Les séminaires Découverte du vendredi

29 mars 2019 à 15h - LOCAL M-1020

Nathalie Viens
Vice-présidente principale, Canada Est
Veolia Amérique du Nord

Ingénierie chimique, un parcours à multiples facettes

Voir le monde tel qu’il devrait être et non pas seulement tel qu’il est, est une philosophie qui peut vous mener loin!
De la salle de cours de poly au pied d'un camion de 250 tonnes en Australie; voyez comment des études en ingénierie chimique peuvent vous mener à un parcours au sein de multinationales renommées et des projets remplies d'aventure. Comment sortir du lot ? Comment mettre vos compétences au service d'un monde meilleur et faire la différence pour vous, pour eux, pour nous? Soif de connaissance, plaisir et conviction, découvrez comment Nathalie Viens se retrouve depuis plus de 20 ans au coeur des solutions de demain et pilote aujourd'hui la transformation des solutions qui contribue à ressourcer le monde.

Biographie
Forte de 20 ans d'expérience, Nathalie est une dirigeante dotée d'une expertise en leadership, en exploitation et en environnement. En mettant l'accent sur la réingénierie des processus et l'excellence opérationnelle, Nathalie occupe actuellement le poste de Vice-présidente principale de l'exploitation au sein de Veolia Amérique du Nord pour l’Est du  Canada. À ce titre, elle dirige les activités liées à l'énergie et à l'eau, aux solutions et services environnementaux (SSE), toutes les activités de régénération des huiles et de nettoyage industriel.

Nathalie a débuté sa carrière chez Accenture; tout au long de sa carrière au sein de cet entreprise, Nathalie a dirigé divers secteurs de services responsable de la gestion d’équipes fonctionnelles et opérationnelles pour appuyer la stratégie de mise en marché, la vision stratégique, l'analyse de rentabilisation et la réalisation des principaux projets d'intégration autour des systèmes et processus opérationnels. Nathalie a également été Directrice de programme en charge de plusieurs transformations majeures d'opérations minières et de solutions d'entreprise ainsi que d'évaluations stratégiques et d'analyses d'impact (affaires, processus, organisation) pour améliorer la performance opérationnelle.

Avant de se joindre à Veolia, Nathalie a été Vice-présidente des Services d’investissement de maintien du Groupe nord américain Mines et métallurgie de SNC-Lavalin. À ce titre, elle a dirigé des équipes dédiées à l'environnement minier, aux mines et aux usines. Elle a aussi géré le groupe globale consultatif du secteur Mines et métallurgie, avec un focus sur l'excellence opérationnel, la digitalisation et l’innovation.

Nathalie détient un baccalauréat et une maîtrise en génie chimique de l'École Polytechnique de Montréal. Nathalie détient un certificat d'ingénieure professionnelle pour la province de Québec. Elle est également une professionnelle certifiée en gestion de projet (PMP).

Prochains séminaires - Hiver 2019

29 mars 2019 à 15h - LOCAL M-1020

Nathalie Viens
Vice-présidente principale, Canada Est
Veolia Amérique du Nord

Ingénierie chimique, un parcours à multiples facettes

Voir le monde tel qu’il devrait être et non pas seulement tel qu’il est, est une philosophie qui peut vous mener loin!
De la salle de cours de poly au pied d'un camion de 250 tonnes en Australie; voyez comment des études en ingénierie chimique peuvent vous mener à un parcours au sein de multinationales renommées et des projets remplies d'aventure. Comment sortir du lot ? Comment mettre vos compétences au service d'un monde meilleur et faire la différence pour vous, pour eux, pour nous? Soif de connaissance, plaisir et conviction, découvrez comment Nathalie Viens se retrouve depuis plus de 20 ans au coeur des solutions de demain et pilote aujourd'hui la transformation des solutions qui contribue à ressourcer le monde.

Biographie
Forte de 20 ans d'expérience, Nathalie est une dirigeante dotée d'une expertise en leadership, en exploitation et en environnement. En mettant l'accent sur la réingénierie des processus et l'excellence opérationnelle, Nathalie occupe actuellement le poste de Vice-présidente principale de l'exploitation au sein de Veolia Amérique du Nord pour l’Est du  Canada. À ce titre, elle dirige les activités liées à l'énergie et à l'eau, aux solutions et services environnementaux (SSE), toutes les activités de régénération des huiles et de nettoyage industriel.

