Archives

2017

20 janvier 2017 à 15h / Local M-1010

Dr. Santiago Faucher
Global Director of Technology Development
Hatch

A Chemical Engineer’s Bucket List

To an outside observer un-familiar with chemical engineering, the grand-scale of a smelter’s reactors appears un-related to the design of nano-materials. Yet one cannot function without the other; were it not for the macro-molecular additives used to float ores, smelters would not have their feed. In both areas, fundamental principles of chemical engineering are at play. They are used by the chemical engineering apprentice to develop, design, run, control, and optimize materials and processes. Chemical engineering thus offers its practitioners the potential for a varied and exciting career. As evidence, and as a basis for discussion, Dr. Santiago Faucher will present his own experiences to date that have spanned the fields of extractive processing and xerographic printing.

Dr. Santiago Faucher, P.Eng., MCIC, MAIChE, is Global Director of Technology Development at Hatch, an Adjunct Professor at McMaster University, winner of the 2013 Syncrude Canada Innovation Award, and Past President of the CSChE. At Hatch, Santiago develops technologies to solve client challenges in collaboration with 9,000 professional staff, research and governmental institutions, venture capitalists, partners, entrepreneurs and clients. Santiago received his B.Sc. from Queen’s in 1996 and Ph.D. from McMaster in 2007. From 1996 to 2002 he engineered and commissioning metallurgical plants in the Americas and Asia for Hatch’s clients. From 2007 to 2012, he developed advanced materials and processes for Xerox. Santiago is author of 17 scientific journal articles and inventor on 58 US patents and patent applications.


27 janvier 2017 à 15h / Local M-1010

Dominique Bourg
Professeur
Université de Lausanne

Le principe de précaution

Ce principe est reconnu en Europe, et dans d’autres contrées, comme un principe fondamental du droit de l’environnement. Toutefois, les Etats-Unis ne le reconnaissent pas et il ne cesse d’être par exemple contesté dans le contexte français. Que signifie ce principe, en quoi consiste-t-il, pour susciter des réactions si contrastées ?

Dominique Bourg a un doctorat de l'université Strasbourg II (1981) et un doctorat de EHESS (1995). Il présente une habilitation à diriger des recherches en philosophie (université Lyon 3, 1998). Dominique Bourg a enseigné à l'Institut d'études politiques de Paris et à l'université de technologie de Troyes (UTT). Depuis 2006, il est professeur ordinaire à la faculté des géosciences et de l'environnement de l'Université de Lausanne. Il a été directeur de l'Institut de politiques territoriales et d'environnement humain (IPTEH) de la même université (2006-2009). Depuis septembre 2012, Dominique Bourg donne également un cours sur les questions environnementales actuelles à l'École polytechnique fédérale de Lausanne. Ses domaines de recherche concernent notamment l'éthique du développement durable. Il est vice-président de la Fondation Nicolas-Hulot et a fait partie de la commission Coppens, qui a préparé la charte française de l’environnement. Dominique Bourg dirige, avec Alain Papaux, la collection « Développement durable et innovation institutionnelle » et le Dictionnaire de la pensée écologique (2015), avec Philippe Roch, de la collection « Fondations écologiques » chez Labor et Fides. Il est aussi membre du comité de rédaction de la revue Esprit et du Conseil scientifique de la revue Écologie et politique et conseiller scientifique de Futuribles International. En 2013, Dominique Bourg a été nommé officier de la Légion d'honneur.


3 février 2017 à 15h / Local M-1010

Richard Leask
Associate Professor
McGill University

Mechanobiology of Cardiovascular Diseases

Vascular cells adapt and respond to biomechanical forces.  Dysfunctional response of vascular cells and blood components to their mechanical environment causes and progresses cardiovascular pathologies. Leask Laboratory focuses on the role of biomechanics in the initiation, progression and treatment of cardiovascular diseases.  This conference will highlight the findings at the cellular and tissue level.  Prof. Leask will present work he has done using three dimensional cell culture models to simulate the vascular hemodynamic environment in order to answer questions on how endothelial cells (ECs) and blood components respond to flow.  He will also highlight research on the biomechanics of ascending aortic aneurysms and the mechanistic links to tissue remodelling.  Overall this work underscores the importance of biomechanics in the initiation and fate of vascular pathologies.

