. « Qu'il s'agisse de trouver un vaccin, de découvrir les effets de la COVID-19 sur le corps humain ou d'étudier la manière dont cette pandémie a influencé tous les aspects de notre vie, les chercheuses et chercheurs canadiens ont pris place sur le devant de la scène et sont devenus nos guides et notre source d'espoir. La FCI est fière de soutenir leurs efforts en les dotant de l'infrastructure de recherche dont ils ont besoin pour poursuivre leurs importants travaux. »

La Fondation canadienne pour l'innovation

Créée en 1997 par le gouvernement du Canada, la Fondation canadienne pour l'innovation vise à accroître la capacité des chercheurs canadiens à mener des projets de recherche et de développement technologique de calibre mondial. L'investissement de la FCI dans des installations et de l'équipement de pointe permet aux universités, aux collèges, aux hôpitaux de recherche et aux établissements de recherche à but non lucratif d'attirer et de retenir les meilleurs chercheurs au monde, de former la prochaine génération de scientifiques, d'appuyer l'innovation dans le secteur privé et de créer des emplois de qualité qui renforcent la position du Canada dans l'économie du savoir.


En savoir plus

Fiche d’expertise du professeur Frédéric Leblond
Site du Département de génie physique
Site du Centre de recherche du CHUM
Site de la Fondation canadienne pour l’innovation

À lire aussi

11 novembre 2020
NOUVELLES

Détection du virus SARS-CoV-2 dans la salive: démarrage de l’étude clinique

29 juillet 2015
NOUVELLES

Appui aux projets de recherche des professeurs Bilal Farooq et Maxime Raison, par le Fonds des Leaders John-R.-Evans de laFondation canadienne pour l'Innovation (FCI) et le Gouvernement du Québec