Archives

20 janvier 2017 à 15h / Local M-1010

Dr. Santiago Faucher
Global Director of Technology Development
Hatch

A Chemical Engineer’s Bucket List

To an outside observer un-familiar with chemical engineering, the grand-scale of a smelter’s reactors appears un-related to the design of nano-materials. Yet one cannot function without the other; were it not for the macro-molecular additives used to float ores, smelters would not have their feed. In both areas, fundamental principles of chemical engineering are at play. They are used by the chemical engineering apprentice to develop, design, run, control, and optimize materials and processes. Chemical engineering thus offers its practitioners the potential for a varied and exciting career. As evidence, and as a basis for discussion, Dr. Santiago Faucher will present his own experiences to date that have spanned the fields of extractive processing and xerographic printing.

Dr. Santiago Faucher, P.Eng., MCIC, MAIChE, is Global Director of Technology Development at Hatch, an Adjunct Professor at McMaster University, winner of the 2013 Syncrude Canada Innovation Award, and Past President of the CSChE. At Hatch, Santiago develops technologies to solve client challenges in collaboration with 9,000 professional staff, research and governmental institutions, venture capitalists, partners, entrepreneurs and clients. Santiago received his B.Sc. from Queen’s in 1996 and Ph.D. from McMaster in 2007. From 1996 to 2002 he engineered and commissioning metallurgical plants in the Americas and Asia for Hatch’s clients. From 2007 to 2012, he developed advanced materials and processes for Xerox. Santiago is author of 17 scientific journal articles and inventor on 58 US patents and patent applications.

27 janvier 2017 à 15h / Local M-1010

Dominique Bourg
Professeur
Université de Lausanne

Le principe de précaution

Ce principe est reconnu en Europe, et dans d’autres contrées, comme un principe fondamental du droit de l’environnement. Toutefois, les Etats-Unis ne le reconnaissent pas et il ne cesse d’être par exemple contesté dans le contexte français. Que signifie ce principe, en quoi consiste-t-il, pour susciter des réactions si contrastées ?

Dominique Bourg a un doctorat de l'université Strasbourg II (1981) et un doctorat de EHESS (1995). Il présente une habilitation à diriger des recherches en philosophie (université Lyon 3, 1998). Dominique Bourg a enseigné à l'Institut d'études politiques de Paris et à l'université de technologie de Troyes (UTT). Depuis 2006, il est professeur ordinaire à la faculté des géosciences et de l'environnement de l'Université de Lausanne. Il a été directeur de l'Institut de politiques territoriales et d'environnement humain (IPTEH) de la même université (2006-2009). Depuis septembre 2012, Dominique Bourg donne également un cours sur les questions environnementales actuelles à l'École polytechnique fédérale de Lausanne. Ses domaines de recherche concernent notamment l'éthique du développement durable. Il est vice-président de la Fondation Nicolas-Hulot et a fait partie de la commission Coppens, qui a préparé la charte française de l’environnement. Dominique Bourg dirige, avec Alain Papaux, la collection « Développement durable et innovation institutionnelle » et le Dictionnaire de la pensée écologique (2015), avec Philippe Roch, de la collection « Fondations écologiques » chez Labor et Fides. Il est aussi membre du comité de rédaction de la revue Esprit et du Conseil scientifique de la revue Écologie et politique et conseiller scientifique de Futuribles International. En 2013, Dominique Bourg a été nommé officier de la Légion d'honneur.

3 février 2017 à 15h / Local M-1010

Richard Leask
Associate Professor
McGill University

Mechanobiology of Cardiovascular Diseases

Vascular cells adapt and respond to biomechanical forces.  Dysfunctional response of vascular cells and blood components to their mechanical environment causes and progresses cardiovascular pathologies. Leask Laboratory focuses on the role of biomechanics in the initiation, progression and treatment of cardiovascular diseases.  This conference will highlight the findings at the cellular and tissue level.  Prof. Leask will present work he has done using three dimensional cell culture models to simulate the vascular hemodynamic environment in order to answer questions on how endothelial cells (ECs) and blood components respond to flow.  He will also highlight research on the biomechanics of ascending aortic aneurysms and the mechanistic links to tissue remodelling.  Overall this work underscores the importance of biomechanics in the initiation and fate of vascular pathologies.

