Carrefour de l'actualité

Le parcours international d’un as des données

Par Christian Merciari
19 juin 2024 - Source : Magazine Poly  | VersionPDFdisponible (Été 2024)
19 juin 2024 - Source : Magazine Poly
VersionPDFdisponible (Été 2024)
Le diplômé Nicolas Renaud
Nicolas Renaud, responsable de la transformation numérique des affaires chez Syensqo.


C’est d’abord pour comprendre comment le monde fonctionne que Nicolas Renaud a choisi le programme de génie mécanique à Polytechnique Montréal. Son grand-père possédait un atelier d’usinage, et c’est dans cet atelier que la curiosité de Nicolas pour l’ingénierie a d’abord pris son envol. Après un baccalauréat obtenu en 2005, il a poursuivi ses études avec une maîtrise en génie industriel, toujours à Polytechnique (2006), afin de se perfectionner dans l’optimisation des processus et les méthodes de production.

La passion de l’optimisation

Nicolas Renaud a amorcé son parcours professionnel chez Pratt & Whitney, durant ses études de maîtrise. Toutefois, c’est quand Procter & Gamble de Toronto l’a recruté pour optimiser son mécanisme d’intégration des fusions-acquisitions que le parcours de Nicolas s’est précisé. Il a troqué l’optimisation des processus et méthodes de production pour l’amélioration des systèmes d’information. Il a ensuite choisi de poursuivre sa formation universitaire en allant à Fontainebleau (France) et à Singapour pour faire un MBA à l’Institut européen d'administration des affaires (INSEAD), reconnu comme l'un des meilleurs programmes de MBA au monde. C’est au cours de cette étape que le champ d’intérêt de Nicolas est passé de l’optimisation des technologies de l’information à l’optimisation d’entreprise. Il a ensuite continué son aventure à Paris chez Oliver Wyman, firme de conseil en stratégie, où il a accompagné diverses entreprises en quête d’optimisation pour atteindre leurs objectifs de croissance.

La formation d’ingénieur, un atout précieux

Dans ses tâches chez Oliver Wyman, la formation d’ingénieur de Nicolas Renaud lui a été un atout très précieux pour comprendre les problèmes des entreprises avec lesquelles il a travaillé comme consultant. En analysant les enjeux et en structurant les bonnes solutions selon chaque situation rencontrée, il a aidé ses clients à atteindre leurs objectifs de croissance et de transformation. « Je me souviens de mes cours de génie mécanique, où la première chose était de résumer le problème avec une équation mathématique et ensuite de le résoudre. C’était la même approche chez Oliver Wyman, mais cette fois avec des problèmes qui n’étaient pas mécaniques. Poly a été l’épine dorsale de mon parcours professionnel », affirme-t-il. Cette approche de l’ingénierie des enjeux en entreprise est ce qui distingue Nicolas des autres types de gestionnaires qui ont reçu des formations plus classiques du monde des affaires : « L’ingénieur veut comprendre les aspects techniques du problème, alors que la personne avec un parcours de type “école de commerce” va préférer les aspects commerciaux et financiers. Ce sont des approches différentes dont l'une n'est pas nécessairement meilleure que l'autre, mais dans le cadre d’une entreprise qui œuvre dans le domaine technique, le bagage d’ingénieur est extrêmement utile », ajoute Nicolas.

Le souci de progresser sans cesse

Parce qu’il souhaitait être en mesure de donner suite à ses recommandations de consultant, Nicolas a fait le choix de quitter le monde de la consultation stratégique pour un milieu où il serait en mesure de réaliser concrètement ses recommandations. Ainsi, il pourrait mener à bien les diagnostics posés sur les enjeux analysés et rencontrés en entreprise. Il a donc accepté en 2014 de se joindre à la firme Syensqo (anciennement Solvay), groupe chimique belge avec une empreinte industrielle dans plus de soixante pays, pour laquelle il avait travaillé comme consultant. Ce changement de poste a nourri la curiosité et l’envie de progresser de Nicolas Renaud, le stimulant à mener un projet d'intrapreneuriat innovant.

La croissance par de nouvelles approches de développement

Dans les bureaux parisiens de Syensqo, Nicolas Renaud a en effet réalisé que la croissance de l’entreprise pouvait dépasser les schémas traditionnels d'investissement en recherche et développement. « Je voulais voir comment il était possible d’utiliser les données opérationnelles de nos clients générées autour de l’utilisation de nos produits pour augmenter la performance globale des processus grâce à un ajustement dynamique de nos produits », mentionne-t-il. Il a donc décidé de centrer son approche en analysant les activités de l’industrie minière, où Syensqo est le leader mondial des réactifs. Il a déménagé avec sa famille de Paris à New York, au siège social de l’activité minière de Syensqo. Le projet, initialement prévu pour une durée d'un an, s'est vu prolongé au-delà de cinq ans, grâce au succès rencontré par SolvExtract™ et SmartFloat™, fruits du travail de l'équipe qu'il a formée et dirigée, et qui ont transformé le marché.

De retour à Montréal depuis moins d'un an, Nicolas Renaud renoue en quelque sorte avec ses racines. Sa qualité d’expert de renommée mondiale dans la transformation numérique des entreprises exige de lui qu’il continue d'investir massivement en temps et en ressources dans le développement d'outils informatiques. Ainsi, mû par sa curiosité d'ingénieur et son engagement à résoudre les défis, il se maintient à l'avant-garde de son industrie, que ce soit ici ou ailleurs.

À lire aussi

3 novembre 2021
NOUVELLES

Le professeur Charles Audet publie un livre sur l’optimisation continue

11 avril 2022
Magazine Poly

Un bouillonnement d’innovations chez Hydro-Québec