Carrefour de l'actualité

Vous êtes ici

Le succès sur les chapeaux de roue

Point de vue de diplômé

Par Catherine Florès
4 novembre 2018 - Source : Magazine Poly  | VersionPDFdisponible (Automne 2018)
4 novembre 2018 - Source : Magazine Poly
VersionPDFdisponible (Automne 2018)

Qu’est-ce qui fait courir Étienne Borgeat, po 93, génie mécanique ? Entrepreneur à succès, investisseur, ange financier et pilote automobile… ce talentueux touche-à-tout
Semble nourrir sa folle énergie aux nouveaux défis.

Le goût de l’indépendance

Étienne Borgeat

Sur le CV d’Étienne Borgeat figure une unique expérience en tant qu’employé. Tout frais émoulu de Polytechnique, il est, en effet, entré comme consultant au sein d’une entreprise de services-conseils en CAD (conception assistée par ordinateur). « La CAD était alors en plein développement et la demande était forte dans les industries. Je réalisais des mandats chez Bombardier ; j’étais aux premières loges pour saisir les besoins du secteur aéronautique en solutions permettant de réduire l’intervalle entre
la conception d’un produit et sa mise en marché », rapporte-t-il.

Au bout de quelques années, l’ingénieur se lance dans l’aventure de l’entrepreneuriat avec un collègue français, Olivier Letard, en l’an 2000. Ils créent idCAD Consulting, spécialisée en gestion de vie des produits, qui prend tout de suite une envergure multinationale malgré son effectif de deux personnes. « Bombardier m’a fait confiance, tandis qu’Olivier, en France, décrochait un beau mandat chez Peugeot. »

Succès international

« Cela prenait certes un certain culot au début pour approcher de grandes firmes, mais notre expérience était éloquente et comme ingénieurs, nous parlions le même langage que les équipes de nos clients. De plus, les éditeurs d’outils CAD cautionnaient notre savoir-faire, bien que nous conservions notre indépendance vis-à-vis d’eux. »

En 2007, idCAD Consulting absorbe la française PCO Technologies et devient PCO Innovation. La clientèle s’enrichit de noms comme Boeing, Airbus, Renault, BMW, Toyota, Véolia, entre autres, et l’entreprise déploie ses activités dans une quarantaine de pays. « Les mandats n’étaient plus seulement en consultation ; nos équipes prenaient en main des projets complets, parfois de plusieurs centaines de milliers, voire de millions, de dollars chez nos clients. »

Diversification d’activités

L’expertise spécifique de PCO Innovation et le boom de son marché attirent les géants de l’industrie des services-conseils, dont Accenture, qui se porte acquéreur de l’entreprise en 2014. Pour Étienne Borgeat, c’est l’occasion de développer d’une autre façon sa fibre entrepreneuriale, cette fois en faisant profiter de son expertise d’autres jeunes entrepreneurs. En tant qu’investisseur, il soutient les projets les plus divers, en restauration, production publicitaire, commerce, etc.

Il devient également un habitué de l’émission dans l’oeil du dragon, de Radio-Canada, comme ange financier. « Je m’investis auprès de gens dont je partage la vision et les valeurs. » Il se consacre également à une autre de ses passions : la course automobile. Il s’y fait un nom en remportant plusieurs championnats comme pilote de Porsche GT3 Cup.

En parallèle, il développe avec son frère Vincent une entreprise d’applications mobiles pour aider des personnes souffrant de stress et de troubles du sommeil, projet né d’une idée de son père psychiatre.

Selon lui, le secret du succès en affaires tient beaucoup à l’art de bien choisir son équipe. « On peut se retrouver bien seul à la barre d’une entreprise si on ne s’est pas entouré de personnes aux compétences complémentaires, qui vont nous aider à nous remettre en question. »

Si le leadership et le flair sont des talents de base nécessaires, ils se développent avec l’expérience, pense-t-il. « Bien entendu, une solide formation technologique et la compréhension des besoins de l’industrie font aussi partie de l’équation. À cet égard, les diplômés de Polytechnique sont privilégiés. »

 

À lire aussi

NOUVELLES |  18 septembre 2009
Quatre diplômés de Polytechnique finalistes du Grand Prix de l'Entrepreneur d'Ernst & Young pour le Québec  |  Lire
Magazine Poly |  5 novembre 2018
Passer le flambeau d’une entreprise, d’un diplômé à un autre  |  Lire