Actualités

Étude de Protégez-Vous et Polytechnique sur les champs électromagnétiques radiofréquences : Des mesures bien en deçà des normes

27 novembre 2012 - À compter d'aujourd'hui, Protégez-Vous présente en exclusivité sur son site Web les résultats d'une étude conjointe sur les champs électromagnétiques radiofréquences, réalisée conjointement avec Polytechnique Montréal, à l'adresse www.protegez-vous.ca/ondes_electromagnetiques; accès abonnés seulement. Conclusion : dans tous les cas, les intensités mesurées se situent bien en deçà des normes canadiennes, normes qui demeurent fort comparables aux normes internationales les plus sévères en la matière.


Les résultats présentés proviennent d'une démarche scientifique basée sur un protocole rigoureux impliquant la prise de mesures de densité de puissance de rayonnement électromagnétique radiofréquence effectuées au cours de l'été 2012 au sein de 23 demeures et 34 lieux publics répartis dans plusieurs régions du Québec. Des mesures ont aussi été prises sur des compteurs intelligents de nouvelle génération d'Hydro-Québec de même que sur divers appareils domestiques (four à micro-ondes, moniteur pour bébé, routeur sans fil, etc.) qui produisent des ondes radiofréquences. Toutes les données ont été recueillies avec l'aide d'équipements scientifiques haut de gamme bien adaptés à ce type de mesures, et calibrés par un organisme gouvernemental certifié.

« Avec la publication de ces résultats, Protégez-Vous et Polytechnique souhaitent contribuer de façon objective et scientifique au débat entourant les champs électromagnétiques radiofréquences. Ce faisant, nous espérons aider nos lecteurs à voir plus clair dans cette épineuse question et à se forger leur propre opinion », précise Clémence Lamarche, chargée de projets sénior – tests et évaluation, à Protégez-Vous.

Lancée en mai 2012 par Polytechnique Montréal, la brigade électro-urbaine a participé activement à l'étude. Regroupant six étudiants et dirigée par Thomas Gervais, chargé d'enseignement à Polytechnique et vulgarisateur scientifique, la brigade s'est intéressée au cours de l'été 2012 à la caractérisation spectrale des appareils commerciaux de détection des ondes ainsi qu'à la caractérisation de toutes les sources d'ondes que l'on retrouve dans l'environnement familial. Les étudiants se sont également penchés sur la caractérisation spectrale des ondes dans l'environnement urbain. « Notre objectif était de profiter de l'expertise en science et en génie de Polytechnique pour rencontrer des gens curieux ou préoccupés par l'exposition aux ondes et répondre à leurs questions non pas par des mots, mais par des mesures. Nous avons voulu donner la chance aux citoyens de comprendre comment ces mesures se font et ce qu'elles donnent dans leur domicile » souligne Thomas Gervais.


Les membres de la brigade électro-urbaine de Polytechnique Montréal. En haut de gauche à droite : Béatrice Boudreault, Wendy-Julie Madore, Thomas Gervais, Esther Valtina Pouegue Kemgang. En bas de gauche à droite : François Bergeron, Francis Bulota, Jérome Poulin.

Principales conclusions de l'étude
Toutes les mesures relevées sont très en deçà des normes canadiennes et internationales. En effet, la mesure ambiante la plus élevée recueillie dans les domiciles est de 0,001 W/m2 (2 000 fois plus faible que la norme canadienne) et la moyenne des mesures ambiantes maximales prises dans les maisons est de 0,0002 W/m2 (10 000 fois plus faible que la norme canadienne). Voici quelques-unes des conclusions :

  • Les environnements densément peuplés exposent à un plus grand rayonnement. De même, les appartements et les condominiums recèlent en moyenne une plus grande présence d'ondes radiofréquences que les maisons unifamiliales. Même s'il existe des exceptions, les mesures indiquent que le rayonnement augmente en moyenne lorsqu'on monte les étages, tandis qu'il diminue dans les sous-sols.
  • Dans les 34 lieux publics du Québec visités (parcs, rues, édifices à bureau), la mesure recueillie la plus élevée a été obtenue au sommet du parc du Mont-Royal, à 25 mètres de la base de l'antenne radio FM (0,12 W/m2). À cette position, 75 % du signal mesuré provient de la radio FM (entre 88 et 108 MHz). Pour cette plage de fréquence, la norme est fixée à une densité de puissance maximale de 2 W/m2. Cela signifie donc que la mesure recueillie est 16 fois plus faible que la limite canadienne.
  • Les mesures effectuées sur les compteurs intelligents de nouvelle génération sont en accord avec celles publiées par Hydro-Québec. À environ un mètre de distance de l'appareil, la densité de puissance moyenne mesurée est de 0,00005 W/m2 (130 000 fois plus faible que la norme) et la valeur maximale de l'intensité du champ électrique se situe à 4 V/m (2 500 fois plus faible que la norme).
  • Les fours à micro-ondes sont de loin les appareils qui émettent le plus de radiofréquences dans les domiciles. Des mesures ont été effectuées à 30 cm de la porte de l'appareil et à puissance maximale. La moyenne des densités de puissance mesurée est de 0,06 W/m2 (155 fois plus faible que la norme canadienne). Les résultats montrent qu'il n'y a pas de lien entre la puissance en watt telle que spécifiée par le fabricant et la densité de puissance mesurée. De plus, ni l'âge de l'appareil ni le fabricant ne semblent influencer les résultats.

Les appareils conçus pour « protéger » des ondes radiofréquences
Protégez-Vous, accompagné d'experts provenant de trois universités différentes, a aussi évalué la performance de huit appareils conçus pour « protéger » des ondes radiofréquences, dont un sac de couchage, un bonnet de protection, une peinture, des sphères de polypropylène, une pochette de protection pour iPhone, un pendentif et un adaptateur USB qui se branche dans un routeur ou un ordinateur.

Conclusion : Si certains atténuent légèrement les ondes, d'autres relèvent de l'ésotérisme ou de l'arnaque pure et simple.

À propos des champs électromagnétiques radiofréquences
Les ondes radiofréquences correspondent à une certaine plage de fréquence du spectre électromagnétique compris entre 3 kHz (3000 Hz) et 300 GHz (3 x 1011Hz). Une foule d'appareils courants comme le four à micro-ondes, le routeur wi-fi et le cellulaire fonctionnent avec des ondes radiofréquences. Plusieurs systèmes de communication utilisent également ces ondes; c'est le cas des communications militaires ou de services d'urgence.

L'exposition aux champs électromagnétiques provient de plusieurs sources. Que ce soit en milieu résidentiel, en milieu de travail ou lors de la fréquentation de lieux publics, l'intensité de ces champs variera en fonction du type de source émettrice et selon la distance à laquelle l'individu se situe par rapport à cette source.

 

 

© École Polytechnique de Montréal
Bottin | Plan du site | Recherche | Conditions