Salle de presse

Vous êtes ici

Communiqués officiels

Personne(s)-ressource(s) auprès des médias
Annie Touchette
Conseillère principale, Service des communications et des relations publiques
Polytechnique Montréal
514 231-8133

Polytechnique Montréal inaugure deux chaires en enseignement et apprentissage du génie

Forte de 40 ans d’innovation pédagogique, Polytechnique anticipe la transformation du modèle d’enseignement universitaire

8 février 2018

Montréal – Polytechnique Montréal inaugurait hier la Chaire Innovation en moyens pédagogiques d’apprentissage actif pour le génie (IMPACTG) et la Chaire en apprentissage par projets. À l’heure où les technologies numériques modifient les modes d’acquisition des savoirs et où les étudiants demandent des apprentissages personnalisés, l’institution, s’appuyant sur 40 ans d’innovation en enseignement soutenue par son Bureau d’appui pédagogique, se positionne aux avant-postes de la transformation annoncée de l’enseignement universitaire.

IMPACTG (Innovation en moyens pédagogiques d’apprentissage actif pour le génie) : des outils pour favoriser la réussite des étudiants

Quelles sont les approches à privilégier pour former les meilleurs ingénieurs de demain? C’est à cette préoccupation, centrale pour Polytechnique Montréal, que vise à répondre la Chaire IMPACTG, vouée au développement de la recherche et de l’évaluation des pratiques pédagogiques.

« Classes inversées, outils d’apprentissages virtuels, apprentissage par projets… : un grand nombre de nouvelles approches ou stratégies en matière de pédagogie active sont déjà utilisées par différents professeurs à Polytechnique. Nous avons entrepris de documenter, d’évaluer et de valoriser ces initiatives », explique le titulaire de la Chaire IMPACTG, Patrice Farand, maître d’enseignement au Département de génie chimique.

C’est dans cette optique que l’équipe d’IMPACTG construit un outil encore unique dans le monde francophone de l’enseignement du génie : un portail web ouvert à toute la communauté, qui donnera accès à une base de données multicritères permettant de rechercher facilement des méthodes, techniques ou activités pédagogiques favorisant l’implication des étudiants en classe.

En parallèle, la Chaire réalise des projets qui touchent directement les préoccupations des étudiants. En collaboration avec l’Association des étudiants de Polytechnique et le Bureau d’appui pédagogique, IMPACTG s’intéresse cet hiver à l’évaluation de la charge de travail des étudiants au baccalauréat. « Nous croyons à l’importance d’être à l’écoute des étudiants et de les soutenir », résume le cotitulaire de la Chaire, Michel Perrier, professeur au Département de génie chimique.

L’équipe mène également des projets de recherche en enseignement et apprentissage du génie, avec le concours de spécialistes en sciences de l’éducation. On s’intéresse, par exemple, aux effets des pratiques pédagogiques sur les dimensions de la professionnalisation des étudiants en génie, ou encore sur l’efficacité des méthodes d’enseignement en lien avec l’engagement cognitif en classe.

La Chaire entend promouvoir les pratiques d’enseignement et d’apprentissage innovantes en génie au Québec. Elle prévoit à cet égard l’organisation d’événements tels une Journée québécoise de l’enseignement et de l’apprentissage du génie, de même qu’une école d’été en pédagogie appliquée à l’enseignement du génie.

La Chaire en apprentissage par projets : encadrer la démarche de conception

Partant du postulat que c’est en faisant qu’on apprend et retient le mieux, la Chaire en apprentissage par projets, dirigée par Daniel Spooner, maître d’enseignement au Département de génie mécanique, vise à optimiser l’apprentissage par projets proposé aux étudiants de Polytechnique Montréal.

La Chaire consacre en particulier ses travaux à enrichir les projets intégrateurs, à bonifier les méthodes d’évaluation, à développer de meilleurs outils de suivi des étudiants et à partager les meilleures pratiques en apprentissage par projets. Elle s’appuie notamment sur les connaissances partagées au sein du regroupement universitaire international CDIO, pour Conceive, Design, Implement, Operate, (voir cdio.org) dont Polytechnique Montréal est membre.

On veut s’assurer que les étudiants vivent une expérience de projet s’approchant le plus possible de ce qui les attend dans le milieu industriel : rencontrer des clients, planifier le temps et les ressources, documenter et justifier leur démarche, proposer des concepts et démontrer la validité technique, économique, sociale et environnementale de leurs idées. « L’objectif est de bien préparer ces futurs ingénieurs à s’approprier les savoirs et les expertises et à les mobiliser collectivement dans leurs futurs milieux de travail. Nous souhaitons qu’ils entrent dans les entreprises avec une capacité à innover éprouvée, en étant en mesure d’apporter de nouvelles façons de faire et de bonifier la culture de ces entreprises », déclare Daniel Spooner.

Un nouveau sens aux efforts des étudiants et au rôle des professeurs

Grâce au soutien de la Fondation de Polytechnique, les deux chaires disposent chacune d’un fonds annuel de 375 000 dollars pour cinq ans. Se complétant dans leurs objectifs, elles contribueront à valoriser et promouvoir, au sein de Polytechnique Montréal, les pédagogies actives qui contribuent, tel que confirmé par la recherche, à des apprentissages plus en profondeur et à une meilleure réussite des étudiants.

« Avec l’avènement du numérique, les professeurs passent de détenteurs du savoir à accompagnateurs des étudiants dans l’acquisition de leurs connaissances et le développement de leurs compétences. Les travaux de nos deux nouvelles chaires aideront les professeurs à jouer ce nouveau rôle, tout en aidant les étudiants à devenir plus actifs dans leurs apprentissages », souligne le directeur général de Polytechnique, Philippe Tanguy.