Richard L. Leask is an Associate Professor of Chemical Engineering at McGill University, Associate Member of Biomedical Engineering, Bioengineering and a Researcher at the Montreal Heart Institute.  Prof. Leask received his B.A.Sc. and M.A.Sc from the University of Waterloo in 1994 and 1996 respectively and a PhD from the University of Toronto in 2002.  Prof. Leask completed a fellowship in the department of Anatomical and Surgical Pathology at the Toronto General Hospital before coming to McGill.  His research interests include clinical pathology, medical device design, cardiovascular biomechanics and cellular response.


10 février 2017 à 15h / Local M-1010

Joe Schwarcz
Director of McGill University’s Office for Science and Society
McGill University

Science and the paranormal

Since the dawn of civilization humans have been fascinated by phenomena which appear to lie outside the scope of science.  Our history is peppered with accounts of psychics predicting the future, mediums conversing with the dead, and aliens in UFO's abducting earthlings.  Today, there is widespread belief that the moon and planets influence our behavior, that "psychic surgeons" can remove tumors without making incisions and that Uri Geller bends spoons with the power of his mind.  Do these effects really lie outside the scope of modern day science?  This lecture examines paranormal phenomena and describes how many of the effects can be explained by perfectly "natural" means.  The presentation is highlighted by a number of "demonstrations" aimed at increasing the awareness of the need to evaluate "paranormal" phenomena by critical scientific methods.

Joe Schwarcz is Director of McGill University’s Office for Science and Society. He is well known for his informative and entertaining public lectures on topics ranging from the chemistry of love to the science of aging. Dr. Joe has received numerous awards for teaching chemistry and for interpreting science for the public and is the only non-American ever to win the American Chemical Society’s prestigious Grady-Stack Award for demystifying chemistry. He hosts "The Dr. Joe Show" on Montreal's CJAD and has appeared hundreds of times on The Discovery Channel, CTV, CBC, TV Ontario and Global Television. He is also an amateur conjurer and often spices up his presentations with a little magic. Dr. Joe also writes a newspaper column entitled “The Right Chemistry” and has authored a number of books including best-sellers, “Radar, Hula Hoops and Playful Pigs,” “The Genie in the Bottle,” "The Right Chemistry," and “An Apple A Day."  Dr. Joe was awarded the 2010 Montreal Medal, the Canadian Chemical Institute’s premier prize recognizing lifetime contributions to chemistry in Canada. In 2015 he was named winner of the Balles Prize for critical thinking by the US based Committee for Skeptical Inquiry in recognition of his 2014 book, "Is That A Fact?”


17 février 2017 à 15h / Local M-1010

Alain Tremblay, M.Sc., Ph.D.
Conseiller - Environnement - Milieux aquatiques
Hydro-Québec Production

Les GES et l’évaporation des réservoirs d’Hydro-Québec 

Lors de cette présentation, on abordera plusieurs éléments dont  les mécanismes responsables de l’émission de gaz à effet de serre (GES) dans les réservoirs boréaux et la durée de ce phénomène temporaire. Nous comparerons les émissions de GES de plusieurs filières de production d’électricité ainsi que leur consommation d’eau sur la base de l’analyse du cycle de vie. Basé sur des milliers de mesures réalisées sur plusieurs réservoirs depuis plus de 25 ans, on verra que l’hydroélectricité québécoise est renouvelable et peu émettrice de GES.

Alain Tremblay (Ph.D. Science de l’environnement UQAM, M.Sc. Océanographie de l’UQAR, Bacc. Biologie-Océanographie, UQAR) travaille à Hydro-Québec depuis plus de 20 ans, d’abord sur le dossier du mercure, puis depuis 15 ans sur les gaz à effet de serre. Hydro-Québec collabore avec plusieurs partenaires (national et international) et universités sur ces dossiers. M. Tremblay a siégé sur plusieurs comités internationaux dont l’IPCC, IEA (International Energy Agency), IHA (International Hydropower Association), et a publié 75 articles et présenté environ 200 conférences.