Richard L. Leask is an Associate Professor of Chemical Engineering at McGill University, Associate Member of Biomedical Engineering, Bioengineering and a Researcher at the Montreal Heart Institute.  Prof. Leask received his B.A.Sc. and M.A.Sc from the University of Waterloo in 1994 and 1996 respectively and a PhD from the University of Toronto in 2002.  Prof. Leask completed a fellowship in the department of Anatomical and Surgical Pathology at the Toronto General Hospital before coming to McGill.  His research interests include clinical pathology, medical device design, cardiovascular biomechanics and cellular response.

10 février 2017 à 15h / Local M-1010

Joe Schwarcz
Director of McGill University’s Office for Science and Society
McGill University

Science and the paranormal

Since the dawn of civilization humans have been fascinated by phenomena which appear to lie outside the scope of science.  Our history is peppered with accounts of psychics predicting the future, mediums conversing with the dead, and aliens in UFO's abducting earthlings.  Today, there is widespread belief that the moon and planets influence our behavior, that "psychic surgeons" can remove tumors without making incisions and that Uri Geller bends spoons with the power of his mind.  Do these effects really lie outside the scope of modern day science?  This lecture examines paranormal phenomena and describes how many of the effects can be explained by perfectly "natural" means.  The presentation is highlighted by a number of "demonstrations" aimed at increasing the awareness of the need to evaluate "paranormal" phenomena by critical scientific methods.

Joe Schwarcz is Director of McGill University’s Office for Science and Society. He is well known for his informative and entertaining public lectures on topics ranging from the chemistry of love to the science of aging. Dr. Joe has received numerous awards for teaching chemistry and for interpreting science for the public and is the only non-American ever to win the American Chemical Society’s prestigious Grady-Stack Award for demystifying chemistry. He hosts "The Dr. Joe Show" on Montreal's CJAD and has appeared hundreds of times on The Discovery Channel, CTV, CBC, TV Ontario and Global Television. He is also an amateur conjurer and often spices up his presentations with a little magic. Dr. Joe also writes a newspaper column entitled “The Right Chemistry” and has authored a number of books including best-sellers, “Radar, Hula Hoops and Playful Pigs,” “The Genie in the Bottle,” "The Right Chemistry," and “An Apple A Day."  Dr. Joe was awarded the 2010 Montreal Medal, the Canadian Chemical Institute’s premier prize recognizing lifetime contributions to chemistry in Canada. In 2015 he was named winner of the Balles Prize for critical thinking by the US based Committee for Skeptical Inquiry in recognition of his 2014 book, "Is That A Fact?”

17 février 2017 à 15h / Local M-1010

Alain Tremblay, M.Sc., Ph.D.
Conseiller - Environnement - Milieux aquatiques
Hydro-Québec Production

Les GES et l’évaporation des réservoirs d’Hydro-Québec 

Lors de cette présentation, on abordera plusieurs éléments dont  les mécanismes responsables de l’émission de gaz à effet de serre (GES) dans les réservoirs boréaux et la durée de ce phénomène temporaire. Nous comparerons les émissions de GES de plusieurs filières de production d’électricité ainsi que leur consommation d’eau sur la base de l’analyse du cycle de vie. Basé sur des milliers de mesures réalisées sur plusieurs réservoirs depuis plus de 25 ans, on verra que l’hydroélectricité québécoise est renouvelable et peu émettrice de GES.

Alain Tremblay (Ph.D. Science de l’environnement UQAM, M.Sc. Océanographie de l’UQAR, Bacc. Biologie-Océanographie, UQAR) travaille à Hydro-Québec depuis plus de 20 ans, d’abord sur le dossier du mercure, puis depuis 15 ans sur les gaz à effet de serre. Hydro-Québec collabore avec plusieurs partenaires (national et international) et universités sur ces dossiers. M. Tremblay a siégé sur plusieurs comités internationaux dont l’IPCC, IEA (International Energy Agency), IHA (International Hydropower Association), et a publié 75 articles et présenté environ 200 conférences.

