Journée de la recherche

Vous êtes ici

Nos conférenciers

Carl-Éric Aubin est professeur titulaire au département de génie mécanique de Polytechnique Montréal et chercheur au CHU Sainte-Justine. Il est titulaire d’un baccalauréat et d’un doctorat en génie mécanique de Polytechnique Montréal, respectivement obtenus en 1991 et  1995. Il a réalisé une courte formation postdoctorale au département d’orthopédie et réadaptation de l’Université du Vermont avant de joindre en 1996 les rangs de Polytechnique comme professeur au département de génie mécanique et à l’Institut de génie biomédical. Il a été promu professeur titulaire en 2004. Entre 2000 et 2010, il a été titulaire d’une Chaire de recherche du Canada de niveau 2 en innovations en génie orthopédique. Depuis 2006, il est titulaire de la Chaire de recherche industrielle CRNSG/Medtronic en biomécanique de la colonne vertébrale. Depuis 2015, il est titulaire d’une Chaire de recherche du Canada de niveau 1 en génie orthopédique.  Directeur exécutif et scientifique de l’Institut TransMedTech en génie biomédical et technologies médicales, il est aussi Chef de l’axe « maladies musculosquelettiques et réadaptation » du CHU Sainte-Justine et co-directeur du Groupe de recherche en sciences et technologies biomédicales.  Les recherches du professeur Aubin portent principalement sur la modélisation biomécanique, le génie orthopédique, la CFAO, l’évaluation et le design de systèmes biomédicaux (corsets, instrumentations rachidiennes, systèmes d’assistance chirurgicale). 

Patrice Castonguay est un professionnel de l’ingénierie au sein du département d’aérodynamique avancée chez Bombardier Aéronautique. Ses activités sont concentrées sur le développement de logiciels de simulation en dynamique des fluides (CFD) pour l’analyse d’écoulement sur des géométries complexes. Avant de se joindre à Bombardier, M. Castonguay a travaillé en tant qu’ingénieur logiciel HPC à Nvidia Corporation, où il développait des logiciels de simulation scientifiques accélérés par des processeurs graphiques (GPGPU). Patrice Castonguay est titulaire d’un baccalauréat en génie mécanique de l’université McGill ainsi que d’une maitrise et d’un doctorat en aéronautique et astronautique de l’université Stanford. Au cours de sa maitrise, M. Castonguay s’est mérité le prix Nicholas J. Hoff remis à l’étudiant s’étant le plus démarqué. Il a aussi obtenu le prix Ballhaus pour la meilleure thèse de doctorat de son département. 

Robert Chapuis enseigne l’ingénierie des eaux souterraines à Polytechnique Montréal où il a supervisé plus de 90 étudiants à la maîtrise et au doctorat. Ses recherches portent sur la fiabilité des essais de terrain et de laboratoire sur les eaux souterraines, l’étanchéité et le drainage, les analyses numériques des problèmes, incluant les phénomènes interactifs (hydraulique-mécanique-thermique). Auteur ou coauteur de 350 articles de journaux et de conférences, il a publié deux livres et édité trois autres ouvrages. Fellow de l’Institut Canadien des Ingénieurs (ICI) depuis 1993, il a reçu le Prix d’excellence -  professeurs de Polytechnique en 1992 ainsi que plusieurs autres prix. Il fut notamment le premier récipiendaire, en 2000, du prix décerné au Canada pour les eaux souterraines (CGS-IAH), ainsi que le récipiendaire du prix A.G. Stermac pour services rendus, qui lui a été décerné en 2010 par la Fondation canadienne de géotechnique et de la Médaille du chemin de fer Canadien Pacifique décernée par l’ICI.  Divers organismes retiennent ses services comme expert pour des problèmes complexes relatifs aux eaux souterraines.