24 février 2017 à 15h / Local M-1010

Normand Mousseau
Professeur titulaire
Université de Montréal  
                      

Gagner la guerre du climat. Douze mythes à déboulonner

La réduction des gaz à effet de serre (GES) est essentielle à l’amélioration de notre qualité de vie, l’hydroélectricité est le nouvel or vert, le Canada est une grande puissance énergétique. Ces mythes, et de nombreux autres, sont sans cesse répétés par les politiciens, les groupes d’intérêt, les porte-parole de l’industrie et les médias. Ils nous donnent l’impression de maîtriser la transition énergétique et nous confortent dans l’illusion que nous pouvons continuer sans risque avec notre façon de faire en protégeant largement le statu quo.  Cette présentation déboulonne systématiquement chacun de ces mythes et démontre de manière irréfutable la vérité suivante : la solution au problème des changements climatiques n’est pas de nature technologique ou scientifique, mais bel et bien politique.

Normand Mousseau est professeur de physique, titulaire de la chaire de recherche UdeM sur les matériaux complexes, l'énergie et les ressources naturelles à l'Université de Montréal et directeur de l'Institut Trottier de l'énergie à Polytechnique Montréal. Chercheur de renommée mondiale dans le domaine des matériaux complexes et de la biophysique, il a publié plus de 160 articles scientifiques. Il suit de près la question énergétique et des ressources naturelles et est l'auteur de plusieurs livres sur le sujet dont « Au bout  du pétrole, tout ce que vous devez  savoir sur la crise énergétique» (2008), « La révolution des gaz de schiste » (2010) et « Le défi des ressources minières » (2012), tous parus aux Éditions MultiMondes. En 2013, il a coprésidé la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec, dont le rapport, "Maîtriser notre avenir énergétique", fut rendu public à la fin février 2014. Depuis septembre 2011, il produit et anime l’émission de vulgarisation scientifique hebdomadaire «La Grande Équation» diffusée sur les ondes de Radio VM. Son prochain livre, « Gagner la guerre du climat » sortira à la fin de février 2017 aux Éditions du Boréal.


9 mars 2017 à 12h45 / Local M-2401

Nicholas A. Geisse, Ph.D.
Oxford Instruments Asylum Research
Santa Barbara, CA, USA   
                    

Recent Advances in AFM Instrumentation for Biological Studies

The atomic force microscope (AFM) has found broad use in the biological sciences largely due to its ability to make measurements on unfixed and unstained samples under liquid. Its ability to image at spatial scales ranging from nanometers to tens of microns has enabled observations on live samples and has given new insight into cellular and molecular processes. Recent technical innovations have further advanced the applicability and utility of the instrument. For example, early AFMs were able to collect full-frame images at the few minutes time-scale. Advances over the past decade have increased this rate at the cost of instrument usability and flexibility. Asylum’s recent launch of the Cypher VRS has demonstrated imaging scan rates of ~10 frames/sec (625 lines per sec) on a fully-featured AFM platform. Discussions of the VRS technology and examples will be presented in this talk. Further, image and force data collected using Asylum’s new Fast Force Mapping mode will be presented and discussed.

In addition to imaging at multiple spatial scales, AFMs are commonly used as nanomechanical probes. This is especially pertinent for cell and tissue biology, as it has been demonstrated that the geometrical and mechanical properties of the extracellular microenvironment are important in such processes as cancer, cardiovascular disease, muscular dystrophy, and even the control of cell life and death. Because AFM can quantitatively measure the mechanical properties of various biological samples, novel insights to cell function and to cell-substrate interactions are now possible. Mechanical measurements on soft, sticky, and squishy biological samples with the Atomic Force Microscope (AFM) are straightforward to perform but complex to interpret accurately and reproducibly.  Although many of the phenomena responsible for this complexity also exist at the macroscale, their influence on the measurement increases non-linearly as the spatial scale descends to the AFM’s level of the cell and beyond. Further, the mechanical models we use to interpret the data are heavily borrowed from macroscale materials sciences— therefore they do not take the influence of many of these peculiarities into account. As the application of AFM to these types of problems is widened, it is important to understand the performance envelope of the technique and its associated data analyses. This talk will discuss the important issues that must be considered when macroscopic models are applied to real-world data. Examples of the effect of different model assumptions on our understanding of the measured material properties will be shown. Furthermore, specific examples of the importance of mechanical stimuli and the micromechanical environment to the structure and function of biological materials will be presented.

