Stagiaires de recherche de l'international

Vous êtes ici

Immigration

Statut au Canada pour les stagiaires de recherche

Afin de se conformer aux règlements d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC), Polytechnique Montréal a renoncé à inscrire les stagiaires de recherche comme étudiants. Comme indiqué dans le Guide des travailleurs étrangers (FW1) d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC), « un travail non rémunéré entrepris dans le but d’avoir de l’expérience de travail, comme un stage, un internat, ou des travaux pratiques normalement effectués par un étudiant » doit être considéré comme « travail ». Cette notion s’applique que le travail soit rémunéré ou non. Cette réglementation oblige donc les stagiaires de recherche à détenir un permis de travail temporaire et définit par la même occasion leur statut au Canada. Étant donné que ce statut est obligatoire pour être conforme aux règlements d’immigration canadiens, Polytechnique Montréal ne fera aucune exception.

En raison de ce statut, vous ne pourrez pas bénéficier des rabais offerts aux étudiants inscrits à temps plein (ex. Centre sportif de l’Université de Montréal, résidences de l’Université de Montréal, etc.).

Obtention d’un permis de travail

Tout étudiant souhaitant effectuer un stage de recherche à Polytechnique Montréal doit obligatoirement être en possession d'un permis de travail valide pour toute la durée du stage, quelle que soit sa durée. Dès que Polytechnique Montréal vous remet votre lettre d’invitation et les documents d’immigration nécessaires, vous devez faire une demande de permis de travail temporaire au Bureau canadien des visas situé le plus près de votre lieu de résidence.

Vous devez pouvoir postuler à un permis de travail exempté des deux documents suivants dans le cadre d'un stage de recherche à Polytechnique Montréal :

  • l'Étude d’Impact sur le Marché du Travail (EIMT) d'Emploi et Développement Social Canada (EDSC);
  • le Certificat d'Acceptation du Québec (CAQ) pour travail temporaire du Ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion (MIDI) du Québec.

Vous NE POURREZ PAS obtenir d'EIMT ni de CAQ pour travail temporaire dans le cadre d'un stage à Polytechnique Montréal qui ne collaborera pas dans ces démarches.

Exemptions d’EIMT et de CAQ

Voici les exemptions d’EIMT et de CAQ les plus fréquemment utilisées :

  • Vous participez à un programme de mobilité des jeunes avec le Canada, aussi appelé Expérience Internationale Canada. Consultez le site pour les critères d’admissibilité et les pays participants.
  • Vous êtes inscrit dans un programme de doctorat et êtes récipiendaire d’une bourse de recherche qui vous a été attribuée personnellement pour la qualité de votre dossier académique (que ce soit par votre établissement d’attache, par le professeur de Polytechnique Montréal qui vous invite, ou par un organisme externe).
  • Vous êtes inscrit dans une université qui a un accord d’échanges étudiants avec Polytechnique Montréal et pour lequel la réciprocité peut être démontrée.

D’autres codes d’exemption d’EIMT sont disponibles sur le site de Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC).

Note importante: Les membres des forces armées d'un autre pays, s'ils sont en possession d'ordres de mission indiquant qu'ils entrent au Canada en vertu de la Loi sur les forces étrangères n'ont pas besoin de permis de travail.

Délais de traitement d’un permis de travail

Les délais d'obtention du permis de travail varient d'un pays à l'autre et peuvent être de plusieurs mois. Vous pouvez consulter le site de Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) pour les délais de traitement des demandes de permis de travail temporaire traitées par les bureaux de visas hors Canada. Polytechnique n’a aucun pouvoir d’influence sur les délais d’obtention des permis de travail.

Lettre d'autorisation

Une fois que votre demande de permis de travail du travailleur temporaire a été approuvée, vous recevrez une lettre d’autorisation, appelée « lettre d’introduction ». Le permis de travail vous sera remis seulement lorsque vous arriverez au Canada. Vous devez présenter la lettre d’introduction à l’agent de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) au point d’entrée au Canada.

La lettre autorisation ne garantit pas que vous pourrez entrer au Canada. L’agent de l’ASFC peut refuser de délivrer un permis de travail et peut vous refuser l’entrée au Canada pour des motifs de criminalité, de sécurité, de santé ou autre.

Visa de résident temporaire ou Autorisation de voyage électronique

En plus d’un permis de travail, les citoyens de certains pays doivent obtenir soit un Visa de Résident Temporaire (VRT), soit une Autorisation de voyage électronique (AVE) pour entrer au Canada. Le VRT est normalement à entrées multiples et s’obtient à l’étranger en même temps que le permis de travail. L’AVE doit être demandé en ligne avant de prendre l’avion pour venir au Canada.

Consultez la liste des nationalités qui nécessitent soit un visa de résident temporaire, soit une autorisation de voyage électronique.

Pour des questions relatives à l’immigration

Depuis l’application de la Loi C-35 (.pdf), il n’est plus possible de donner de conseils personnels dans le cadre de démarches d’immigration fédérale. Pour connaître les règles qui s'appliquent à votre situation spécifique, nous vous invitons donc à contacter Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) au 1-888-242-2100 ou par courriel à question@cic.gc.ca, si vous êtes au Canada.  Si vous êtes à l’étranger, vous devriez plutôt contacter le bureau canadien des visas en charge de votre territoire.  Veuillez noter que le délai de réponse dans les deux cas peut être parfois long.