Carrefour de l'actualité

L’IIDEC, acteur de la transition vers une économie carboneutre

Spécial développement durable

Par Catherine Florès
6 mars 2021 - Source : Magazine Poly  | VersionPDFdisponible (Printemps 2021)
Professeur Réjean Samson

Pr Réjean Samson, directeur de l’Institut de l’ingénierie durable pour une économie carboneutre (IIDEC)

En décembre dernier, Polytechnique annonçait la création de l’Institut de l’ingénierie durable pour une économie carboneutre (IIDEC), dont les activités seront consacrées à la résolution de défis environnementaux et sociaux en lien avec les enjeux d’un développement économique durable. Dirigé par le Pr Réjean Samson, également directeur général du Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG), l’IIDEC place le transfert technologique au cœur de sa mission.

Plateformes collaboratives alignées sur les enjeux de l’heure

Une des grandes priorités internationales à l’heure actuelle est la transition obligatoire vers une économie carboneutre. Le Québec, comme le Canada, s’est engagé à atteindre la carboneutralité d’ici 2050 par la réduction de ses émissions de gaz à effet de serre (GES).

« L’innovation technologique jouera un rôle déterminant pour l’atteinte de cet objectif. Or, Polytechnique est un acteur de premier plan avec ses 32 centres et unités de recherche consacrés au développement de solutions. De plus, plusieurs de nos chercheurs n’ont pas pris la pleine mesure du potentiel de réduction des GES de leurs recherches. Ce sont en quelque sorte des chercheurs en technologies durables qui s’ignorent. Nous souhaitons les aider à mieux cerner cet aspect », fait valoir le Pr Réjean Samson.

Les entreprises, comme les organisations publiques, sont nombreuses à vouloir s’engager dans la lutte aux changements climatiques, mais elles sont freinées par la complexité des enjeux. « L’IIDEC les aidera à faire des choix technologiques judicieux. Nous allons fédérer nos chercheurs, des entreprises ainsi que des organisations publiques autour de plateformes collaboratives afin de produire des solutions innovantes de réduction de l’empreinte carbone qui répondent aux besoins de compétitivité des entreprises », déclare le Pr Samson. Celui-ci ajoute que les outils développés par le CIRAIG permettront aux experts de l’IIDEC de mesurer les diminutions des émissions de GES obtenues avec les solutions développées.

Accélérateur de transfert technologique

Grâce à son modèle collaboratif avec les secteurs public et privé, l’IIDEC facilitera la diffusion vers l’industrie de technologies « bas carbone » innovantes. Afin de dynamiser ce transfert technologique, l’équipe de l’IIDEC, avec la collaboration de celle du Bureau de l’innovation de Polytechnique, aidera les professeurs à accéder à des modèles d’affaires innovants pour commercialiser leurs découvertes. La création d’emplois et les retombées économiques feront ainsi partie intégrante de l’équation.

Plusieurs des domaines d’expertise de Polytechnique seront mis en avant par l’IIDEC, notamment l’énergie et la chimie vertes, l’économie circulaire des plastiques, le traitement de l’eau, les matériaux critiques, l’électrification et la décarbonation des transports, la gestion des matières résiduelles, l’électronique organique imprimée recyclable, l’écoconception, la logistique verte et l’analyse du cycle de vie.

« Pour développer leurs projets, nos professeurs tiendront compte des enjeux de santé, de sécurité, de préservation de l’environnement, d’intégrité et d’acceptabilité sociale. Ils travailleront à cet effet en interdisciplinarité, notamment avec des spécialistes des sciences humaines et des économistes d’autres établissements, souligne le Pr Samson. Par le biais de l’innovation technologique, nous proposons d’accélérer la transition écologique. »

 

À lire aussi

15 décembre 2020
NOUVELLES

Polytechnique Montréal annonce la création de l’Institut de l’ingénierie durable pour une économie carboneutre (IIDEC)