Nicholas A. Geisse started his research career as an undergraduate at Boston University (USA) studying membrane proteins and lipids with AFM and traditional biochemical techniques. He continued this work for his graduate studies at the Department of Pharmacology at Cambridge University (UK). For his postdoc, he studied engineered cells and tissues by combining AFMs with confocal and custom fluorescence optical microscopes at the School of Engineering and Applied Sciences at Harvard (USA). Since 2007 he has been working at Asylum Research (now Oxford Instruments Asylum Research). There, he was previously an applications scientist and software project and product manager, and he is now a Product Line Manager for the MFP-3D series of Atomic Force Microscopes.


17 mars 2017 à 15h / Local M-1010

Yoann Guntzburger, Ing. Jr., M. Sc. A.
Candidat au doctorat en administration
HEC Montréal  
                      

Pour une gestion des risques systémique et complexe en ingénierie

Les grands succès et progrès technologiques font parfois oublier les côtés plus obscurs des activités industrielles. Ces échecs, ces crises peuvent marquer une génération, un pays, sinon le monde. Pourquoi les catastrophes de Bhopal, Piper Alpha, Deepwater Horizon ou encore Fukushima et Lac-Mégantic n’ont pu être évitées? Pourquoi 150 ans de gestion systématique des risques dans le milieu industriel n’ont-ils pas permis de les anticiper? L’étude a posteriori de ces grandes catastrophes révèlent bien souvent la complexité de ces systèmes et la difficulté d’établir une ligne claire des causes et de leurs effets. Surtout, elles révèlent la nécessité de passer d’une gestion systématique et déterministe à une gestion systémique et complexe des risques.

Ce séminaire sera non seulement l’occasion de discuter de la gestion des risques pour les systèmes complexes, mais également de la nécessité de former les ingénieurs à ce changement essentiel de paradigme.

Yoann Guntzburger, Ing. Jr., M. Sc. A, est candidat au doctorat en administration à HEC Montréal. Sa thèse porte sur les limites éthiques de la gestion des risques en ingénierie, et particulièrement sur le développement de l’autonomisation des ingénieurs à aborder cette gestion éthiquement. Il est également chargé de cours à Polytechnique Montréal en génie chimique et génie industriel, ainsi que coordonnateur de la Chaire de management éthique de HEC Montréal. Arrivé au Canada en 2005 pour un stage de recherche à l’Université Concordia, Yoann décida de poursuivre un baccalauréat en génie chimique à Polytechnique Montréal, qu’il compléta ensuite par une maîtrise. Marqué durant celle-ci par l’explosion de la plateforme Deepwater Horizon en 2010, puis la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima en 2011, Yoann se spécialisa vers la gestion des risques et la prévention des catastrophes industrielles.


24 mars 2017 à 15h / Local M-1010

Isabelle Murray, ing., P.Eng., M.Sc.A.
Directrice adjointe
CEP Forensique inc.

Anne-Laure Esquirol, ing., M. Sc. A.
Ingénieure forensique
CEP Forensique inc.

Quand l’ingénierie Forensique permet de cibler la cause de pertes matérielles et humaines 

Et si les sciences forensiques et l’ingénierie étaient les seules bases factuelles et techniques permettant d’établir véritablement les causes de sinistres et d’accidents ?

