Carrefour de l'actualité

Certification Parité : Polytechnique obtient l’argent

11 septembre 2020 - Source : NOUVELLES

Reconnaître, soutenir et développer le talent féminin. Voilà une ambition qui ne date pas d’hier pour Polytechnique Montréal, dont les cohortes d’étudiantes en ingénierie comptent parmi les plus importantes au pays. Pour le personnel de l’établissement, la démarche d’inclusion est récemment passée en vitesse accélérée. Gage du sérieux de cette démarche, l’université a obtenu la Certification Parité de l’organisme La Gouvernance au féminin. Certifiée bronze en 2019, Polytechnique passe aujourd’hui au niveau argent.

Logo Certification Parité niveau argent.

 

« Notre université d’ingénierie carbure à l’innovation. Or, pour innover, nous avons besoin d’ouverture et de points de vue complémentaires. Nous avons ainsi besoin d’équipes diversifiées et représentatives de la société. Il faut donc s’appliquer à combler l’écart de représentativité entre les hommes et les femmes », a déclaré Annie Ross, directrice associée à la formation et à la recherche et co-présidente du comité institutionnel sur l’équité, la diversité et l’inclusion.

« Nous sommes conscients qu’il y a du travail à faire pour atteindre une représentation équitable des femmes aux divers niveaux hiérarchiques. Polytechnique est très prisée par les étudiantes. Il est important qu’elle soit tout aussi attractive pour les candidates à l’embauche, notamment au sein du corps professoral et de la direction. Il allait de soi que l’on analyse nos pratiques de recrutement et que l’on raffine nos méthodes de gestion de talent. Car, que ce soit dans le domaine des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STIM) ou ailleurs, les femmes et les hommes se complètent », conclut-elle.

À l’heure actuelle, le taux de représentation féminine dans le corps professoral est de 16 % et de 43 % au sein des autres catégories de personnel. Si la parité n’est pas encore gagnée, la volonté de créer un milieu de travail équilibré entre les genres est toutefois bien réelle. Ce sont d’ailleurs les actions concrètes entamées en ce sens qui ont valu à Polytechnique d’être promue au niveau argent pour l’édition 2020 de la certification.

« La Certification Parité reconnaît les bonnes pratiques des organisations canadiennes qui cultivent avec dynamisme l’égalité des genres en milieu de travail. En 2019, Polytechnique devenait la première université canadienne à la décrocher. Cette année, la trajectoire que nous avons prise a encore une fois été saluée et même décorée d’une reconnaissance supérieure avec le niveau argent. La dynamique d’amélioration continue dans notre organisation est bel et bien enclenchée. On veut mieux avancer ensemble », a souligné Patrick Cigana, conseiller principal en développement durable et instigateur du projet de soumission à la certification.

Changement de culture

Plusieurs jalons significatifs ont été posés dans la dernière année. Un sondage sur les biais inconscients a été développé à l’intention de tous les membres du personnel dans le but de dresser un portrait rigoureux de la diversité et du sentiment d’inclusion des différents groupes qui composent notre communauté. Ceci, afin de réduire les préjugés, notamment lors des processus de recrutement. Polytechnique a également offert une formation sur la rédaction épicène, laquelle marquait un virage vers des communications écrites plus inclusives.

Au chapitre de la formation et de la recherche, l’embauche d’une conseillère en équité, diversité et inclusion, Maria-Gracia Girardi, a constitué un ajout d’expertise à l’interne pour les besoins d’accompagnement. Polytechnique a d’ailleurs officiellement souscrit à la charte du programme fédéral Dimensions, s’engageant ainsi volontairement à éliminer les obstacles systémiques qui sont présents dans le domaine de la recherche. L’objectif est de refléter la diversité du Canada, qui inclut les membres de groupes qui sont sous-représentés, comme les femmes, les peuples autochtones, les personnes en situation de handicap, les membres de minorités visibles ou de groupes racisés et les membres de la communauté LGBTQ2+. Un pas dans la bonne direction a été de produire un guide pour démystifier l’analyse comparative entre les sexes plus (ACS+), une étape désormais incontournable dans l’élaboration d’un projet de recherche. En sensibilisant les chercheuses et chercheurs à l’importance d’adopter une approche intersectionnelle, Polytechnique entend mener des travaux qui seront encore plus éthiques, plus rigoureux et plus utiles à la société.

Enfin, notons que la récente entrée en fonction du Bureau d’intervention et de prévention des conflits et de la violence (BIPCV) a permis de réaffirmer l’importance des valeurs de respect, d’intégrité et d’impartialité au sein d’un milieu inclusif.

Plusieurs autres initiatives sont en place. Parcourez la page « Femmes et génie » pour en savoir plus : https://www.polymtl.ca/femmes-genie/


En savoir plus

Site de La Gouvernance au féminin

À lire aussi

30 octobre 2019
Magazine Poly

Permettre à tous les talents de s'exprimer

25 septembre 2019
NOUVELLES

Polytechnique devient la première université canadienne à obtenir la Certification Parité