La qualité de l'eau potable : une affaire de santé publique !

L'École Polytechnique et ses partenaires inaugurent officiellement la Chaire industrielle CRSNG en traitement et distribution des eaux potables et dévoile la première unité mobile au Canada dédiée à la recherche en traitement des eaux potables.
19 septembre 2006

C'est en présence des élus municipaux des villes de Laval et de Montréal, ainsi que des partenaires industriels et gouvernementaux que le directeur général de l'École Polytechnique de Montréal, Robert L. Papineau et les professeurs Michèle Prévost et Benoit Barbeau ont inauguré officiellement la Chaire industrielle CRSNG en traitement et distribution des eaux potables. Les professeurs Prévost, Barbeau et leurs équipes bénéficient d'un budget de fonctionnement d'un peu plus de 7,3 M$ sur cinq ans pour poursuivre leurs recherches. Plus de 2,5 M$ proviennent du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG).  L'investissement des partenaires industriels, soit la Ville de Montréal, Ville de Laval  et  l'entreprise  John Meunier inc., se  chiffre à 1,5 M$, 300 K$ et 750 K$ respectivement.

Une première au Canada : de véritables laboratoire sur roues
Les chercheurs bénéficieront d'un nouveau parc d'équipements d'une valeur de 5 M$ incluant des unités mobiles de traitement uniques au Canada et des outils analytiques de pointe permettant la détection des contaminants émergents comme les composés pharmaceutiques.  Hautement instrumentées, complètement automatisées et d'une flexibilité exceptionnelle, les unités mobiles permettent de valider sur un site un grand nombre de procédés et de combinaisons de procédés en fonction des variations de qualité d'eau brute. 

À bord de ces impressionnants laboratoires sur roues (16 mètres de longueur, 6 km de fils électriques et + de 300 robinets), les chercheurs pourront mesurer sur place des échantillons et réaliser des essais de traitement.  Ces nouveaux équipements de recherche ont été octroyés par la Fondation canadienne pour l'innovation (FCI) et le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) pour la mise en place du CREDEAU, un centre de recherche fondé en 2003 pour le développement et la validation des technologies et procédés en traitement des eaux.

La qualité de l'eau potable : un défi de société
Un des principaux enjeux internationaux du XXIe siècle sera, sans contredit, l'accès à une eau potable de qualité. La qualité de l'eau potable est tout d'abord une question de protection de la santé publique. Parmi tous les usages possibles de l'eau, l'eau potable reste celui qui a le plus d'incidences directes sur la population. « Le renouvellement de nos infrastructures de traitement et de distribution de l'eau potable pose des défis techniques et financiers de taille pour la société, affirme la titulaire principale de la Chaire, la professeure Michèle Prévost.  Nous sommes engagés dans un programme de recherches appliquées dont les résultats fourniront des réponses concrètes aux municipalités qui auront des répercussions directes sur la population et la santé publique.  Des solutions technologiques innovatrices permettront le respect des nouvelles normes de qualité et une meilleure protection de la santé publique.» 

Le titulaire adjoint, le Professeur Barbeau souligne : « Les études récentes ont montré la présence d'un grand nombre de contaminants en faibles concentrations dans notre eau potable. De là les questions fondamentales de leur source, de leur réel impact sur la santé et de notre capacité de les enlever de façon économique. Par nos activités, nous soutiendrons les choix des municipalités de manière à prendre en compte les problèmes émergents de qualité d'eau, dont la question des impacts des changements climatiques sur la conception des installations de traitement des eaux potables. Rien de plus gratifiant pour notre équipe que de constater que nos recherches contribuent concrètement au bien-être de ceux qui nous entourent.»

Des partenariats précieux et pertinents
C'est sans hésitation que le Conseil de recherche en sciences naturelles et génie (CRSNG) a renouvelé son appui pour un troisième mandat. Selon sa présidente, Suzanne Fortier: « Polytechnique a placé la recherche des professeurs Prévost et Barbeau au coeur de ses priorités. Le programme de cette chaire offre aux étudiants une merveilleuse occasion de mener des recherches et d'apprendre dans un domaine d'avant-garde et d'actualité. C'est un excellent exemple d'un partenariat durable dont les retombées profiteront tant à Polytechnique qu'à la société».

L'approvisionnement en eau potable de qualité est le premier service de base collectif qu'une municipalité offre à sa population.  Dans plus de 95 % des cas, le traitement et la distribution de l'eau au Canada sont des services fournis par les villes.  C'est ainsi que les villes de Laval et de Montréal se sont jointes au projet.  « Les objectifs poursuivis par cette chaire s'inscrivent parfaitement dans le cadre de la Politique de gestion de l'eau de Montréal.  De plus, les solutions développées au sein de la chaire pour le traitement des eaux de la Ville de Montréal ont pu être partagées avec les villes de Vancouver et de Moncton », a ajouté Sammy Forcillo, membre du comité exécutif et responsable des infrastructures et de la voirie de la Ville de Montréal.  « Un avantage clair de ce type de partenariat est la possibilité et la facilité du transfert des connaissances d'une municipalité à l'autre », a déclaré André Boileau, vice-président du comité exécutif de la Ville de Laval. 

Autre partenaire important : l'entreprise John Meunier  (JMI), un manufacturier de systèmes de traitement des eaux et filiale canadienne de la multinationale Veolia Water.  « Nous sommes convaincus que cette association avec des leaders académiques de réputation internationale dans le domaine nous permet d'améliorer nos technologies afin d'assurer une qualité exceptionnelle de nos travaux auprès de notre clientèle », a précisé pour sa part Gilles Filion, président de John Meunier Inc.