24 février 2017 à 15h / Local M-1010

Normand Mousseau
Professeur titulaire
Université de Montréal  
                      

Gagner la guerre du climat. Douze mythes à déboulonner

La réduction des gaz à effet de serre (GES) est essentielle à l’amélioration de notre qualité de vie, l’hydroélectricité est le nouvel or vert, le Canada est une grande puissance énergétique. Ces mythes, et de nombreux autres, sont sans cesse répétés par les politiciens, les groupes d’intérêt, les porte-parole de l’industrie et les médias. Ils nous donnent l’impression de maîtriser la transition énergétique et nous confortent dans l’illusion que nous pouvons continuer sans risque avec notre façon de faire en protégeant largement le statu quo.  Cette présentation déboulonne systématiquement chacun de ces mythes et démontre de manière irréfutable la vérité suivante : la solution au problème des changements climatiques n’est pas de nature technologique ou scientifique, mais bel et bien politique.

Normand Mousseau est professeur de physique, titulaire de la chaire de recherche UdeM sur les matériaux complexes, l'énergie et les ressources naturelles à l'Université de Montréal et directeur de l'Institut Trottier de l'énergie à Polytechnique Montréal. Chercheur de renommée mondiale dans le domaine des matériaux complexes et de la biophysique, il a publié plus de 160 articles scientifiques. Il suit de près la question énergétique et des ressources naturelles et est l'auteur de plusieurs livres sur le sujet dont « Au bout  du pétrole, tout ce que vous devez  savoir sur la crise énergétique» (2008), « La révolution des gaz de schiste » (2010) et « Le défi des ressources minières » (2012), tous parus aux Éditions MultiMondes. En 2013, il a coprésidé la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec, dont le rapport, "Maîtriser notre avenir énergétique", fut rendu public à la fin février 2014. Depuis septembre 2011, il produit et anime l’émission de vulgarisation scientifique hebdomadaire «La Grande Équation» diffusée sur les ondes de Radio VM. Son prochain livre, « Gagner la guerre du climat » sortira à la fin de février 2017 aux Éditions du Boréal.

9 mars 2017 à 12h45 / Local M-2401

Nicholas A. Geisse, Ph.D.
Oxford Instruments Asylum Research
Santa Barbara, CA, USA   
                    

Recent Advances in AFM Instrumentation for Biological Studies

The atomic force microscope (AFM) has found broad use in the biological sciences largely due to its ability to make measurements on unfixed and unstained samples under liquid. Its ability to image at spatial scales ranging from nanometers to tens of microns has enabled observations on live samples and has given new insight into cellular and molecular processes. Recent technical innovations have further advanced the applicability and utility of the instrument. For example, early AFMs were able to collect full-frame images at the few minutes time-scale. Advances over the past decade have increased this rate at the cost of instrument usability and flexibility. Asylum’s recent launch of the Cypher VRS has demonstrated imaging scan rates of ~10 frames/sec (625 lines per sec) on a fully-featured AFM platform. Discussions of the VRS technology and examples will be presented in this talk. Further, image and force data collected using Asylum’s new Fast Force Mapping mode will be presented and discussed.

In addition to imaging at multiple spatial scales, AFMs are commonly used as nanomechanical probes. This is especially pertinent for cell and tissue biology, as it has been demonstrated that the geometrical and mechanical properties of the extracellular microenvironment are important in such processes as cancer, cardiovascular disease, muscular dystrophy, and even the control of cell life and death. Because AFM can quantitatively measure the mechanical properties of various biological samples, novel insights to cell function and to cell-substrate interactions are now possible. Mechanical measurements on soft, sticky, and squishy biological samples with the Atomic Force Microscope (AFM) are straightforward to perform but complex to interpret accurately and reproducibly.  Although many of the phenomena responsible for this complexity also exist at the macroscale, their influence on the measurement increases non-linearly as the spatial scale descends to the AFM’s level of the cell and beyond. Further, the mechanical models we use to interpret the data are heavily borrowed from macroscale materials sciences— therefore they do not take the influence of many of these peculiarities into account. As the application of AFM to these types of problems is widened, it is important to understand the performance envelope of the technique and its associated data analyses. This talk will discuss the important issues that must be considered when macroscopic models are applied to real-world data. Examples of the effect of different model assumptions on our understanding of the measured material properties will be shown. Furthermore, specific examples of the importance of mechanical stimuli and the micromechanical environment to the structure and function of biological materials will be presented.