Nathalie a débuté sa carrière chez Accenture; tout au long de sa carrière au sein de cet entreprise, Nathalie a dirigé divers secteurs de services responsable de la gestion d’équipes fonctionnelles et opérationnelles pour appuyer la stratégie de mise en marché, la vision stratégique, l'analyse de rentabilisation et la réalisation des principaux projets d'intégration autour des systèmes et processus opérationnels. Nathalie a également été Directrice de programme en charge de plusieurs transformations majeures d'opérations minières et de solutions d'entreprise ainsi que d'évaluations stratégiques et d'analyses d'impact (affaires, processus, organisation) pour améliorer la performance opérationnelle.

Avant de se joindre à Veolia, Nathalie a été Vice-présidente des Services d’investissement de maintien du Groupe nord américain Mines et métallurgie de SNC-Lavalin. À ce titre, elle a dirigé des équipes dédiées à l'environnement minier, aux mines et aux usines. Elle a aussi géré le groupe globale consultatif du secteur Mines et métallurgie, avec un focus sur l'excellence opérationnel, la digitalisation et l’innovation.

Nathalie détient un baccalauréat et une maîtrise en génie chimique de l'École Polytechnique de Montréal. Nathalie détient un certificat d'ingénieure professionnelle pour la province de Québec. Elle est également une professionnelle certifiée en gestion de projet (PMP).

Séminaires passés- Automne 2018 et hiver 2019

22 FÉVRIER 2019 à 15h - LOCAL M-1020

Benoît Paquette
Professeur
Centre de recherche en radiobiologie de l’Université de Sherbrooke

Cancer : Origine, propagation, diagnostic et traitement par radiothérapie

Cette conférence vise à vulgariser et exposer les concepts de base pour mieux comprendre l’origine du cancer et son traitement par la radiothérapie. Le conférencier discutera entre autres les thèmes suivants  : la détection de tumeurs, le développement de thérapies personnalisées, l'imagerie pour détecter les tumeurs, le concept d’effet abscopal et son impact sur la réponse d’une tumeur et des métastases suite à une irradiation, les principes de la radiothérapie et la théranostique.

Le Pr Benoit Paquette est titulaire d’un Ph.D. en radiobiologie à l’Université de Sherbrooke et d’un post-doctorat en Cancer Biology à Harvard University, Boston. Son équipe de recherche œuvre au Centre de recherche en radiobiologie de l’Université de Sherbrooke et travaille sur l’amélioration de l’efficacité de la radiothérapie, en particulier pour les cancers du sein et du cerveau. Pr Paquette a été le directeur du département de médecine nucléaire et de radiobiologie de 2009 à 2017, directeur de l’axe de recherche en imagerie biomédicale et radiobiologie du Centre de recherche du CHUS de 2005 à 2012, et vice-président de la Société Internationale de Radiobiologie de Langue Française de 2005 à 2015

15 FÉVRIER 2019 À 15H - LOCAL M-1020

Sara Arsenault
Chargée de projets, développement et réalisation
Centre des sciences de Montréal

Transmettre sa passion des sciences et des technologies : mission possible!

Depuis plus de quinze ans, le Centre des sciences de Montréal présente des expositions, des programmes scolaires, et de nombreuses autres activités à caractère scientifique pour le grand public. Une des plus connues est certainement le Festival Eurêka! qui attire une centaine de milliers de personnes chaque année, en juin, mais on peut aussi mentionner Humains de laboratoire, où des chercheurs utilisent le public du Centre comme cobayes, ou encore Les Audacieuses, qui vise à encourager les filles à choisir la science. L’École Polytechnique est d’ailleurs bien représentée à ces événements! Ces rencontres entre les citoyens et ceux qui, comme vous, font la science au quotidien sont très riches. Mais comment s’assurer que le courant passe ? Que les participants seront touchés ?

La conférencière révèlera quelques-uns de ses ingrédients secrets. Petit scoop : elle amorcera sa présentation en racontant comment elle a transporté une roche lunaire de la NASA, à Houston, vers le Centre des sciences – histoire vraie ! Une mission qui lui a permis de d’exploiter ses talents de communicatrice scientifique (pour un aperçu : https://www.centredessciencesdemontreal.com/blogue/houston-ce-n-est-pas-un-probleme-1ere-partie).

