Carrefour de l'actualité

Vous êtes ici

Simulation d’effets domino sur une solution de géomatique ouverte à accès restreint

18 décembre 2015 - Source : NOUVELLES

Domino, un système de simulation et d'analyse des effets domino entre les réseaux essentiels, s’intégrera à la nouvelle solution d’Infrastructure géomatique ouverte (IGO) développée en logiciels libres.

Le Centre risque et performance de Polytechnique Montréal, la Direction de la sécurité civile de la Ville de Montréal et le ministère de la Sécurité publique (MSP) ont lancé un projet géomatique qui utilise l'Infrastructure géomatique ouverte (IGO) comme solution Web.

Cette phase d’opérationnalisation de Domino est financée par le ministère de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations par le biais du Programme de soutien à la valorisation et au transfert (PSVT Volet 2 – Soutien aux projets structurants), par la Ville de Montréal et par Gaz Métro. Ce projet, basé sur des travaux de recherche antérieurs de plus de 10 ans,  vise à développer une application Web dédiée aux responsables de la sécurité civile et aux gestionnaires des réseaux essentiels pour anticiper et gérer la propagation des effets domino entre ces réseaux. L’opérationnalisation du projet sera réalisée sur le territoire de l’agglomération de Montréal.

À l’issue de ce projet de deux ans (2015-2017),  l’application Web sera greffée à IGO comme module externe. Les travaux permettront également de développer de nouvelles fonctionnalités dans la solution IGO, notamment une approche plus modulaire.

Domino est un système de gestion des interdépendances et d'analyse des effets domino constitué d'une base de données liés à un système d'information géographique, mis au point par Centre risque & performance (CRP) de Polytechnique Montréal en collaboration avec ses partenaires publics et privés. Ces derniers ont soutenu financièrement le développement de l’outil et ont participé activement aux travaux d’analyse des liens d’interdépendance et partagé leur expertise avec le CRP entre 2005 et 2014. Cette importante collaboration se poursuit encore aujourd’hui dans la phase d’opérationnalisation de Domino.

Le fonctionnement de l'outil repose sur une approche de gestion des risques basée sur les conséquences. L’outil vise à évaluer les propagations dans le temps des conséquences sur les réseaux d'une situation pouvant engendrer un effet domino sans, a priori, s'attarder aux causes ayant mené à cette situation. Domino est un outil qui comprend plusieurs modules qui permettent des utilisations autant pour les gestionnaires des réseaux que pour les responsables de la sécurité civile. Il traite les interdépendances fonctionnelles en analysant les relations de type client/fournisseur existantes entre les réseaux. C'est un outil de planification et d'aide à la décision.

Modélisation et représentation visuelle


Domino permet notamment de modéliser et visualiser l’impact qu’une panne dans un réseau pourrait provoquer chez un ou plusieurs autres réseaux. Comme on le présente dans l'exemple ci-contre [cliquez sur l'image pour accéder au document], un bris dans le réseau d’alimentation en eau potable dans un secteur donné pourrait avoir comme conséquence des perturbations dans un secteur du réseau de transport routier et potentiellement dans les réseaux de télécommunications et de transport en commun.

Au fil du temps, la zone d’impacts indirects du bris initial s’étend, démontrant de manière visuelle l’interdépendance entre divers réseaux.

Intégré comme un module à accès restreint à l’application Web cartographique d'IGO, en raison de la sensibilité des données utilisées, ce module permettra d’analyser diverses situations alors qu’on pourra superposer au système des couches d’information comme une cartographie des zones sensibles aux changements climatiques. Dans un contexte de planification d’une ville intelligente, un tel système pourrait permettre de mieux identifier les vulnérabilités des réseaux de communications, voire la dépendance envers ces réseaux.

De G.O.LOC à l’IGO

L’Infrastructure de géomatique ouverte est le résultat d’une évolution du projet G.O.LOC développé initialement par le ministère de la Sécurité publique du Québec (MSP) et l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) entre 2010 et 2013. Cet outil a attiré l’attention d’autres ministères et organismes gouvernementaux.

Cet intérêt s’est traduit par la mise en place d’un réseau d’échanges entre le MSP, l’INSPQ, le ministère de la Culture et des Communications (MCC), la Financière agricole du Québec (FADQ), le ministère des Transports (MTQ), la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) et le Centre d’expertise en logiciel libre (CELL) et a mené à la création commune de la solution Web gratuite et ouverte qu’est devenue IGO. C'est ainsi qu'en août dernier, le MSP et ses partenaires annonçaient la mise en ligne de l’Infrastructure géomatique ouverte. IGO devenait donc le premier logiciel gratuit en géomatique produit par l'administration publique québécoise et utilisant une licence libre en français.

 

Pour en savoir plus:

Centre risque & performance (CRP)

Fiche d’expertise du professeur Benoit Robert, directeur du CRP

Si vous avez des questions sur IGO, consultez sa foire aux questions (FAQ).

 

À lire aussi

Magazine Poly |  15 février 2016
Solutions technologiques pour une ville connectée  |  Lire
INNOVATIO |  10 janvier 2014
Améliorer la durabilité des réseaux de télécommunications  |  Lire