Nicholas A. Geisse started his research career as an undergraduate at Boston University (USA) studying membrane proteins and lipids with AFM and traditional biochemical techniques. He continued this work for his graduate studies at the Department of Pharmacology at Cambridge University (UK). For his postdoc, he studied engineered cells and tissues by combining AFMs with confocal and custom fluorescence optical microscopes at the School of Engineering and Applied Sciences at Harvard (USA). Since 2007 he has been working at Asylum Research (now Oxford Instruments Asylum Research). There, he was previously an applications scientist and software project and product manager, and he is now a Product Line Manager for the MFP-3D series of Atomic Force Microscopes.

17 mars 2017 à 15h / Local M-1010

Yoann Guntzburger, Ing. Jr., M. Sc. A.
Candidat au doctorat en administration
HEC Montréal  
                      

Pour une gestion des risques systémique et complexe en ingénierie

Les grands succès et progrès technologiques font parfois oublier les côtés plus obscurs des activités industrielles. Ces échecs, ces crises peuvent marquer une génération, un pays, sinon le monde. Pourquoi les catastrophes de Bhopal, Piper Alpha, Deepwater Horizon ou encore Fukushima et Lac-Mégantic n’ont pu être évitées? Pourquoi 150 ans de gestion systématique des risques dans le milieu industriel n’ont-ils pas permis de les anticiper? L’étude a posteriori de ces grandes catastrophes révèlent bien souvent la complexité de ces systèmes et la difficulté d’établir une ligne claire des causes et de leurs effets. Surtout, elles révèlent la nécessité de passer d’une gestion systématique et déterministe à une gestion systémique et complexe des risques.

Ce séminaire sera non seulement l’occasion de discuter de la gestion des risques pour les systèmes complexes, mais également de la nécessité de former les ingénieurs à ce changement essentiel de paradigme.

Yoann Guntzburger, Ing. Jr., M. Sc. A, est candidat au doctorat en administration à HEC Montréal. Sa thèse porte sur les limites éthiques de la gestion des risques en ingénierie, et particulièrement sur le développement de l’autonomisation des ingénieurs à aborder cette gestion éthiquement. Il est également chargé de cours à Polytechnique Montréal en génie chimique et génie industriel, ainsi que coordonnateur de la Chaire de management éthique de HEC Montréal. Arrivé au Canada en 2005 pour un stage de recherche à l’Université Concordia, Yoann décida de poursuivre un baccalauréat en génie chimique à Polytechnique Montréal, qu’il compléta ensuite par une maîtrise. Marqué durant celle-ci par l’explosion de la plateforme Deepwater Horizon en 2010, puis la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima en 2011, Yoann se spécialisa vers la gestion des risques et la prévention des catastrophes industrielles.

24 mars 2017 à 15h / Local M-1010

 

Isabelle Murray, ing., P.Eng., M.Sc.A.
Directrice adjointe
CEP Forensique inc.

Anne-Laure Esquirol, ing., M. Sc. A.
Ingénieure forensique
CEP Forensique inc.

 

 

 

 

 

 

Quand l’ingénierie Forensique permet de cibler la cause de pertes matérielles et humaines 

Et si les sciences forensiques et l’ingénierie étaient les seules bases factuelles et techniques permettant d’établir véritablement les causes de sinistres et d’accidents ?