Biographie

Sara Arsenault détient un baccalauréat en anthropologie et une maitrise en muséologie. Depuis l’enfance, deux rêves l’habitent : devenir archéologue ou astronaute. Cette passion partagée demeure encore aujourd’hui, bien que ses chances de devenir astronaute se chiffrent présentement à 0,000024%. Elle travaille depuis plus de 15 ans dans des musées Elle a posé ses valises au Centre des sciences en 2016 et compte y rester longtemps. Comme chargée de projets, ses mandats touchent principalement les évènements qui sortent du cadre régulier des expositions et des programmes scolaires. C’est dans ce contexte qu’elle coache chaque année plusieurs acteurs des sciences et technologies à devenir de véritables bougies d’allumage auprès du public.

8 FÉVRIER 2019 à 15h / LOCAl M-1020

Pierre Sarazin
Gestionnaire R&D et Services Techniques
PolyExper

L’emballage flexible alimentaire dans le cadre de l’économie circulaire

Les plastiques ont actuellement mauvaise presse!  Nous avons tous en mémoire les photographies saisissantes du « continent de plastique » dans les océans, et il y a eu de nombreuses « attaques de plastiques » dans des magasins de plusieurs pays comme dans des Provigo à Montréal et Québec l’été dernier.
Cette présentation a pour but de décrire la situation actuelle des plastiques et tout particulièrement des emballages plastiques pour l’alimentaire, en s’appuyant sur les données statistiques et scientifiques existantes afin de de répondre à plusieurs questionnements.  D’où vient la pollution dans les océans?  L’emballage alimentaire est-il superflu?  Doit-on éliminer tous les emballages plastiques? Que peut-on faire à l’avenir pour mieux recycler et moins gaspiller nos ressources?

La fondation EllenMacArthur qui œuvre depuis une décennie sur le développement d’un nouveau modèle d’économie plus respectueux et responsable de notre environnement s’est penchée sur le problème des plastiques, a tiré des conclusions et a proposé des actions pour « repenser les plastiques » dans le cadre de l’économie circulaire.  Les ingénieurs ont leur part à jouer!  C’est dans cet esprit que des actions concrètes ont été mises en œuvre par PolyExpert dans la production de films plastiques – quelques exemples seront présentés.

**La présentation sera donnée en français mais les diapositives seront en anglais.**

Biographie

Pierre Sarazin est titulaire d’un doctorat en Génie Chimique et d’une maîtrise en Génie Mécanique de l’École Polytechnique de Montréal.  Il œuvre depuis 20 ans dans le développement des plastiques ayant une valeur ajoutée pour l’environnement.  Son expérience combine la recherche académique et la recherche industrielle à Cerestech Inc. et depuis 1 an, à PolyExpert Inc. (http://www.polyexpert.com/fr).  Pour plus d’information : https://www.linkedin.com/in/pierresarazin/.

1er FÉVRIER 2019 à 15h / LOCAL M-1020

Marianne-C. Mercier
Responsable Recherche et Développement
Vestechpro

Boucler la boucle des textiles mal-aimés

L'économie circulaire peut contribuer à générer une croissance économique pour le secteur du textile, augmenter le nombre d'emplois locaux et contribuer à des objectifs de réduction des impacts environnementaux sur l’ensemble du cycle de vie des textiles. De plus, la mise en pratique de cette approche novatrice pourrait offrir une plus grande résilience en termes d’approvisionnement pour les récupérateurs de textiles de seconde ligne. Elle peut faire appel à divers projets ciblés tels que le développement de produits innovants grâce à l’écoconception; le développement et le déploiement de technologies permettant de boucler les flux textiles; l’investissement dans des équipements de pointe et des processus et procédés permettant d’optimiser le système complet et de rendre la filière plus compétitive; le développement de nouvelles approches collaboratives sur la chaine de valeur; et ultimement, positionner le Québec comme leader sur les marchés locaux et mondiaux avec des produits innovants, responsables et à faible empreinte carbone.

