Carrefour de l'actualité

Voyages en tube : PolyLoop Montréal

La relève en lumière

Par Catherine Florès
12 février 2021 - Source : Magazine Poly  | VersionPDFdisponible (Printemps 2021)
12 février 2021 - Source : Magazine Poly
VersionPDFdisponible (Printemps 2021)
François Carrier

François Carrier, étudiant au baccalauréat en génie mécanique, directeur et fondateur du projet PolyLoop Montréal

Contribuer à l’avènement d’un mode de transport haute vitesse révolutionnaire, quel projet séduisant pour des étudiants en génie ! Il n’est pas surprenant que PolyLoop Montréal, toute jeune société technique de Polytechnique consacrée à la technologie de train supersonique, réunisse déjà une soixantaine d’étudiants un an après sa création. Son fondateur et directeur, François Carrier, étudiant au baccalauréat en génie mécanique, se donne à fond pour que son équipe – la première au Québec – puisse participer à la prochaine compétition Hyperloop Pod.

Mode de transport futuriste

Hyperloop, le projet de train du futur présenté en 2013 par Elon Musk, vise à faire circuler en lévitation des capsules habitées dans un tunnel quasi sous vide. Cette technologie qui réduit les frottements permettrait d’atteindre des vitesses supérieures à 1000 km/h (imaginez faire le trajet entre Montréal et Toronto en moins de 40 minutes). Elon Musk encourage les entreprises du monde entier à concrétiser le projet. Pour sa part, son entreprise SpaceX soutient l’expérimentation de différentes technologies en organisant depuis 2015 la compétition Hyperloop Pod réservée aux universités.

« Il s’agit d’un concours de vitesse et de design de capsules autopropulsées et capables de freiner dans un tube construit par SpaceX. Deux catégories de compétitions sont proposées : l’une pour les capsules de taille réelle et l’autre pour des microcapsules. C’est dans cette seconde catégorie que nous souhaitons concourir », explique François Carrier. Celui-ci se passionne pour le projet Hyperloop depuis le début et suit assidûment la compétition chaque année. « Lorsque je suis entré à Polytechnique, il m’a semblé qu’Hyperloop Pod représentait le projet parfait pour une société technique. »

Convaincre

Avec trois de ses amis, il a commencé à présenter le projet aux étudiants à partir de l’automne 2019. L’équipe de PolyLoop Montréal s’est constituée début 2020 et elle a reçu son agrément à l’été 2020, ce qui lui donne accès au grand atelier de fabrication réservé aux sociétés techniques.

L’équipe, qui a dû créer sa structure de A à Z, s’est aussi attaquée à la recherche de partenaires. « Nous parvenons à convaincre des entreprises de nous soutenir grâce à nos plans d’action et à nos budgets rigoureusement établis. Et puis, l’appui de Polytechnique les rassure. Sans compter qu’il est valorisant pour une entreprise de s’associer à un projet bénéficiant d’une grande visibilité dans le monde », rapporte François Carrier. Pour bien cerner les défis et les démarches à prévoir, celui-ci a fait appel aux lumières d’équipes universitaires comme celles de l’EPFL ou du MIT, qui connaissent la compétition.

Faire de Montréal l’épicentre des tests Hyperloop au Canada

Développer une capsule supersonique propulsée par moteur à induction linéaire requiert un niveau d’ingénierie élevé. Or, il existe encore peu de documentation disponible ou d’expertise sur cette technologie. « Pour nous, c’est vraiment un gros apprentissage !, déclare François Carrier. Nous avons transféré toutes nos activités en ligne. Le gros volet de ce projet consacré à la simulation s’y prête bien, de toute façon. »

Bien qu’ignorant quand la compétition aura lieu, il espère que l’équipe aura achevé la construction de sa première capsule d’ici l’été, afin de pouvoir procéder aux tests. « Nous discutons avec des entreprises pour la construction d’une piste d’essais Hyperloop à Montréal. Ce serait la première au Canada ! »

Un projet fait pour durer

François Carrier est fier de bâtir à Polytechnique une communauté autour d’une nouvelle technologie annonciatrice de prouesses en vitesse et propre de surcroît, car Hyperloop prévoit de s’alimenter en énergie renouvelable.

« Mon souhait est que dans une dizaine d’années, quand je reviendrai en visite à Polytechnique, je verrai notre société technique toujours active », déclare-t-il.

 

Projet de piste Hyperloop à Montréal

Projet d’une piste d’essais Hyperloop à Montréal (simulation)

 

À lire aussi

23 juillet 2014
NOUVELLES

Les Courses en Folie de Gatineau : une 1re place pour l'équipe du canoë de béton de Polytechnique

30 avril 2009
NOUVELLES

Dévoilement du canoë Albatros I : 108 kg, 6 m de long, tout en béton, et il flotte!