Carrefour de l'actualité

Vous êtes ici

La Mission Génios pour initier au génie et à la citoyenneté numérique

Impact

Par Catherine Florès
5 novembre 2018 - Source : Magazine Poly  | VersionPDFdisponible (Automne 2018)
5 novembre 2018 - Source : Magazine Poly
VersionPDFdisponible (Automne 2018)

Qui a déjà suivi un cours pour apprendre à utiliser correctement les courriels ou les médias sociaux? Généralement, pas plus les jeunes que les adultes. On croit à tort que la génération Internet détient toutes les compétences pour maîtriser et employer ces moyens de communication, sous prétexte qu’elle évolue depuis sa naissance dans un monde où la technologie règne. Le besoin avéré d’initier les jeunes à la sécurité des échanges en ligne a inspiré à l’équipe d’animation scientifique de Polytechnique, Folie Technique, un projet d’activité intégrant cette dimension et proposé aux classes de secondaire : la Mission Génios.

Une activité d’initiation scientifique avec quelque chose en plus

Plusieurs enjeux d’éthique et de sécurité sont liés aux comportements en ligne, ce qu’on appelle aussi la « citoyenneté – ou civilité – numérique ». Diffuser trop d’informations relevant de la vie privée, relayer de fausses informations dans les médias sociaux, accéder illicitement à des contenus ou encore ouvrir, voire partager des courriels infectés, font partie des risques courus par les élèves mal informés.

« Pour exercer leur jugement sur leurs comportements en ligne, pour discerner si leurs actions sont appropriées et quelles conséquences elles pourront avoir pour les autres comme pour eux-mêmes, les jeunes ont besoin de certaines connaissances », observe Evelyne Lussier, conseillère aux futurs étudiants et coordonnatrice du projet Mission Génios, qui a elle-même été enseignante au secondaire entre 2004 et 2016. « Nous avons donc réfléchi à une façon pertinente de les leur apporter. »

L’équipe de Folie Technique a cherché une façon d’intégrer la dimension de citoyenneté numérique à sa mission d’initiation des jeunes aux sciences, technologies, ingénierie et mathématiques (STIM). Pour ce faire, elle a consulté des conseillers techno pédagogiques et des professeurs du secondaire avant de travailler au développement d’un concept d’activité en collaboration avec La Boîte à sciences, un organisme à but non lucratif d’animations scientifiques. En ce qui concerne les aspects pédagogiques, l’équipe a également consulté le Pr Richard Labib, du Département de génie industriel et de mathématiques, concepteur du Défi du Professeur Polynume, une activité ludique sur les mathématiques proposée par Folie Technique aux élèves de 1re secondaire.

« Nous cherchions à développer une activité clé en main, pédagogique autant que ludique, pour initier les jeunes à divers aspects de la profession d’ingénieur en utilisant leur goût pour les technologies, tout en les sensibilisant à l’éthique et à la sécurité numériques », rapporte Evelyne Lussier. Ce projet a reçu le soutien financier d’Actüa (organisme de sensibilisation des jeunes aux STIM, dont Folie Technique est membre), dans le cadre du projet CanCode, une initiative du gouvernement fédéral.

Protéger une mission de colonisation spatiale contre des tentatives de sabotage

De ce travail de réflexion en profondeur est née la Mission Génios, qui allie différents aspects : jeu vidéo multiéquipes, construction de maquette 3D et jeu de rôles. « Il s’agit d’une mission de colonisation spatiale, où les participants, rassemblés en équipes, ont à construire des bâtiments. Chaque équipe se choisit un rôle : ingénieur civil, ingénieur informatique, ingénieur en aérospatiale, ou encore agronome, pilote ou spécialiste des télécommunications. Ces personnages s’affichent sur un réseau social fictif, Polyface », explique Mme Lussier.

« Au cours de leur mission, les participants sont victimes d’un saboteur, qui tente d’intercepter des plans et d’envoyer de fausses informations par courriel. Les joueurs doivent donc faire attention à leurs communications. Chaque fois qu’un joueur se fait piéger par le saboteur, son équipe perd des points. Le saboteur laissant des traces, des joueurs attentifs peuvent le démasquer. Le jeu se rapproche donc d’une partie de Clue, mais avec des aspects scientifiques bien présents : volume des prismes, statistiques et probabilités. »

Destinée aux élèves de 3e et 4e secondaire, l’activité menée par les animateurs de Folie Technique avec l’aide de l’enseignant de la classe se termine par une réunion-bilan qui aide les jeunes à prendre conscience de la façon dont ils se comportent habituellement en ligne. « La Mission Génios contribue à alimenter dans les écoles la conversation sur la littératie numérique. Le niveau d’engagement des participants permettra d’en mesurer le succès », estime Mme Lussier, qui se réjouit de l’intérêt déjà manifesté par plusieurs établissements dès que l’activité a été rendue disponible, il y a quelques semaines à peine.

Point de vue d’experte : Catalina Briceno, spécialiste des transformations numériques, Médias et Culture, professeure invitée, École des médias de l’UQÀM

« Oui, les adultes ont des compétences numériques à enseigner aux jeunes! Bien qu’ils soient généralement plus habiles à explorer les technologies, les jeunes ont besoin d’un accompagnement pour acquérir un regard critique sur leurs comportements en ligne. L’autonomie numérique devrait se faire dans une perspective de coéducation, sur une base d’échanges entre adultes et jeunes, qui ont beaucoup de choses à apprendre les uns des autres en matière de compétences. C’est de cette façon que l’on peut construire un cadre sécuritaire et sain de l’usage des technologies.

La littératie numérique devrait être une priorité pour toutes les organisations. Et celles qui ont une mission d’enseignement des sciences et des technologies ont une responsabilité plus grande encore dans ce domaine. Une initiative comme Mission Génios est donc essentielle. Elle est d’autant plus pertinente qu’elle adopte une approche ludique, qui permet de mieux faire passer le message aux jeunes. Les technologies numériques et connectées ont énormément à nous offrir, mais elles cachent beaucoup de pièges. À cet égard, l’analogie que fait Mission Génios avec un saboteur caché dans le jeu est excellente! »

Mission Genios

De gauche à droite : Sophie Larivée, directrice du Service du recrutement de Polytechnique Montréal; Evelyne Lussier, conseillère aux futurs étudiants et coordonnatrice du projet Mission Génios à Polytechnique Montréal; Julie Doucet Lamoureux, directrice de Folie Technique. (Photo : Caroline Perron photographies)

À lire aussi

NOUVELLES |  21 novembre 2018
Mission Génios : initier les adolescents à la citoyenneté numérique et au génie par le jeu  |  Lire
NOUVELLES |  15 novembre 2016
Animation scientifique : le camp Folie Technique récompensé par l’Association des camps du Québec  |  Lire