Biographie

Ayant travaillé pendant plus de cinq années dans l’industrie de la mode à Montréal, Marianne-C. Mercier fut témoin de la surconsommation des vêtements et de la culture du porter-jeter. Suite à l’obtention d’un baccalauréat en design industriel (2008) et motivée par un profond désir d’agir, elle entame, avec professeure Denyse Roy, un projet de développement de produits faits de fibres recyclées post-consommation. Les défis rencontrés et les opportunités entrevues lors de ce projet la poussent à poursuivre sous un nouvel angle, celui de la recherche. Dans le cadre de la maitrise en Design & complexité (Université de Montréal), elle réalise une caractérisation de textiles postconsommation dont les résultats soutiennent la mise en valeur des mélanges de fibres et de leurs propriétés résultantes (mémoire déposé au printemps 2018). La combinaison de son expérience en recherche et de sa connaissance des textiles et de l'habillement lui permettent aujourd'hui d'assumer le rôle de responsable de la R&D chez Vestechpro. De plus, Marianne enseigne le cours d’Introduction aux matériaux textiles, en tant que chargée de cours, à l’Université de Montréal depuis l’hiver 2017. Elle est aussi une membre active du groupe de recherche MUTREC, qui s'affaire au déploiement de l’économie circulaire dans l’industrie textile au Québec.

 

25 janvier 2019 À 15h / LOCAL M-1020

Michel Labrecque
Conservateur
Jardin Botanique de Montréal

Phytoremédiation et économie circulaire : deux concepts qui vont de pair

De nombreux projets de recherche à l’échelle expérimentale ou pilote ont été conduits au cours de la dernière décennie par mon laboratoire démontrant le potentiel de certains végétaux pour décontaminer le sol des sites pollués.  La capacité des plantes pour extraire, contenir ou dégrader des polluants tout en générant de nombreux services écologiques a bien été démontrée. Cette phytoremédiation est encore plus portante si elle se fait avec une approche d’économie circulaire où la biomasse des plantes utilisées permet la production de produits biosourcés.

Biographie

Michel Labrecque est Conservateur et Chef de Division recherche et développement scientifique du Jardin botanique de Montréal depuis 1997.  Il est aussi professeur associé au département de Sciences biologiques de l’Université de Montréal. Spécialisé en écophysiologie, il conduit des travaux de recherche touchant des problématiques environnementales et s’intéresse aux mécanismes de fonctionnement des plantes soumises à divers stress.  Il est impliqué dans des travaux de phytoremédiation, où il s’intéresse à la problématique de l’assimilation des éléments traces et/ou la dégradation de contaminants organiques par l’utilisation de végétaux.  La réhabilitation de friches industrielles, d’anciens sites pétroliers ou miniers font partie des études qu’il a conduites au cours des dernières années.  M. Labrecque a dirigé ou codirigé 55 d’étudiants de deuxième et troisième cycles et des stagiaires post-doctoraux.  Il a publié comme auteur ou co-auteur plus de 120 articles avec comité de lecture et présenté près d’une centaine de conférences à l’échelle nationale et internationale.  Il a présidé le 4e colloque international sur l’Arbre (2000) de même que la 14e Conférence internationale de phytotechnologie qui s’est tenue à Montréal en 2017 et qui a attiré près de 400 spécialistes de 50 pays. Il est aussi co-fondateur de la Société québécoise de phytotechnologie (2007).

 

18 JANVIER 2019 à 15h / LOCAL M-1020

Carl-Éric Aubin
Professeur titulaire et directeur éxécutif et scientifique
Institut TransMedTech