Dans le cadre d’événements litigieux impliquant des pertes matérielles ou humaines, les assureurs, les avocats, les industriels ou encore les experts en sinistre doivent avoir recours à des experts forensiques pour établir les causes desdits événements. En effet, tout type d’événement menant à un accident avec blessures corporelles jusqu’à la perte d’un ouvrage repose sur une base technique. Qu’il s’agisse des domaines chimique, mécanique, métallurgique, électrique, civil, matériaux, environnement, reconstitution de collisions et plus encore, les ingénieurs et techniciens de CEP Forensique inc. utilisent la science pour cibler les causes de différents sinistres. Plus précisément, les paramètres scientifiques de base sont appliqués et, grâce à la méthode scientifique, il est possible d’établir les hypothèses menant à l’identification et la reconnaissance des causes de ces événements.

La présentation touchera principalement les domaines du génie des matériaux, du génie chimique, des incendies et explosions ainsi que des blessures corporelles. Plusieurs investigations techniques vous seront exposées : - de la découverte de la scène du sinistre, en passant par les prélèvements de pièces à convictions, les analyses microscopiques/chimiques et en terminant pas les conclusions établis.Vous ne verrez plus les matériaux qui vous entourent du même œil !

Isabelle Murray, ing., P.Eng., M.Sc.A., métallurgiste, est directrice adjointe (Laval) et ingénieure forensique chez CEP Forensique inc. depuis 17 ans. Isabelle obtint son baccalauréat en génie des matériaux à l’École Polytechnique de Montréal en 2000. Elle trouva rapidement son créneau et amorça sa carrière au sein d’une entreprise d’ingénierie légale, CEP Forensique. Isabelle œuvra tout d’abord au sein de l’équipe incendie et explosion, où elle réalisa des investigations techniques dans le but d’établir l’origine et la cause de divers accidents et sinistres. Souhaitant parfaire ses connaissances, Isabelle compléta en 2006 sa maîtrise à l’École Polytechnique de Montréal en génie des matériaux : Interactions et dégradation des conducteurs électriques en milieu d’incendie. Par la suite, Isabelle prit en main le développement d’un nouveau marché pour CEP et mit sur pied le groupe métallurgie et génie des matériaux. Dans le cadre de ses tâches dans ce groupe, Isabelle réalise de nombreuses études de caractérisation des matériaux (plastique, métaux, composite et céramique), des essais sur divers matériaux et des recherches en laboratoire. En 2011, constamment à la recherche de nouveaux défis, Isabelle entreprit son doctorat en génie minier et des matériaux à l’Université McGill. En janvier 2017, Isabelle est promue au poste de directrice adjointe du bureau de Laval, où elle partage avec le directeur régional la gestion de tous les experts du siège social de l’entreprise.

Anne-Laure Esquirol, ing., M. Sc. A., est ingénieure forensique en chimie et génie des matériaux chez CEP Forensique inc. depuis plus de trois ans. Anne-Laure compléta une technique en génie physique en 2008 à l’Institut Universitaire Technologique Joseph-Fourier à Grenoble en France, à la suite de quoi elle entama un baccalauréat en génie des matériaux à l'Institut des Sciences de l'Ingénieur de Toulon et du Var en France. Assoiffée de connaissances, Anne-Laure décida par la suite de s’établir au Canada, où elle compléta sa maîtrise en génie chimique à l’École Polytechnique de Montréal en 2013. Au mois de septembre 2013, une fois sa maîtrise terminée, Anne-Laure se joignit au groupe métallurgie et génie des matériaux chez CEP Forensique. Tout au long de ses études, ces expériences variées lui ont permis d'acquérir des compétences pratiques et théoriques approfondies dans différents domaines liés aux matériaux, et plus particulièrement dans le domaine des polymères et de la chimie des polymères. Ces compétences lui servent particulièrement bien dans le cadre de son travail où elle effectue des investigations sur les sites, réalise des simulations et essais en laboratoire, caractérise macroscopiquement et microscopiquement tout type de matériaux et prépare des rapports d’expertise.