Dans le cadre d’événements litigieux impliquant des pertes matérielles ou humaines, les assureurs, les avocats, les industriels ou encore les experts en sinistre doivent avoir recours à des experts forensiques pour établir les causes desdits événements. En effet, tout type d’événement menant à un accident avec blessures corporelles jusqu’à la perte d’un ouvrage repose sur une base technique. Qu’il s’agisse des domaines chimique, mécanique, métallurgique, électrique, civil, matériaux, environnement, reconstitution de collisions et plus encore, les ingénieurs et techniciens de CEP Forensique inc. utilisent la science pour cibler les causes de différents sinistres. Plus précisément, les paramètres scientifiques de base sont appliqués et, grâce à la méthode scientifique, il est possible d’établir les hypothèses menant à l’identification et la reconnaissance des causes de ces événements.

La présentation touchera principalement les domaines du génie des matériaux, du génie chimique, des incendies et explosions ainsi que des blessures corporelles. Plusieurs investigations techniques vous seront exposées : - de la découverte de la scène du sinistre, en passant par les prélèvements de pièces à convictions, les analyses microscopiques/chimiques et en terminant pas les conclusions établis.

Vous ne verrez plus les matériaux qui vous entourent du même œil !

Isabelle Murray, ing., P.Eng., M.Sc.A., métallurgiste, est directrice adjointe (Laval) et ingénieure forensique chez CEP Forensique inc. depuis 17 ans. Isabelle obtint son baccalauréat en génie des matériaux à l’École Polytechnique de Montréal en 2000. Elle trouva rapidement son créneau et amorça sa carrière au sein d’une entreprise d’ingénierie légale, CEP Forensique. Isabelle œuvra tout d’abord au sein de l’équipe incendie et explosion, où elle réalisa des investigations techniques dans le but d’établir l’origine et la cause de divers accidents et sinistres. Souhaitant parfaire ses connaissances, Isabelle compléta en 2006 sa maîtrise à l’École Polytechnique de Montréal en génie des matériaux : Interactions et dégradation des conducteurs électriques en milieu d’incendie. Par la suite, Isabelle prit en main le développement d’un nouveau marché pour CEP et mit sur pied le groupe métallurgie et génie des matériaux. Dans le cadre de ses tâches dans ce groupe, Isabelle réalise de nombreuses études de caractérisation des matériaux (plastique, métaux, composite et céramique), des essais sur divers matériaux et des recherches en laboratoire. En 2011, constamment à la recherche de nouveaux défis, Isabelle entreprit son doctorat en génie minier et des matériaux à l’Université McGill. En janvier 2017, Isabelle est promue au poste de directrice adjointe du bureau de Laval, où elle partage avec le directeur régional la gestion de tous les experts du siège social de l’entreprise.

Anne-Laure Esquirol, ing., M. Sc. A., est ingénieure forensique en chimie et génie des matériaux chez CEP Forensique inc. depuis plus de trois ans. Anne-Laure compléta une technique en génie physique en 2008 à l’Institut Universitaire Technologique Joseph-Fourier à Grenoble en France, à la suite de quoi elle entama un baccalauréat en génie des matériaux à l'Institut des Sciences de l'Ingénieur de Toulon et du Var en France. Assoiffée de connaissances, Anne-Laure décida par la suite de s’établir au Canada, où elle compléta sa maîtrise en génie chimique à l’École Polytechnique de Montréal en 2013. Au mois de septembre 2013, une fois sa maîtrise terminée, Anne-Laure se joignit au groupe métallurgie et génie des matériaux chez CEP Forensique. Tout au long de ses études, ces expériences variées lui ont permis d'acquérir des compétences pratiques et théoriques approfondies dans différents domaines liés aux matériaux, et plus particulièrement dans le domaine des polymères et de la chimie des polymères. Ces compétences lui servent particulièrement bien dans le cadre de son travail où elle effectue des investigations sur les sites, réalise des simulations et essais en laboratoire, caractérise macroscopiquement et microscopiquement tout type de matériaux et prépare des rapports d’expertise.

31 mars 2017 à 15h / Local M-1010

Michael R. Wertheimer, ing.
Professeur émérite
Polytechnique Montréal  
                      

Les Plasmas Froids: Exemples de Découvertes Scientifiques et dApplications Biomédicales

Le conférencier travaille depuis presqu’une cinquantaine d’années dans ce domaine fascinant, qu’il a pu voir évoluer d’une curiosité de laboratoire à un domaine d’exploitation industrielle majeur. En effet, la « loi » de Moore en fabrication des puces de semi-conducteurs, dont les débuts datent d’environ 1970, n’aurait pas été possible sans les procédés plasma; la même constatation s’applique à de multiples démarches reliées à l’industrie des polymères, tous deux ayant des chiffres d’affaires dans les centaines de G$ par an à travers le monde.