De simulateurs de traitement de la scoliose à l’Institut TransMedTech

La scoliose est une déformation de la colonne vertébrale qui touche 2 à 3% des enfants. Dans le cas de déformations modérées à sévères (10% des cas), des traitements sont requis (orthèses, instrumentation chirurgicale), lesquels reposent principalement sur l’expérience empirique des cliniciens.  Nous avons développé différentes technologies de conception et de fabrication assistées par ordinateur (CFAO) et de simulation numérique, permettant d'optimiser la conception, l'efficacité et le confort des orthèses. Une étude randomisée contrôlée récente réalisée au CHU Sainte-Justine a démontré que cette approche permet une efficacité de correction 25% supérieure, avec 50% moins de matériau et un confort accru. Nous développons également des simulateurs pour des chirurgies d’instrumentation pour les déformations sévères plus complexes. Une récente approche chirurgicale alternative qui exploite la croissance résiduelle des jeunes patients est actuellement développée afin de « remodeler » les malformations de la colonne vertébrale de l'enfant. Cette technique chirurgicale est d'abord planifiée et optimisée de manière préopératoire à l'aide de modèles 3D par éléments finis spécifiques au patient, en tenant compte du potentiel de croissance restant. La planification préopératoire est également introduite dans la salle d'opération pour simuler et affiner davantage la planification et aider le processus de prise de décision en peropératoire (90 cas jusqu’à maintenant). Le modèle validé permet de prédire l’évolution de la correction sur une croissance de 2 ans avec une précision inférieure à 4° (i.e. en-dessous de la précision de la mesure clinique).

L'approche interdisciplinaire (ingénierie, biologie, simulation informatique, chirurgie) et les partenariats directs avec les décideurs et les partenaires industriels ont mené à la mise en place d’écosystèmes d’innovation ouverte permettent une traduction de nos résultats et une mise en œuvre en clinique. Notre approche consiste à réunir chercheurs, ingénieurs, étudiants, cliniciens, patients et soignants dans le même environnement hybride (recherche-formation clinique). 

En 2016, Polytechnique a obtenu une importante subvention pour la mise sur pied de l’Institut TransMedTech, qui vise à soutenir le développement et validation de technologies médicales de prochaines générations, pour des maladies importantes (cardiovasculaires, musculosquelettiques, cancers), afin de faciliter leur mise en œuvre dans le système de santé et/ou l’industrie, ainsi que de former la prochaine génération de professionnels.  TransMedTech repose sur un modèle «  Living Lab », i.e. un environnement qui favorise la recherche collaborative transdisciplinaire et intersectorielle, l'innovation ouverte et la créativité, porté par les usagers et la dynamique des besoins. TransMedTech fournit des services de haut niveau pour soutenir la stratégie scientifique, permettant participants de travailler ensemble le plus tôt possible, de la conception aux étapes précommerciales, pour développer, valider et déployer de nouvelles technologies et interventions. Depuis sa fondation, c’est plus de 130 besoins/projets qui ont été présentés et portés par plus de 50 instigateurs différents, générant des initiatives de 17,6 M $, y compris des bourses d'excellence TransMedTech pour 66 étudiants, le support de 17 professionnels soutenant les plates-formes d’innovation et 20 projets ayant franchi l'étape de l'évaluation externe et qui sont en cours de développement.
 

Biographie :

En plus d’occuper la fonction de directeur exécutif et scientifique de l'Institut TransMedTech, CarlÉric Aubin est professeur titulaire au Département de génie mécanique de Polytechnique Montréal, chercheur au CHU Sainte-Justine et professeur associé au Département de chirurgie de la Faculté de médecine de l'Université de Montréal.  Il est double titulaire de la Chaire de recherche du Canada en génie orthopédique et de la Chaire de recherche industrielle CRSNG/Medtronic en biomécanique de la colonne vertébrale. Pr Aubin est aussi chef de l'axe Maladies musculosquelettiques et réadaptation du CHU Sainte-Justine et directeur du Groupe de recherche en sciences et technologies biomédicales (FRQS). 

Les recherches du Pr Aubin couvrent l'étude et la modélisation biomécanique de la colonne vertébrale pour diverses pathologies de déformations (scoliose, spondylolisthésis) ou pathologies dégénératives (sacro-iliites, dégénérescences discales, problèmes posturaux), ainsi que l'évaluation, la conception et l'optimisation des traitements orthopédiques (corsets, instrumentations chirurgicales, implants) afin de les rendre plus efficients et moins invasifs.

16 novembre à 15h00 / LOCAL M-1420

Nathalie Sanon
Associée de recherche et Lab manager
Centre de Recherche du CHU Ste-Justine

Le génie et la neuroscience au service de l'étude sur l'épilepsie

Depuis quelques années, notre laboratoire du Centre de recherche du CHU Ste-Justine entretient des collaborations des plus stimulantes et "flyées" avec des étudiant.e.s et chercheur.e.s de la Polytechnique. Ces collaborations entre ingénieur.e.s et neuroscientifiques, à priori parlant des langages incompréhensibles l'un pour l'autre, ont mené à des preuves de concepts, projets, publications et inventions contribuant à une meilleure compréhension de ce trouble grave du cerveau qu'est l'épilepsie. Quelques exemples de ces fructueuses collaborations seront exposées!