De leur côté, les étudiants considèrent qu’en créant ces chaires d'enseignement, Polytechnique témoigne de sa volonté d’optimiser et de valoriser leur formation au baccalauréat. « Pour l'Association des étudiants de Polytechnique (AEP), c'est également une occasion de collaboration pour mener des études sur différents aspects de l'enseignement à Polytechnique », ajoute Blanche Mageau-Béland, vice-présidente à l'éducation de l'Association des Étudiants de Polytechnique (AEP). « C'est réellement motivant pour les représentants étudiants d'être inclus de cette façon dans l'amélioration de l'enseignement à Polytechnique. Ce genre de collaboration permet aux étudiants et aux enseignants responsables des chaires de s'unir afin de travailler ensemble pour l'amélioration continue de l'enseignement à Polytechnique. »

La démarche pédagogique de Polytechnique fait école

La création des deux chaires en enseignement et apprentissage du génie est le fruit de la culture pédagogique qui a été instaurée au sein de Polytechnique au fil du temps par diverses actions concrètes de l’établissement pour valoriser l’enseignement : création du Bureau d'appui pédagogique (BAP), qui, depuis 40 ans, accompagne les professeurs de Polytechnique dans toutes les évolutions qu’a connu l’art d’enseigner; subventions annuelles aux professeurs pour du développement pédagogique depuis 1978; accompagnement pédagogique obligatoire des nouveaux professeurs depuis 1984; processus rigoureux d’évaluation de l’enseignement par les étudiants qui fournissent des pistes d’amélioration de leur enseignement aux professeurs, création d’une cellule multimédia en soutien à l’enseignement, etc.

« Cette diversité de moyens mis en place pour soutenir l’enseignement et l’innovation pédagogique est un des ingrédients du succès que connaît Polytechnique en enseignement, l’autre étant bien sûr le talent de ses professeurs », estime Lina Forest, directrice du Bureau d’appui pédagogique.

D’ailleurs, le BAP, reconnu comme un modèle de rigueur, fait des émules hors des murs de Polytechnique. Depuis quelques années, on observe en effet la création de structures similaires au BAP dans des universités françaises, suisses ou belges. Cet essaimage est favorisé par l’accueil à Polytechnique de représentants d’établissements européens venus s’inspirer de ses pratiques en matière de pédagogie.

« J’ai eu la chance d’être plongé au cœur des activités du BAP. J’ai donc pu voir quel type de soutien est apporté aux enseignants et de quelle façon il est apporté. Je suis impressionné par l’avance que détient le BAP en matières de procédures. La démarche est très bien structurée, formalisée et rigoureuse », témoigne Jean-Michel Génevaux, enseignant-chercheur en mécanique acoustique à l’Université du Mans, en France, qui a passé plusieurs mois en stage au sein du BAP.

Pour Sarah Lemarchand, chargée de mission Innovations pédagogiques à l’Université Paris Saclay, « Polytechnique Montréal est une source d’inspiration! L’approche pragmatique du BAP produit un système collaboratif auquel prennent part les professeurs, les étudiants et les différentes commissions. C’est très enrichissant de voir de près la réflexion sur l’excellence pédagogique menée par le BAP et sur la culture de l’enseignement développée à Polytechnique. »

À propos de Polytechnique Montréal

Fondée en 1873, Polytechnique Montréal est l’une des plus importantes universités d’enseignement et de recherche en génie au Canada. Elle occupe le premier rang au Québec pour l’ampleur et l’intensité de ses activités de recherche en génie. Polytechnique Montréal est située sur le Campus de l’Université de Montréal, le plus grand campus universitaire francophone en Amérique. Avec plus de 47 500 diplômés, Polytechnique a formé 22 % des membres de l’Ordre des ingénieurs du Québec. Elle propose plus de 120 programmes de formation. Polytechnique compte 260 professeurs et 8 300 étudiants. Son budget annuel de fonctionnement s’élève à 213 millions de dollars, dont un budget de recherche de 75 millions de dollars.

De gauche à droite : Philippe A. Tanguy, directeur général de Polytechnique Montréal; Michèle Thibodeau-DeGuire, principale et présidente du Conseil d’administration de Polytechnique Montréal; Steven Chamberland, directeur des affaires académiques et de l

De gauche à droite : Philippe A. Tanguy, directeur général de Polytechnique Montréal; Michèle Thibodeau-DeGuire, principale et présidente du Conseil d’administration de Polytechnique Montréal; Steven Chamberland, directeur des affaires académiques et de la vie étudiante; Daniel Spooner, maître d’enseignement au Département de génie mécanique et titulaire de la Chaire en apprentissage par projets; Patrice Farand, maître d’enseignement au Département de génie chimique et titulaire de la Chaire IMPACTG; Michel Perrier, professeur titulaire au Département de génie chimique et cotitulaire de la Chaire IMPACTG; Manon du Ruisseau, chef de section des services-conseils de la Bibliothèque Louise-Lalonde-Lamarre de Polytechnique Montréal; Blanche Mageau-Béland, vice-présidente éducation de l’Association des étudiants de Polytechnique; Lina Forest, directrice du Bureau d’appui pédagogique.

Dossier de presse

Personne(s)-ressource(s) auprès des médias
Annie Touchette
Conseillère principale, Service des communications et des relations publiques
Polytechnique Montréal
514 231-8133

Relations avec les médias

Les professionnels du Service des communications et des relations publiques planifient, coordonnent et supervisent les relations qu'entretient Polytechnique Montréal avec les médias.


Rencontrer notre équipe 

Archives