31 mars 2017 à 15h / Local M-1010

Michael R. Wertheimer, ing.
Professeur émérite
Polytechnique Montréal  
                      

Les Plasmas Froids: Exemples de Découvertes Scientifiques et dApplications Biomédicales

Le conférencier travaille depuis presqu’une cinquantaine d’années dans ce domaine fascinant, qu’il a pu voir évoluer d’une curiosité de laboratoire à un domaine d’exploitation industrielle majeur. En effet, la « loi » de Moore en fabrication des puces de semi-conducteurs, dont les débuts datent d’environ 1970, n’aurait pas été possible sans les procédés plasma; la même constatation s’applique à de multiples démarches reliées à l’industrie des polymères, tous deux ayant des chiffres d’affaires dans les centaines de G$ par an à travers le monde.

Le but de ce séminaire sera de décrire quelques récents travaux dans le laboratoire de M. Wertheimer à Polytechnique Montréal, recherches impliquant à la fois les plasmas « froids » sous vide partiel, ainsi que ceux à pression atmosphérique (PA). Ces deux types de décharges électriques sont de plus en plus mis à l’œuvre dans le secteur de la santé, dont nous fournirons des exemples: La « Plasma Médecine » est présentement le domaine d’application des plasmas ayant le plus grand taux de croissance et d’intérêt à travers le monde.

Une importante contribution très récente en recherche sur les plasmas à PA a été le développement d’une technique pour mesurer le bilan énergétique dans les décharges à barrière diélectrique (« dielectric barrier discharges », DBD). Cette méthodologie nous permet d’étudier, en détails sans précédent, les mécanismes moléculaires impliqués en « chimie des plasmas», surtout dans le contexte du dépôt de couches minces organiques (« plasma-polymères ») servant dans le domaine du génie tissulaire, par exemple pour créer de nouveaux vaisseaux sanguins synthétiques.

 


22 septembre 2017 à 15h00 / Local M-1420

Gilles Savard, Ph.D.
Directeur général, IVADO
Professeur titulaire, Polytechnique Montréal

Où se trouve la véritable source de valeur des technologies numériques?

Révolution numérique, intelligence artificielle, big data, deep learning, industrie 4.0, économie numérique …

Mais au-delà des mots et des modes, où se trouve la véritable source de valeur et création de richesse pour notre société? En explorant les fondamentaux de cette révolution numérique et prenant appui sur quelques secteurs d’application et un écosystème propice, on s’intéresse aux données et les questions qu’elles soulèvent, entre autres pour les ingénieurs.

Gilles Savard est professeur depuis 1993 à l’École Polytechnique de Montréal au département de mathématiques et de génie industriel qu’il a dirigé de 2001 à 2007. De 2007 à 2017, il a agi comme Directeur de la recherche, de l’innovation et des affaires internationales. Il a alors été nommé directeur général de l’Institut de valorisation des données (IVADO), une initiative de HEC Montréal, Polytechnique Montréal et l’Université de Montréal. IVADO, regroupant plus de 70 partenaires du milieu industriel, institutionnel et gouvernemental, est un institut de recherche et transfert avancé en sciences des données, recherche opérationnelle et intelligence artificielle maillant plus de 1000 scientifiques. Il a publié à ce jour plus de 100 articles scientifiques dans les principales revues du domaine de la recherche opérationnelle et dirigé plus de 80 étudiants et personnels hautement qualifiés. Il est un spécialiste reconnu de la programmation mathématique à deux niveaux et a mené pendant vingt ans des projets de recherche avec le ministère de la défense qui utilise de façon opérationnelle les outils développés pour la planification des missions de paix. Il a développé, en collaboration, une approche méthodologique innovatrice dans le domaine de la gestion des revenus où ExPretio, une entreprise dérivée des universités, commercialise des outils de gestion de revenus pour les compagnies aériennes et ferroviaires. Gilles Savard a été un acteur important du projet EUGENE qui s’est mérité le prix de la meilleure application de recherche opérationnelle au Canada en 1999 décerné par CORS et de la création d’ExPretio qui a affaires internationales été honorée en 2010 pour la qualité de ses partenariats par l’ADRIQ. Il est membre de plusieurs conseils d’administration.
 