Biographie

Dr Nathalie Sanon est associée de recherche et lab manager au Centre de Recherche du CHU Ste-Justine, et enseignante associée au département de Neuroscience de l'Université de Montréal. Ses intérêts de recherche comprennent les effets du stress sur le développement physiopathologique du cerveau, la compréhension des modifications cellulaires et moléculaires menant à l’épilepsie et les différences du cerveau liées au genre. Électrophysiologiste de formation, elle a fait ses études en physiologie, puis un PhD en sciences neurologiques à l’UdeM avant d’effectuer un stage post-doctoral en Allemagne travaillant sur la neurogénèse chez l'adulte. Son travail de conception de projet, de design expérimental et de rédaction ont mené à la publication de plusieurs articles dans des revues scientifiques spécialisées, d’un chapitre de livre, et l'obtention de fonds de recherche notamment du Conseil National en Sciences Naturelles et Génie du Canada pour le laboratoire.

Outre son implication dans des comités scientifiques tel le Comité d’éthique en recherche expérimentale de Ste Justine, le Dr Sanon siège régulièrement sur des conseils d’administration d’organismes communautaires et de développement durable en lien avec Haïti, son pays d’origine, tels que le BCHM, le CMH, l’AQANU et la Fondation KANPE

9 novembre à 15h00 / LOCAL M-1420

Noémie-Manuelle Dorval Courchesne
Professeure adjointe
Department of chemical engineering, Université McGill

Bio-Fabrication of Functional Materials

Macroscopic view of materialsNature has evolved microorganisms, proteins and biopolymers with fascinating shapes and functionalities.  Exquisite properties of biological materials include their ability to nucleate particles, bind molecules, catalyze reactions and participate in complex event cascades.  As engineers, we can learn lessons from nature to design novel systems, and we also have the extraordinary power to modify nature to our desire.  In fact, biological materials are highly versatile, modular, and easy to engineer genetically to precisely introduce a variety of functional groups.  In this talk, I will describe the tremendous potential of natural systems as tools to fabricate functional devices.

I will highlight three exquisite properties of biological materials: 1) their versatility in terms of self-assembly, nanostructure formation and genetic engineering; 2) their potential for serving as scaffolds to re-create physical properties that are not normally observed in soft biological matter; and 3) their inexpensive, environmentally-friendly and scalable production to assemble macroscopic materials that can be used to solve real-life problems.  

** La conférence sera donnée en anglais / Talk will be in English **

Biography

Noémie-Manuelle Dorval Courchesne is currently an Assistant Professor of Chemical Engineering at McGill University. Previously, she completed a double undergraduate degree in Biochemistry and Chemical Engineering (Biotechnology) at the University of Ottawa.  She then earned her Ph.D. in Chemical Engineering from MIT in 2015, and worked as a postdoctoral fellow at the Wyss Institute for Biologically Inspired Engineering at Harvard until 2017. Her research focuses on the development of protein-based materials with novel physical properties, and on the fabrication of functional biologically-derived devices. Her research group applies materials science, bioengineering, and nanotechnology principles to address energy and environmental challenges.

2 novembre À 15H00 / LOCAL M-1420

Jade Daigle Sam-Yeng
Laporte Expert Conseil

La validation chez Laporte

Laporte est une entreprise de plus de 300 employés qui se spécialise dans l’ingénierie pharmaceutique, biotechnologique, alimentaire et industrielle. Elle offre un éventail de services dans les disciplines de procédé, de bâtiment et d’infrastructures, d’automatisation, de conditionnement et de conformité réglementaire. Un des services offerts par la firme est la validation; soit de s'assurer que la conception respecte les bonnes pratiques de fabrication (GMP).  Les experts en validation produisent les documents qui démontrent que les procédés et les infrastructures d'une entreprise répondent aux normes déterminées par des organisations telles que l'Agence canadienne d'inspection des aliments et la Food and Drug Administration, et qu’ils vont être maintenus dans ces conditions en opération. La présentation par Jade Daigle-Sam Yeng, employée chez Laporte et diplômée de Polytechnique en génie chimique en 2016 , donnera un aperçu sur la validation en consultation.