Le professeur Jamal Chaouki est titulaire d’un diplôme d’ingénieur en génie des procédés de l’ENSIC Nancy en France ainsi que d’un doctorat de Polytechnique Montréal obtenu en 1985.  Après ses études, il a été chercheur postdoctoral à l’Université de Colombie britannique pendant un an. Embauché comme professeur adjoint en 1987, il a été élevé au rang de professeur agrégé en 1991 et de professeur titulaire en 1995. Depuis le début de sa carrière, le professeur Chaouki a formé plus de 80 étudiants à la maitrise et au doctorat et supervisé les travaux de plus de 40 chercheurs postdoctoraux et professeurs invités. Il est l’auteur de plus de 400 articles scientifiques dans des revues avec comité de lecture et 450 articles de conférences. Il a également édité 8 livres et est détenteur de 22 brevets.  Récipiendaire de plusieurs prix scientifiques, organisateur de plusieurs congrès scientifiques internationaux, il est également éditeur de l’International Journal of Chemical Product & Process Modeling. Directeur du Centre de recherche en ingénierie de procédés - Bioraffinage (CRIP) et titulaire principal de la chaire CRSNG-Total sur le développement de nouveaux procédés à hautes pressions et températures, il est également membre de l’Académie canadienne du génie, de l’Ordre des Ingénieurs du Québec, du conseil d’administration de Polytechnique Montréal et de plusieurs compagnies (Ecolomondo Inc., Hibe Inc…). Il fait également de la consultation pour près d’une vingtaine de compagnies internationales et a démarré 4 entreprises avec ses étudiants et collaborateurs : Formmat, Hibe, Ecolomondo et Pyrowave. Ecolomondo a été introduite dernièrement au TSX Toronto.

Jean-Marc Frayret est professeur titulaire au département de mathématiques et génie industriel de Polytechnique Montréal. Titulaire d’un doctorat en génie industriel de l'Université Laval, il est membre régulier du CIRRELT, un centre de recherche dédié à l'étude des organisations en réseaux et à la logistique, et du CIRROD, un centre de recherche dédié à l’opérationnalisation du développement durable. Ses intérêts de recherche incluent la simulation à base d’agents ainsi que la conception et la gestion des systèmes logistiques en développement durable, dans le domaine de la santé et en foresterie. Il a publié plus de 50 articles dans diverses revues internationales sur ces thématiques de recherche. Il est codétenteur du prix CRSNG 2013 Brockhouse pour la recherche interdisciplinaire en sciences et en génie.

François Guibault a obtenu son diplôme de doctorat en génie mécanique de Polytechnique Montréal en 1998. Il est professeur titulaire au département de génie informatique et génie logiciel à Polytechnique Montréal depuis 1999. Son principal domaine d'expertise s'articule autour du développement de méthodes de génération de maillage, de simulation numérique et d'optimisation de formes appliquées à la conception de composantes de machines hydrauliques. Depuis 1998, ses collaborations avec les ingénieurs de développement d’Andritz Hydro et les chercheurs d’Hydro-Québec ont mené à un grand nombre d'innovations méthodologiques et algorithmiques. Le professeur Guibault a directement contribué à la mise en œuvre et à l'intégration de méthodes avancées de simulation des phénomènes dynamiques des écoulements fluides dans les turbines hydrauliques. Il a également participé au développement de méthodes d'analyse et de conception optimale de composantes de turbomachines et à la mise au point d’outils de génération de maillages qui sont utilisés quotidiennement par les ingénieurs dans les centres de développement d'Andritz Hydro partout dans le monde.

Après avoir obtenu son doctorat en physique de l’Université McGill, Guy Marleau se joint à Polytechnique Montréal en 1983 à titre d’associé de recherche en génie nucléaire. En 1986, il devient chercheur et en 2006, professeur de génie physique et de génie nucléaire. Ses principales activités de recherche sont reliées au développement de méthodes de résolution numérique de l’équation de transport des neutrons. Il a participé au développement du logiciel de simulation DRAGON maintenant utilisé à travers le monde pour les analyses de sûreté des réacteurs. C’est pour ces travaux qu’il a reçu en 2010 la médaille W.B. Lewis de l’Association nucléaire canadienne et de la Société nucléaire canadienne. 

Le professeur Krishnaswamy Nandakumar est professeur et titulaire de la Chaire Gordon A et Mary Cain à l'Université d'état de Louisiane. Il était précédemment professeur et titulaire de la Chaire GASCO à l'Institut du pétrole d'Abu Dhabi. Avant cela, il était affilié pendant près de 25 ans au Département de génie chimique et des matériaux de l'Université de l'Alberta. Le Dr. Nandakumar est titulaire d’un baccalauréat de l'Université de Madras, d’une maîtrise de l'Université de la Saskatchewan et d’un doctorat de l'Université de Princeton. Au cours de sa carrière, M. Nandakumar a reçu plusieurs prix et bourses prestigieuses, incluant la bourse de recherche Alexander von Humnboldt du gouvernement allemand en 1989-90, le Prix Albright & Wilson Amériques de la Société canadienne de génie chimique en 1991 pour ses contributions distinguées à l'ingénierie chimique avant d'avoir atteint l'âge de 40 ans, le titre de professeur McCalla de l’Université d’Alberta en 1992, une Chaire Killam en 2001 pour l'excellence de ses travaux de recherche, le Prix Rutherford pour son excellence en enseignement en 2001, le prix d’excellence en éducation de l'APEGGA en 2002 et le Prix R.S. Jane Memorial de la Société canadienne de génie chimique en 2008. Le professeur Nandakumar est Fellow de l'Institut canadien de chimie, de l’Institut canadien des ingénieurs et de l'Académie canadienne du génie. Il a également été éditeur en chef du Canadian Journal of Chemical Engineering de 2005 à 2009.