29 septembre 2017 à 15h00 / Local M-1420

Suzanne Giasson, Ph.D.
Professeure titulaire
Université de Montréal

De la chimie ingénieuse?

Le développement et l’introduction d’un nouveau produit chimique sur le marché exige de nombreuses étapes de fabrication et fait aussi l’objet de réglementations. De l’idée à la mise en marché d’un nouveau produit ou matériau, le chimiste et l’ingénieur jouent des rôles fondamentaux et essentiels. Des exemples variés incluant des cas d’études en cours illustreront comment l’ingénierie et la chimie se chevauchent pour élaborer des solutions à des problèmes actuels ou pour développer de nouveaux matériaux ou procédés.

Suzanne Giasson est Professeure Titulaire au département de chimie et de la faculté de pharmacie de l’Université de Montréal depuis 2002. Après un baccalauréat et une maîtrise en génie chimique à l’Université Laval, elle a obtenu son PhD en génie chimique/physico-chimie, en cotutelle, à l’Université Marie Curie (Paris) et de Western Ontario. Elle a ensuite effectué un post-doctorat à l’Université de Santa Barbara en Californie. Elle est une spécialiste entre autres de la physico-chimie des interfaces et des forces de surfaces, des interactions moléculaires et des surfaces stimulables. Ses travaux couvrent une large variété de systèmes allant des systèmes biologiques (acides nucléiques, cellules), synthétiques (polymères, vecteurs) aux milieux divisés (colloïdes).


20 octobre 2017 à 15h00 / Local M-1420

Viviane Yargeau, ing., Ph.D.
Professeure titulaire
Département de génie chimique, Université McGill

au-délà de la tour d'ivoire: des ingénieurs chimiques protègent nos ressources en eau

L’accès à l’eau et la qualité de l’eau sont de plus en plus menacés par l’accroissement de la population, l’augmentation des besoins dans divers secteurs industriels, ainsi que l’accroissement continu de nouveaux composés de synthèse relâchés dans l’environnement. Les ingénieurs, dont les ingénieurs chimiques, ont donc un rôle d’importance à jouer dans le développement, l’implantation et le suivi des stratégies et technologies qui constitueront des leviers permettant de relever les divers défis associés à la gestion et la protection de nos ressources en eau au cours des prochaines décennies.

Viviane Yargeau est professeure en génie chimique à l'Université McGill, membre associé de l'École de l'environnement de McGill et Directrice des technologiques chez Earth Alive Clean Technologies Inc. Ses recherches portent sur des aspects fondamentaux et technologiques menant à l'amélioration des technologies pour atténuer le relâchement de contaminants dans l'environnement et le développement d'alternatives durables. Elle travaille en étroite collaboration avec l'industrie, les municipalités et les organismes gouvernementaux au Canada et à l'étranger. Elle mène également des recherches sur l'éducation en génie et contribue à des projets dans divers pays en développement.

Viviane Yargeau is a Professor in Chemical Engineering at McGill University, an Associate Member of the McGill School of Environment and the Chief Technology Officer of Earth Alive Clean Technologies Inc. Her research focuses on both fundamental and technological aspects leading to improvement of technologies to mitigate the release of pollutants in the environment and the development of green alternatives. She works in close collaboration with the industry, municipalities and governmental agencies in Canada and internationally. She also conducts research on engineering education and contributes to projects in developing countries.

 


27 octobre 2017 à 15h00 / Local M-1420

Nathalie Faucheux, Ph.D.
Professeure titulaire
Université de Sherbrooke
                 

Développement de matériaux biomimétiques à partir de peptides d’adhésion et peptides dérivés de la BMP-9 pour des applications osseuses

Avec le vieillissement de la population canadienne, les fractures ostéoporotiques et pertes osseuses, qui ne peuvent se régénérer spontanément et nécessitent une intervention chirurgicale orthopédique, ne cesseront de croître. Ces interventions chirurgicales impliquent l’utilisation de biomatériaux et/ou de systèmes de libération de facteurs de croissance dont ceux de la famille des protéines morphogénétiques osseuses (BMP). Les BMPs jouent, en effet, un rôle clé dans le fonctionnement des cellules osseuses in vitro et la formation et réparation des os in vivo. La BMP-9 a été notamment décrite comme ayant un potentiel ostéoinductif, capacité des cellules souches à se différencier en ostéoblastes, supérieur à celui de la BMP-2, molécule approuvée par la Food and Drug Administration des États-Unis pour des applications cliniques.

