Carrefour de l'actualité

Vous êtes ici

Enseigner le génie à l’heure numérique : Polytechnique 3.0

Enseignement

Par Catherine Florès
10 décembre 2016 - Source : Magazine Poly  | VersionPDFdisponible (Décembre 2016)
10 décembre 2016 - Source : Magazine Poly
VersionPDFdisponible (Décembre 2016)

Polytechnique s’ouvre de nouveaux horizons en matière de pédagogie en associant son sens de l’innovation à l’usage des technologies numériques. Le Pr Pierre G. Lafleur, conseiller stratégique aux techno-pédagogies et à l’apprentissage actif, explique l’évolution des pratiques d’enseignement en cours dans notre institution.

Quelle est la vision actuelle de Polytechnique en matière de pédagogie ?

C’est de placer l’étudiant au cœur de son apprentissage, en lui donnant les moyens de s’y impliquer.

Nous ne pensons pas que les technologies numériques devraient être employées pour offrir une formule unique d’enseignement qui conviendrait à tous les étudiants. Nos étudiants ont différents besoins, nous visons donc à constituer une panoplie d’outils de formation la plus complète possible. Cours en présentiel utilisant une pédagogie active, cours à distance, cours hybrides, classes inversées, MOOCs, etc., toutes ces formules ont leur place dans notre offre, et nous en avons déjà un certain nombre à notre actif. Idéalement, il faudrait retrouver des cours déclinés selon chacune de ces formules dans chacun de nos programmes de génie. C’est ce que nous visons d’ici trois ans.

En quoi l’usage des technologies numériques modifie le rôle de l’enseignant ?

Dorénavant, l’enseignant n’est plus celui qui détient l’information et qui la distribue à ses étudiants. Il devient un « expert en apprentissage ». Il apprend aux étudiants à gérer l’information qu’ils peuvent obtenir par différents moyens et les aide à bâtir leurs apprentissages. Car nos étudiants sont peut-être des « enfants du numérique », mais cela ne signifie pas qu’ils détiennent naturellement les habiletés informationnelles nécessaires pour exercer leur futur rôle d’ingénieur. On doit leur enseigner comment chercher, évaluer, organiser, utiliser et partager l’information de façon efficace, responsable et éthique.

Comment envisagez-vous l’utilisation des données pour améliorer les pratiques que vous mentionnez dans le rapport une expérience étudiante enrichissante à l’ère du numérique que vous avez récemment déposé ?

L’un des grands avantages des outils numériques, c’est qu’ils génèrent des données pertinentes permettant de mesurer l’assimilation par les étudiants des savoirs qui leur sont dispensés, mais aussi leur attention et leur appréciation des cours, le tout en temps réel. En analysant ces informations, le professeur peut rapidement intervenir pour aider les étudiants de façon plus personnalisée, sans attendre l’examen qui pourrait signifier l’échec pour un étudiant en difficulté. Il peut aussi modifier ses pratiques d’enseignement, de façon à ce qu’elles répondent mieux aux besoins des étudiants.

Comment soutenir les professeurs dans la transformation des pratiques d’enseignement ?

Nos professeurs sont très conscients qu’il ne suffit pas de mettre de la technologie dans un cours pour lui donner une plus-value. Notre rôle est de les impliquer, de les outiller et de les accompagner dans le développement de contenus de formation utilisant la pédagogie active.

Un de nos enjeux est la reconnaissance du travail des professeurs dans cette démarche de développements pédagogiques. La charge professorale doit être correctement évaluée. Le développement de la communauté de pratiques démarrée par l’actuel Bureau d’appui pédagogique, ainsi que la mise sur pied d’un centre sur l’enseignement et l’apprentissage et de deux chaires en enseignement et apprentissage du génie, nous permettront d’atteindre ces objectifs.


Pr Pierre G. Lafleur, conseiller stratégique aux techno-pédagogies et à l’apprentissage actif à Polytechnique Montréal.

À lire aussi

NOUVELLES |  8 février 2018
Polytechnique Montréal inaugure deux chaires en enseignement et apprentissage du génie  |  Lire
NOUVELLES |  14 juin 2017
Bilan de la 12e Journée de l’enseignement et de l’apprentissage à Polytechnique Montréal  |  Lire

Mots-clés

Techno-pédagogies