Dominique Pelletier

Dominique Pelletier est professeur titulaire en génie mécanique à Polytechnique Montréal. Titulaire d’un baccalauréat et d’une maitrise obtenus respectivement en 1977 et 1980, il a commencé sa carrière comme ingénieur chez Pratt & Whitney du Canada à Longueuil en 1979. À l’automne 1980, il entreprend ses études doctorales à Virginia Tech où il obtiendra un doctorat en génie aérospatial et une maitrise en mathématiques appliquées. Titulaire d’une chaire de recherche du Canada de niveau 1 en analyse et design d’écoulements complexes de 2001 à 2015, le professeur Pelletier s’est vu décerner le Life-Time Achievement Award par la société canadienne de CFD en juin 2014 pour l’ensemble de ses contributions. Il est à noter que la CFDSC n’a décerné ce prix que trois fois en 25 ans. Dans le cadre d’une collaboration remontant à 1992, le CNRC de Boucherville transforme certains des développements scientifiques réalisés par son équipe en technologie de simulation industrielle robuste. Chaque année de 20 à 50 PME québécoises bénéficient de ses travaux de recherche. Ses travaux ont influencé tant l’application de la CFD à des problèmes réels que le développement de nouvelles méthodes de simulation. Ses recherches en modélisation de la turbulence, en estimation d’erreur, en adaptation de maillage ainsi qu’en vérification et validation constituent des réalisations distinctes importantes. Ensemble, elles forment une suite d’outils GPS qui est devenue un standard de référence. Plusieurs laboratoires gouvernementaux et groupes de recherche canadiens et américains ont adopté ses techniques et les utilisent quotidiennement. En 2016, il a obtenu à titre de chercheur principal une subvention CRSNG-FONCER de 1,65 M$ pour établir un programme de formation en GPS avec 10 collègues de Polytechnique et des Universités de Montréal, Laval, et d’Ottawa.

 

Le professeur Jean Mahseredjian est un chercheur spécialisé dans l’étude de la performance des réseaux de transport d’électricité. Professeur au département de génie électrique depuis 2005, M. Mahseredjian est titulaire d’un baccalauréat, d’une maitrise et d’un doctorat en génie électrique de Polytechnique Montréal. Par la conception et la direction du développement d’un outil numérique à l’Institut de recherche d’Hydro-Québec (IREQ) dans les années 1990, et par la poursuite de ses activités de recherche à Polytechnique Montréal, il a positionné le Canada et le Québec à l’avant-plan dans le domaine de la simulation et de l’analyse des transitoires sur les réseaux électriques de grandes dimensions. Le logiciel novateur EMTP qu’il a conçu est utilisé aujourd’hui par des entreprises d’électricité et des centres de recherche dans le monde entier. Récemment nommé titulaire de la chaire industrielle Hydro-Québec/RTE/EDF/Opal-RT en simulation multi-échelle de temps des transitoires dans les réseaux électriques de grandes dimensions, le professeur Mahseredjian est également Fellow de l’IEEE pour ses contributions aux méthodes de calcul et modèles pour la simulation des transitoires dans les réseaux électriques.

Suite à l’obtention de son doctorat en astrophysique de l’université Paris VII et de l’observatoire de Meudon, Mme Suzanne Talon a travaillé comme chercheuse post-doctorale au Centre de recherche en calcul appliqué (CERCA) de l'Université de Montréal. Elle a également été chargée de cours à l'Université de Montréal et à l'Université de Sherbrooke avant d’être embauchée comme adjointe au directeur du Réseau Québécois de Calcul de Haute Performance (RQCHP). Elle assure actuellement la direction générale de Calcul Québec. Elle a joué un rôle de premier plan dans la création de cet organisme qui regroupe les forces de tous les établissements d’enseignement postsecondaires du Québec en matière de calcul informatique de pointe. Elle a auparavant, au cours d’une décennie de recherches, développé entre autres des modèles numériques et théoriques de phénomènes de transport pour le moment cinétique et les éléments chimiques à l’intérieur des étoiles et du Soleil.