26 octobre à 15h00 / local m-1420

Salwa Karboune
Vice Doyenne (Recherche)/ Professeure Agrégée
Dept of Food Science and Agricultural Chemistry, Université McGill

INNOVATIVE APPROACHES FOR THE DEVELOPMENT OF NATURAL FUNCTIONAL INGREDIENTS: BENEFITS & CHALLENGES

*** Présentation en anglais****

Health-promoting functional ingredients and nutraceuticals have received much attention in recent years from the scientific community, consumers and food processors. More than ever, research is driven towards a functional-driven platform rather than a product-driven one. In this regard, non-digestible carbohydrates and their derivatives that promote the gut health are of high interest. However, the production of these ingredients, with high selectivity towards beneficial bacteria and high colonic persistence, is increasingly challenging. Biotechnology, particularly enzyme technology, offers powerful approaches to achieve this goal. The attractiveness of biocatalytic approaches is justified by the use of inexpensive raw materials and a wide selection of highly selective biocatalysts requiring mild operating conditions. Because of the complex molecular structures of enzymes, modulating their properties for specific applications and understanding the synergistic mechanism by which they function and the parameters that affect their thermodynamic relationships represent major scientific challenges. The presentation will focus on the recent progress of my research program aimed at the development of innovative biocatalytic approaches towards the synthesis of well-defined carbohydrates as well as their derivatives.

Biography

Professor Salwa Karboune is a professor in the Department of Food Science and Agricultural chemistry at McGill University, and she holds the position of the Associate Dean (Research). She is a graduate from the University of Marseille, France, in Food Biotechnology. Her main research expertise is in the design and development of new "green" approaches for the synthesis of novel functional food ingredients that can improve the quality and the functionality of food products. Her research program is based on a multidisciplinary approach combining food chemistry, enzyme technology and nanotechnology. The research of her group has been covered in media, such as McGill Reporter, CBC and Journal of Montreal. At the national and International level, she is a committee member of the CFI Science Advisory Board, CIFST’s Scientific Expert Council, and the European Innovation Commission Advisory Board.

19 octobre à 15h00 / local m-1420


Karen Stoeffler
Chef d'équipe, Polymères
Conseil national de recherches Canada

Produits polymères durables pour l'industrie automobile et autres applications industrielles 

Comment pouvons-nous créer les matériaux du futur de manière à réduire leur empreinte environnementale ? La réduction de l'impact environnemental d'un matériau peut être obtenue à différentes étapes de son cycle de vie : la fabrication (par exemple par synthèse à partir de déchets ou de ressources renouvelables), la durée de vie utile (par exemple, durée de vie prolongée ou propriétés spécifiques) et la fin de vie (par exemple par le biais de caractéristiques de fin de vie désignées). Au cours des 15 dernières années, le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) a beaucoup travaillé au développement de matériaux respectueux de l'environnement, destinés à des applications industrielles. Cette présentation couvrira certains des domaines de recherche de l’équipe des bioproduits polymères du CNRC. L'accent sera mis sur la valorisation de la biomasse afin de concevoir des produits polymères basés sur des ressources renouvelables pour les applications d'emballage et pour l’industrie de l’automobile, ainsi que sur des stratégies d'allègement pour répondre aux besoins de l'industrie du transport. Vous pensez toujours que les polymères industriels ne peuvent pas être verts ? Venez assister à cette présentation !

***Note: La présentation sera donnée en français mais les diapositives seront en anglais.***

Biographie

Karen Stoeffler a obtenu son doctorat en génie chimique en 2008 de l'École Polytechnique de Montréal. Ses travaux portaient sur la formulation et le traitement de nanocomposites thermoplastiques destinés à des applications industrielles. Elle s’est jointe au Conseil national de recherches du Canada (CNRC) en tant qu’agente de recherche en 2009. Elle dirige maintenant l’équipe des bioproduits polymères du CNRC (Boucherville, Québec), qui fait partie de la division du transport automobile et de surface du CNRC. L’équipe Polymer Bioproducts se consacre à la création de matériaux innovants et durables pour l’industrie. L’équipe travaille principalement avec des équipementiers automobiles et leurs fournisseurs, mais dessert également d’autres secteurs industriels tels que l’emballage et la construction. Les compétences clés incluent la formulation, le traitement et la caractérisation des polymères et de leurs composites.