Le but de ce séminaire sera de décrire quelques récents travaux dans le laboratoire de M. Wertheimer à Polytechnique Montréal, recherches impliquant à la fois les plasmas « froids » sous vide partiel, ainsi que ceux à pression atmosphérique (PA). Ces deux types de décharges électriques sont de plus en plus mis à l’œuvre dans le secteur de la santé, dont nous fournirons des exemples: La « Plasma Médecine » est présentement le domaine d’application des plasmas ayant le plus grand taux de croissance et d’intérêt à travers le monde.

Une importante contribution très récente en recherche sur les plasmas à PA a été le développement d’une technique pour mesurer le bilan énergétique dans les décharges à barrière diélectrique (« dielectric barrier discharges », DBD). Cette méthodologie nous permet d’étudier, en détails sans précédent, les mécanismes moléculaires impliqués en « chimie des plasmas», surtout dans le contexte du dépôt de couches minces organiques (« plasma-polymères ») servant dans le domaine du génie tissulaire, par exemple pour créer de nouveaux vaisseaux sanguins synthétiques.

2 décembre 2016 à 15h / Local M-1420

ma thèse en 3 minutes

Le séminaire Ma thèse en 3 minutes permet à des étudiants de présenter leur sujet de recherche en termes simples à un auditoire profane et diversifié. Chaque étudiant doit faire, en 3 minutes, un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur son projet de recherche. L’objectif est de transmettre sa passion pour la recherche tout en informant de manière juste et créative.

Étudiants participants: Jean-Christophe Saint-Charles, Aparana Gupta, Paul Louyot, Mohamed Khalil, Stéphanie Jean, Mohammad Jaber Darabi, Shiming Zhang, Prajwal Kumar.

Thèmes variés, un véritable topo de la recherche au département de génie chimique!

 

25 novembre 2016 à 15h / Local M-1420

Claudia Déméné
Professeure adjointe
École de design de l’Université Laval

Du design à l’écoconception : quels enjeux et défis?

L’objectif de cette présentation sera de démystifier le design, car la plupart des gens le perçoivent comme une fonction purement esthétique, ce qui n’est pas/plus le cas. Pour illustrer les concepts de cette discipline, nous analyserons plusieurs exemples concrets sous différents aspects :

  1. Qu’est-ce que le design (dimension produits, services, systèmes de produits-services)? À quoi ça sert (au-delà de l’esthétique et de l’ergonomie)? Quels sont les champs d’application actuels du design à travers des exemples concrets: pédagogie, management, innovation et développement durable;
  2. Qu’est-ce que l’écoconception, (EC) à travers quelques exemples concrets? Quels sont les enjeux de l’EC (la rentabilité, travail d’équipe: ingénieur/designer) et les défis (le biomimétisme, l’obsolescence, etc.). 

Professeure adjointe à l’École de design de l’Université Laval et membre du centre interdisciplinaire de recherche en opérationnalisation du développement durable (CIRODD), Claudia Déméné est titulaire d'un doctorat en design responsable de l’Université de Montréal et d’une maîtrise en management environnemental et développement durable de l’Université de Technologie de Troyes (France). Son expertise s’articule autour des enjeux entourant l’instauration de modes de production et de consommation responsables. Ses activités de recherche visent à promouvoir la mise en œuvre de stratégies innovantes répondant aux besoins des consommateurs, tout en minimisant les impacts environnementaux, sociaux et éthiques. Dans cette perspective, elle explore différentes alternatives, telles que l’affichage environnemental de la durée de vie estimée des appareils électroniques pour lutter contre l’obsolescence, les comportements responsables associés à la pratique du fait-maison (Do-It-Yourself) et l’achat de produits locaux de type artisanal par les Québécois.