Le plein emploi pour les diplômés - des perspectives d'avenir florissantes
La Chaire industrielle CRSNG en eau potable a contribué à augmenter la qualité de la main-d'oeuvre qualifiée disponible dans le domaine du traitement et de la distribution des eaux potables.  Ce champ en pleine expansion connaît actuellement un besoin criant de main-d'oeuvre qualifiée afin de répondre à la demande créée par tous les investissements majeurs réalisés par les villes sur les infrastructures.  En effet, les tristes événements de Walkerton ont entraîné une révision des règlements sur la qualité de l'eau à travers le Canada. 

Ces nouveaux règlements obligent la mise en place de nouvelles usines de traitement et nous assistons maintenant à une situation de pénurie de personnel hautement qualifié.  Ces besoins en main-d'oeuvre pourraient s'échelonner sur une période relativement longue de 15 ans; ce qui représente un cycle stable et permanent pour le marché de l'emploi.  La très grande majorité des étudiants formés au sein de la Chaire ont intégré le marché du travail dans leur domaine de formation, soit dans l'industrie privée ou dans les municipalités et agences gouvernementales. 

Des résultats scientifiques reconnus et utilisables
Les travaux de la Chaire industrielle CRSNG en eau potable, qui en est à son troisième mandat,  s'articulent autour de quatre axes : la caractérisation microbiologique et chimique de la ressource en eau, l'optimisation des procédés de traitement, le maintien de la qualité de l'eau dans les réseaux de distribution et la santé publique. 

Ces thèmes de recherche sont innovateurs et s'inscrivent dans les grandes priorités identifiées au Québec, au Canada et au niveau international.  Les orientations de recherche couvrent les questions canadiennes de l'heure sur le traitement et la distribution des eaux potables, soit la désinfection, le traitement des composés organiques à l'état de traces et l'intégrité des réseaux de distribution.

Cette nouvelle chaire s'inscrit donc dans la continuité des axes de recherche actuels tout en se tournant vers l'avenir.  Elle est fondée sur un modèle éprouvé de collaboration avec divers représentants de l'industrie de l'eau dans une optique de consolidation des efforts de recherche.  Sa mission consiste à produire des résultats scientifiquement reconnus et utilisables par l'industrie, positionnant par la même occasion l'École Polytechnique et ses partenaires industriels comme chefs de file en eau potable. 

Quelques exemples éloquents
La Ville de Montréal a bénéficié, entre autres, des travaux de la Chaire pour modifier la gestion hydraulique dans son réseau de distribution en vue d'améliorer la qualité de l'eau dans le réseau, et optimiser les choix de traitement pour la réfection de ses usines de filtration.

  • La Ville de Laval a profité des travaux sur le traitement, qui ont produit des outils de soutien à l'opération et à la décision. Ces travaux ont mené, notamment, au développement et à la validation d'un modèle de filtration biologique de l'eau potable qui fonctionne même en eaux froides. Ce modèle est maintenant utilisé à Laval, Terrebonne, Vancouver et également en Suède et aux États-Unis.
  • Grâce aux travaux de la Chaire et à l'accès à une gamme d'experts-conseils, l'entreprise John Meunier profite grandement des résultats de recherches effectuées par ce groupe de scientifiques. La Chaire a joué un rôle de soutien à la validation de la filtration à haute vitesse et à la décantation à très haute charge.  Les résultats de ces recherches sont maintenant appliqués à travers le monde et ont fait l'objet de maintes publications. 
  • Les travaux de la Chaire ont eu un impact sur la formulation de règlements et l'application de normes sur la qualité de l'eau potable au pays. La titulaire principale, Pre Michèle Prévost, a fourni son appui à divers organismes ou comités tels l'American Water Works Association Research Foundation (AWWARF), l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le comité Réseau Environnement sur la révision des normes d'eau potable au Québec et le comité aviseur de la Commission Walkerton (Part II).

Pour son troisième mandat, la Chaire industrielle CRSNG en traitement et distribution des eaux potables entend poursuivre sa mission de formation, d'innovation et de transferts technologiques grâce à l'appui renouvelé de ses partenaires et à l'accès à de nouvelles infrastructures de recherche uniques au Canada.

Photos des membres de la Chaire et de l'unité mobile à haute charge en traitement des eaux potables disponibles sur notre site FTP.

Fondée en 1873, l'École Polytechnique de Montréal est l'un des plus importants établissements d'enseignement et de recherche en génie au Canada et elle occupe le premier rang au Québec par le nombre de ses étudiants et l'ampleur de ses activités de recherche. Polytechnique donne son enseignement dans 11 spécialités de l'ingénierie et réalise près du quart de la recherche universitaire en ingénierie au Québec. L'École compte 220 professeurs et près de 6 000 étudiants. À son budget annuel de fonctionnement de 85 millions de dollars s'ajoute un fonds de recherche et d'infrastructure de 60,6 millions de dollars et des subventions et contrats de 37,3 millions de dollars. Polytechnique est affiliée à l'Université de Montréal.

-30-

Source :
Chantal Cantin       
Service des communications et du recrutement  
École Polytechnique de Montréal
(514) 340-4711, poste 4970
chantal.cantin@polymtl.ca

Renseignements :
Andrée Peltier
Relations publiques Andrée Peltier Inc.
Tél. : (514) 846-0003
Cellulaire : (514) 944-8689
apeltier@ca.inter.net

Relations avec les médias

Les professionnels du Service des communications et des relations publiques planifient, coordonnent et supervisent les relations qu'entretient Polytechnique Montréal avec les médias.


Rencontrer notre équipe 

Archives