Carrefour de l'actualité

Vous êtes ici

Cinquième édition de l'Ordre de la rose blanche de Polytechnique Montréal

8 mars 2019 - Source : NOUVELLES

Polytechnique Montréal remettra une bourse d'études pancanadienne de 30 000 dollars à une étudiante en génie qui désire poursuivre sa passion en s'inscrivant à un programme d'études supérieures en génie.

La rose blanche, au fil des années, est devenue le symbole des activités de souvenir de Polytechnique Montréal commémorant la tragédie du 6 décembre 1989. Ce symbole pacifique est devenu l'image d’événements qui sont tenus annuellement depuis le 6 décembre 2014, le jour marquant le vingt-cinquième anniversaire du drame. Dans cette perspective et en hommage aux victimes, blessés, professeurs, employés et étudiants qui se sont retrouvés au cœur de la tragédie, Polytechnique a créé en 2015 la bourse de l'Ordre de la rose blanche.

Cette bourse de 30 000 dollars est remise chaque année par la direction de Polytechnique Montréal à une étudiante en génie qui désire poursuivre sa passion pour le génie en s'inscrivant à un programme d'études supérieures – à la maîtrise ou au doctorat –, dans l'établissement de son choix, au Canada ou ailleurs dans le monde.

Pour une cinquième année, un appel de candidatures est donc lancé au sein des établissements universitaires canadiens qui offrent des programmes en génie. Le nom de la lauréate de l’Ordre de la rose blanche sera connu en décembre 2019.

Des ambassadrices inspirantes

« Je suis très touchée par le fait que l'Ordre de la rose blanche soit une bourse créée en hommage à mes consœurs à qui on a fauché le droit d'exercer le beau métier d'ingénieure », a déclaré Nathalie Provost, marraine de l’Ordre de la rose blanche. « En plus d'être un salut à leur mémoire, la bourse est une main tendue à la relève et permet à une jeune femme de franchir une étape supplémentaire dans la réalisation de son rêve de devenir ingénieure. »

« Si j'étais une jeune étudiante appelée à recevoir l'Ordre de la rose blanche, je me sentirais privilégiée de pouvoir perpétuer l'héritage des femmes ingénieures et d'ajouter ma contribution au patrimoine scientifique de notre société. Je suis persuadée que la boursière ressentira cette fierté », a ajouté Michèle Thibodeau-DeGuire, première femme diplômée en génie civil de Polytechnique Montréal en 1963 et toute première femme présidente du Conseil d'administration de la Corporation de l'École Polytechnique de Montréal.

Un jury prestigieux

Le comité de sélection de l’Ordre de la rose blanche pour 2019, qui est à nouveau présidé par Mme Thibodeau-DeGuire, réunit des personnalités remarquables du monde de l’éducation supérieure au Canada :

  • Cristina Amon, doyenne de la Faculté de science appliquée et de génie, Université de Toronto
  • Kevin J. Deluzio, doyen de la Faculté de génie et des sciences appliquées, Université Queen’s
  • Patrik Doucet, doyen de la Faculté de génie, Université de Sherbrooke
  • Suzanne Fortier, principale et vice-chancelière, Université McGill
  • John Newhook, doyen de la Faculté de génie, Université Dalhousie
  • Peter Wild, doyen de la Faculté de génie, Université de Victoria

Les récipiendaires de l’Ordre de la rose blanche

En décembre 2018, Polytechnique Montréal a remis la quatrième bourse de l’Ordre de la rose blanche à Viviane Aubin, diplômée en génie mécanique de Polytechnique Montréal. Mme Aubin réalise une maîtrise en génie énergétique à Polytechnique.

Viviane Aubin et Nathalie Provost

Viviane Aubin et Nathalie Provost.

En décembre 2017, Polytechnique Montréal a décerné la troisième bourse de l’Ordre de la rose blanche à Ella Thomson, diplômée en génie électrique de l’Université du Manitoba. Mme Thomson réalise un doctorat en génie biomédical à l’Université Stanford, aux États-Unis.

En 2016, Polytechnique Montréal a attribué la deuxième bourse de l’Ordre de la rose blanche à Liane Bernstein, diplômée au baccalauréat en génie physique de Polytechnique Montréal. Mme Bernstein a utilisé cette bourse dans le cadre de ses études doctorales au Département de génie électrique et informatique du Massachusetts Institute of Technology (MIT).

La première bourse de l’Ordre de la rose blanche a été remise en novembre 2015 à Tara Gholami, une diplômée en génie mécanique de l’Université de Calgary, qui a poursuivi ses études à l’Université Stanford.

Le concours interne de l’Ordre de la rose blanche à Polytechnique Montréal, qui est organisé par le Service de l'aide financière et des bourses du Service aux étudiants de Polytechnique, est ouvert aux femmes qui sont citoyennes canadiennes ou résidentes permanentes du Canada, qui sont finissantes dans un programme de génie de Polytechnique et qui ont terminé leur baccalauréat en décembre 2018 ou sont en voie de le terminer en mai ou en août 2019.

Également, une femme qui désire soumettre sa candidature pour le concours interne de l’Ordre de la rose blanche à Polytechnique Montréal doit être inscrite ou en démarche pour s’inscrire aux cycles supérieurs en génie dans un établissement d’enseignement pour l’année suivant sa diplomation au premier cycle. En date du 2 septembre 2019, une candidate devra être inscrite dans un établissement et avoir fourni une preuve d’inscription à cet effet aux responsables du concours à Polytechnique Montréal.

Les candidates finissantes de Polytechnique doivent déposer leur dossier de candidature au plus tard le 14 mai 2019 avant 16 h à la réception du Service aux étudiants de Polytechnique Montréal.

En savoir plus

Modalités de mise en candidature dans le site de l’Ordre de la rose blanche
Profil de Viviane Aubin, récipiendaire 2018 de l’Ordre de la rose blanche
Profil d'Ella Thomson, récipiendaire 2017 de l'Ordre de la rose blanche
Profil de Liane Bernstein, récipiendaire 2016 de l’Ordre de la rose blanche
Profil de Tara Gholami, récipiendaire 2015 de l’Ordre de la rose blanche

À lire aussi

NOUVELLES |  8 mars 2018
Quatrième édition de l'Ordre de la rose blanche de Polytechnique Montréal  |  Lire
NOUVELLES |  25 novembre 2015
Tara Gholami: première récipiendaire de la bourse de l’Ordre de la rose blanche  |  Lire