Les BMPs étant néanmoins des molécules très coûteuses, l’équipe de recherche de la professeure Faucheux a conçu des peptides dérivés de la BMP-9 dont les pBMP-9 et SpBMP-9 capables d’induire la différenciation ostéogénique de cellules souches in vitro et la formation osseuse in vivo. Ces peptides peuvent être utilisés de manière soluble afin d’agir en synergie avec des matériaux biomimétiques, polymères fonctionnalisés par des molécules mimant les protéines de la matrice osseuses (peptides d’adhésion par exemple). Ils peuvent aussi être directement co-immobilisés avec les peptides d’adhésion sur le polymère. Cependant, le choix des peptides d’adhésion utilisés pour concevoir ces matériaux biomimétiques est critique, puisqu’en interagissant avec des récepteurs membranaires spécifiques, ils influencent la réponse des cellules osseuses à la BMP-9 et ses peptides dérivés.

Nathalie Faucheux, biochimiste de formation (Université Pierre et Marie Curie, Paris VI, France) avec un doctorat en génie biomédical (Université de Technologie de Compiègne, France), est professeure titulaire dans le département de génie chimique et de génie biotechnologique de l’Université de Sherbrooke. De 2004 à 2014, elle a détenu une Chaire de Recherche du Canada de niveau II sur les systèmes biohybrides cellules-biomatériaux. Son groupe de recherche développe des peptides dérivés de facteurs de croissance, des systèmes de libération de molécules thérapeutiques et des matériaux biomimétiques pour des applications osseuses et traitement des maladies neurodégénératives.


3 novembre 2017 à 15h00 / Local M-1420

William Savard
Président de Chem-E-Car Poly            

Chem-E-Car : le début d’une grande aventure

Qu’est-ce que Chem-E-Car ? Comment fonder une nouvelle société technique ?  Qu’est-ce que j’ai à gagner à m’impliquer dans un comité comme Chem-E-Car Poly ? Comment gérer une société technique ET suivre le cours d’OPU en même temps ? Ce sont toutes des questions qui seront abordées lors du séminaire par un étudiant en quatrième année en génie chimique. Aborder un tel sujet, du point de vue d’un étudiant, saura sans doute en convaincre plus d’un de l’importance de l’implication à Polytechnique Montréal et des bénéfices énormes qu’une société technique peut amener à un futur ingénieur.

Depuis sa création en septembre 2016, l’équipe de Chem-E-Car Poly et le Sai-to-Go, premier bolide conçu par le groupe, ont déjà participé à deux compétitions d’envergure : la compétition régionale annuelle aux États-Unis en mars 2017 et la compétition mondiale de Barcelone du 1er octobre dernier. Cette dernière leur a permis d’atteindre le 6ième rang mondial et ainsi de démontrer le savoir-faire des étudiants de Polytechnique Montréal.


10 novembre 2017 à 15h00 / Local M-1420

Ghislain Paillé, ing., MBA
Directeur d'usine
Chemtrade

D'ingénieur à gestionnaire

Ghislain Paillé est diplômé de l’Université de Montréal et de l’École Polytechnique de Montréal. Il a évolué au sein d’entreprises de premier plan dans les secteurs des plastiques et des produits chimiques industriels. Il a occupé des postes de direction en gestion des opérations et dirigé plusieurs des équipes techniques et de gestionnaires de premier niveau. Il s’est taillé une expertise de haut niveau dans la gestion des opérations dans l’industrie chimique, tant au niveau des ressources humaines, de la logistique, des projets d’optimisation.

 

 

 


17 novembre 2017 à 15h00 / Local M-1420

Mario Gagnon
Coprésident et fondateur
Alto Design