Carrefour de l'actualité

Polytechnique Montréal, l’Université de Montréal et HEC Montréal établissent l'Institut multidisciplinaire en cybersécurité et cyberrésilience (IMC2)

18 mai 2023 - Source : NOUVELLES

S’appuyant sur un bassin initial de 44 professeures et professeurs et leurs équipes de recherche, l’IMC2 s’engage à fournir aux gouvernements, aux citoyens et aux entreprises du Québec et du Canada une expertise de premier plan par ses activités de recherche, la formation d’une relève aux qualifications pertinentes, l’innovation et le partage de connaissances, et son soutien en matière de politiques publiques.

Cybersécurité et cyberrésilience. (Illustration : Adobe Stock)
(Illustration : Adobe Stock)


Comme en font foi les médias presque chaque jour, la transformation numérique de l’État, de nos organisations, des entreprises et de nos vies en général a ouvert quantité de brèches susceptibles d’être exploitées et de menacer notre souveraineté numérique. Pour rester à l’avant-garde dans le domaine, les acteurs de l’écosystème de la cybersécurité au Québec et au Canada dans le milieu universitaire ont mis en place au fil des années différentes initiatives pour accompagner les décideurs et les citoyens dans cette transformation.

La création de l'Institut offre à la société la capacité de lancer des initiatives rassembleuses au sein d'une structure multidisciplinaire mettant l’accent sur la complémentarité des expertises. L’IMC2 facilitera non seulement l’émergence de solutions technologiques en cybersécurité, mais prendra aussi en compte la place de l’humain dans la réalité de ses partenaires.

Une structure multidisciplinaire ouverte

L’Institut permet dès sa fondation de fédérer l’ensemble des ressources du campus de l’Université de Montréal. La réelle force de l’IMC2 réside cependant dans sa vision axée sur la collaboration.

« En créant cette structure ouverte qui a vocation à rassembler l’ensemble des acteurs universitaires motivés par des projets multidisciplinaires ambitieux et innovants, l’IMC2 se positionne comme un point de convergence incontournable de la cybersécurité au pays », affirme Frédéric Cuppens, directeur de l’IMC2, expert en cybersécurité et professeur titulaire au Département de génie informatique et génie logiciel de Polytechnique Montréal.

Le conseil de direction a nommé trois directeurs et directrices adjointes : Nora Boulahia Cuppens, professeure titulaire au Département de génie informatique et génie logiciel de Polytechnique Montréal, supervisera le volet recherche; Benoit Dupont, professeur à l’École de criminologie de l’Université de Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en cybersécurité, coordonnera le volet politiques publiques; alors qu’Alina Maria Dulipovici, professeure agrégée au Département de technologies de l'information de HEC Montréal, chapeautera le volet formation. La direction exécutive de l’Institut a été confiée à Marc Gervais, qui possède une solide expérience en gestion dans le secteur aérospatial en Amérique du Nord et en Europe.

« La volonté de créer un institut au service de la société se matérialise dans sa structuration en quatre piliers adressant des enjeux cruciaux : la recherche, la formation, l’innovation, et la sensibilisation en termes de politiques publiques. Grâce aux expertises déjà présentes au sein des institutions fondatrices, l’IMC² se donne dès sa fondation les moyens d’adresser chacun de ces piliers d’une façon collaborative », souligne Marc Gervais.
 

Nora Boulahia Cuppens, Frédéric Cuppens et Marc Gervais. (Photos : François Ollivier, Denis Bernier)
Nora Boulahia Cuppens, professeure titulaire au Département de génie informatique et génie logiciel; Frédéric Cuppens, professeur titulaire au Département de génie informatique et génie logiciel; Marc Gervais, directeur exécutif de l'Institut multidisciplinaire en cybersécurité et cyberrésilience (IMC2) (Photos : François Ollivier, Denis Bernier).


Polytechnique Montréal regroupe plus de 160 professeures et professeurs, étudiantes, étudiants et stagiaires postdoctoraux qui abordent les enjeux de cybersécurité et de cyberrésilience dans différents domaines, notamment ceux des industries maritimes, financières et aérospatiales. L’organisation offre aussi un éventail de formations en cybersécurité allant du baccalauréat à la maîtrise, en plus de six certificats spécialisés. Polytechnique Montréal chapeaute également l’initiative étudiante PolyCyber et soutient le parcours en cybersécurité de l’accompagnateur en entrepreneuriat Propolys.

« L’IMC2 incarne notre volonté d'innover et d'avoir un impact positif sur la société. En plus de sa mission de recherche, de formation et de mobilisation de connaissances, l'Institut aura également un rôle d'influence sur les politiques publiques », déclare François Bertrand, directeur de la recherche et de l’innovation et professeur titulaire au Département de génie chimique à Polytechnique Montréal.