28 septembre à 15h00 / local m-1420

Carl Walker, concepteur/chargé de projet
Kenny Lalonde, concepteur
Shellex Groupe conseil 

De Polytechnique au Génie Conseil en PME ; Portrait de deux jeunes Gradués

Ces deux jeunes gradués présenteront leur parcours depuis la fin de leur baccalauréat. Ils parleront aussi du monde du génie conseil en PME, de leurs responsabilités et de leurs tâches. Ils présenteront quelques-uns de leurs projets, de la conception jusqu’à la construction.

Kenny Lalonde, ing. Jr. : Gradué de Polytechnique en génie chimique en juin 2016. Employé chez Shellex Groupe conseil depuis un peu plus de deux ans à titre de concepteur / chargé de projets.

Carl Walker, ing. Jr. : Gradué de Polytechnique en génie chimique en juin 2016. Employé chez Klenzoid à titre de représentant technique pendant près d’un an et employé chez Shellex Groupe conseil depuis près d’un an à titre de concepteur.

21 SEPTEMBRE À 15h00 / LOCAL M-1420

Philippe Tanguy Ing. Ph.D.
Directeur
Polytechnique Montréal

L’électrification du système énergétique

L'Accord de Paris sur les changements climatiques appelle à une transformation radicale du système énergétique actuel. Trois pistes d’évolution sont privilégiées : le recours aux énergies décarbonées, l’augmentation de l'efficacité des systèmes de conversion et une plus grande sobriété énergétique. Les mesures de mitigation des gaz à effet de serre font également partie des axes à développer. Il s’agit d’un véritable changement de paradigme pour lequel l'électrification du système énergétique apparait comme la solution. 

Le développement de l’innovation technologique dans la production et l’utilisation de l’électricité dans tous les secteurs industriels sera le facteur clé. Il est également prévu que l’hydrogène (et les composés hydrogénés) joue un rôle majeur en raison de sa capacité à servir de vecteur énergétique et de moyen de stockage d’énergie à long terme (donc adapté à la production des énergies renouvelables intermittentes). Toutefois, il est clair que, selon les applications énergétiques considérées, le degré actuel de maturité technologique des solutions possibles varie considérablement, de même que leur capacité de déploiement pratique à grande échelle sans oublier leur acceptabilité sociétale.

La présentation mettra en lumière certains défis clés et les obstacles à surmonter pour que l’électrification du système énergétique soit un succès.

**Veuillez prendre note que cette conférence sera filmée et diffusée en direct sur le compte YouTube de Polytechnique Montréal https://www.youtube.com/user/polymtlvideos/.  La période de questions sera aussi filmée. **

Biographie

Le professeur Philippe A. Tanguy est le directeur général de Polytechnique Montréal. Entre 2009 et 2017, il a travaillé en France et en Allemagne pour Total, le quatrième énergéticien mondial, où il a occupé plusieurs postes de direction en R & D. Ses activités se sont concentrées sur la politique scientifique de l'entreprise et l'internationalisation de la recherche. Il a également fortement encouragé le développement des énergies propres et les technologies de soutien (vecteurs énergétiques, matériaux de pointe, procédé avancés, analyse des systèmes). Auparavant, Philippe Tanguy avait poursuivi une carrière universitaire de 25 ans dans plusieurs universités canadiennes, dont 15 ans en tant que titulaire de deux chaires de recherche industrielle et responsable d'un centre de R & D en génie des procédés à Polytechnique Montréal. Il est actuellement président du Conseil mondial de génie chimique, membre de l'Académie canadienne du génie, membre fondateur de l'Académie des sciences et technologies Hassan II du Maroc et membre honoraire de l'IChemE (l’Institut des ingénieurs chimistes du R-U). Le professeur Tanguy est titulaire d’un doctorat en physique et d’un doctorat en génie chimique. Il a également effectué un stage postdoctoral pour le compte de GE Canada et a suivi une formation en gestion à la Sloan School of Management du MIT. Le professeur Tanguy est membre de l’Ordre des Ingénieurs du Québec.