Département de mathématiques et de génie industriel

Vous êtes ici

La bosse des maths à l’ère du «big data»: une formule qui change la vie

20 février 2018

 


Photo: Caroline Perron photographies La Dre Héloïse Cardinal, néphrologue et chercheuse au CHUM, a proposé au Pr Andrea Lodi, titulaire de l’unique Chaire d’excellence en recherche du Canada sur la science des données pour la prise de décision en temps réel, de développer un outil d’aide à la décision intelligent pour pouvoir aider ses patients à décider s’ils devraient consentir ou non à une greffe de rein.

Dans un monde de plus en plus connecté et mobile, des quantités phénoménales de données sont générées quotidiennement par les téléphones intelligents, les réseaux sociaux, les transactions en ligne et les systèmes de géolocalisation. Ce ne sont là que quelques-unes des multiples sources de ce qui est communément appelé le big data, ou données massives. Dans les domaines de l’énergie, du transport, du commerce, de la finance, de l’approvisionnement et de la santé, l’utilisation de ces données constitue une matière première de grande valeur puisqu’elles aident les organisations à maximiser les processus et la prise de décision.

« Jamais auparavant l’humanité n’a eu autant d’information à sa disposition. Il s’agit bel et bien d’une révolution ! » explique en entrevue le Pr Andrea Lodi, titulaire de l’unique Chaire d’excellence en recherche du Canada sur la science des données pour la prise de décision en temps réel. « Nous pouvons maintenant obtenir des données à peu près partout, des appareils photo et des téléphones bien entendu, mais aussi à partir de l’activité en ligne et d’édifices dotés de capteurs. La question qui se pose est : “Comment pouvons-nous utiliser ces données pour prendre des décisions qui amélioreront la vie des gens ?” »

En 2015, Polytechnique Montréal marquait un grand coup en recrutant cet éminent chercheur italien, un chef de file international de la recherche en programmation linéaire et non linéaire mixte, pour le nommer titulaire de cette chaire.

Dans le cadre de ses recherches en « optimisation mathématique », un sous-domaine des mathématiques appliquées, M. Lodi conçoit des algorithmes visant à formuler des stratégies optimisées pour la prise de décision. « Mon travail consiste à concevoir des applications qui peuvent recueillir des données, les interpréter et décider de leur utilisation la plus efficace dans le but de fournir des réponses concrètes, précise-t-il. Par exemple, comment rendre nos villes plus intelligentes ou maximiser les opérations liées à la circulation automobile, comme les livraisons de colis, de façon à ce qu’elles soient plus rapides et moins polluantes. »


Source : Le Devoir, le 18 février 2018

Pour connaître la suite