De son côté, l’Université de Montréal mène depuis plusieurs années des initiatives ciblées en cybersécurité à l’École de criminologie et au laboratoire de cyberjustice, en plus de miser sur des chercheurs reconnus mondialement au sein du Département d’informatique et de recherche opérationnelle (DIRO), une équipe reconnue pour son expertise dans les domaines de la cybersécurité quantique et des applications de l’intelligence artificielle au domaine de la cybersécurité.

« En mettant en commun une variété complémentaire d’expertises et d’approches, l’ICM2 pourra devenir un véritable point d’ancrage en recherche et en enseignement dans le domaine de la cybersécurité afin de répondre aux défis à la fois techniques, humains et sociétaux du monde numérique », souligne Yves Joanette, vice-recteur adjoint à la recherche et professeur titulaire à la Faculté de médecine à l'Université de Montréal.

Pour leur part, les spécialistes de HEC Montréal abordent les enjeux de cybersécurité en se basant sur des expertises liées à la gestion, telles que la transformation numérique, l’analyse d’affaires, la gestion des risques, la gouvernance, la gestion de crise, la culture organisationnelle et l’éthique. Ayant à cœur de contribuer au succès des entreprises, ils s’assurent d’apporter des solutions innovantes, efficaces et adaptées aux besoins des entreprises. HEC Montréal offre également des cours en cybersécurité et dans les sous-domaines connexes permettant à la communauté étudiante du 1er cycle au 3e cycle, d’acquérir une solide formation appliquée en gestion.

« La cybersécurité est devenue une priorité stratégique pour l’ensemble des organisations, quel que soit leur taille ou leur secteur d’activités. Par la création de l’IMC2, HEC Montréal mettra à profit ses expertises en sciences de la gestion, que ce soit en technologies de l’information, en gouvernance ou en finance, pour contribuer à prévenir les risques en matière de cybersécurité, faire face aux incidents et s’en rétablir », indique Caroline Aubé, directrice de la recherche et du transfert et professeure titulaire au Département de management à HEC Montréal.

Des actions concrètes

La création de l’IMC2 s’accompagne d’actions concrètes pour les membres des universités partenaires. Les étudiantes et étudiants de chaque organisation ont maintenant la possibilité de se voir créditer des cours en cybersécurité offerts par l’une des trois organisations. Leurs initiatives pourront aussi recevoir l’appui du parcours entrepreneurial spécialisé en cybersécurité de Propolys.

L’IMC2 prévoit aussi agir comme créateur de liens entre le monde universitaire et les acteurs externes spécialisés en cybersécurité et en cyberrésilience, en s’appuyant sur une approche inclusive et ouverte aux partenariats pour se positionner en complémentarité du travail que mènent déjà ses partenaires de longue date, tels que l’OSBL Cybereco et la grappe IN-SEC-M, deux acteurs incontournables de l’écosystème québécois et canadien de la cybersécurité.

En misant sur les ressources déjà en place en recherche et en formation de talents, en développant une culture entrepreneuriale en cybersécurité, en se rapprochant des citoyens par des initiatives d’éducation et de sensibilisation, et en alimentant nos décideurs avec des données probantes, l’IMC2 s’engage à devenir une référence universitaire mondiale en matière de cybersécurité et de cyberrésilience. L’évolution rapide de technologies émergentes telles l’intelligence artificielle, le post-quantique et la 5G souligne la pertinence de la création d’un institut universitaire basé sur l’ouverture et la collaboration.

L’approche multidisciplinaire et intersectorielle de l’Institut permettra également d’intégrer le développement durable comme fil conducteur de l’ensemble des projets, afin d’assurer que les solutions développées s’intégreront dans un cyberavenir écoresponsable et vertueux.

Un évènement inaugural organisé prochainement à Polytechnique Montréal sera l’occasion pour les acteurs de la cybersécurité au pays de se rassembler pour découvrir plus de détails sur l’Institut.


En savoir plus

Site de l'Institut multidisciplinaire en cybersécurité et cyberrésilience
Fiche d'expertise du professeur Frédéric Cuppens
Fiche d'expertise de la professeure Nora Boulahia Cuppens
Site du Département de génie informatique et génie logiciel

À lire aussi

25 janvier 2024
NOUVELLES

Google fait un don majeur de 1,3 million de dollars pour soutenir l’Institut multidisciplinaire en cybersécurité et cyberrésilience (IMC2)

25 mai 2023
Magazine Poly

IMC2 : augmenter la confiance numérique de la société