18 novembre 2016 à 15h / Local M-1420

Gérald Chouinard, agr., Ph.D.
Entomologiste
Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA)

Produire des fruits de qualité sans pesticides: un aperçu et des liens insoupçonnés entre ingénierie, chimie et écologie

L’équipe de recherche du laboratoire de Production fruitière intégrée vise à réduire les risques environnementaux reliés à la production de pommes. Localisée à l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA), elle œuvre dans des domaines tels le développement de méthodes de dépistage et de prévision, la lutte biologique, la lutte physique et d’autres outils permettant de diminuer l’impact des pesticides. Elle coordonne également les activités du Réseau-pommier du Québec, un regroupement des spécialistes du secteur (chercheurs, conseillers, consultants privés, associations de producteurs), qui permet le maillage efficace d'activités de R-D, l’échange libre d’information et la formation des conseillers au sujet de l’avancement de la recherche et des approches durables en matière de protection des vergers. Parmi les projets auxquels la laboratoire a participé au cours des dernières années figurent des travaux  sur la synthèse de phéromones sexuelles, la sélection et  d'appâts pour la lutte attracticide , la lutte par confusion sexuelle, le piégeage des ravageurs et la lutte par exclusion. Ces méthodes font appel, à différents degrés, à la chimie, à l’ingénierie et à l’écologie; du moins c’est ce que cette présentation tentera d’illustrer, à travers un survol de différentes facettes de nos recherches.

Gérald Chouinard est titulaire d’un baccalauréat en agronomie et d’un doctorat en entomologie fruitière de l’Université McGill portant sur le comportement et la régie des populations du charançon de la prune.

Entomologiste à l'Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) de Saint-Bruno-de-Montarville, il mène des travaux de recherche et de développement dans le domaine de la gestion intégrée des insectes et acariens nuisibles et utiles des vergers. 

M. Chouinard occupe aussi la fonction de scientifique responsable du Réseau-pommier du Québec, un regroupement québécois de spécialistes travaillant à développer la production fruitière intégrée, à faire connaître des méthodes de lutte sécuritaires et durables et à rationaliser l'usage des pesticides.

Il est professeur associé à l'Université du Québec à Montréal et à l’Université Laval. Il est récipiendaire du prix Léon-Provancher décerné par la Société d'entomologie du Québec, du prix Révérend-Père-Léopold décerné par la Fédération des producteurs de pommes du Québec, et de la Médaille de distinction agronomique décernée en 2015 par l’Ordre des agronomes du Québec.

M. Chouinard est auteur de quelques centaines de publications scientifiques et techniques en protection des vergers, dont quelques livres comme le Guide de référence en production fruitière intégrée paru en 2014.

 

11 novembre 2016 à 15h / Local M-1420

 Invité surprise

La voyante des temps modernes

Après un peu plus de 4 ans, le département de génie chimique est fier de présenter le 100ème Séminaire Découverte du Vendredi. Qui aurait pu le croire ? Ce rendez-vous hebdomadaire, unique en son genre à Polytechnique, nous aura permis de rencontrer des industriels, des académiciens, de nouveaux finissants, des étudiants, une neuropsychologue, la présidente de l’Ordre des Ingénieurs, des dirigeants d’entreprises et d’équipes, un maître de chai, un expert en biodiversité et environnement, un astrophysicien, et bien d’autres !

Ce 100ème séminaire s’adresse encore et toujours au curieuses et curieux, à ceux et celles qui désirent en apprendre davantage sur le génie, et un peu plus. Cette conférence propose l’ensorcelante histoire de la petite formule mathématique détenant la clé qui déverrouille les portes du savoir… Bon séminaire !

 

4 novembre 2016 à 15h / Local M-1420

Stéphanie Marchand
Productrice exécutive
Behaviour Interactive

Vie en entreprise : guide pratique de survie

À l’aide d’exemples et de conseils pratiques, cette présentation vise une prise de conscience de ce qui attend le détenteur d’un diplôme en ingénierie sur le marché du travail. Les employeurs ainsi que les employés ont des attentes précises, très souvent non dites, envers les professionnels. Parmi les thèmes abordés, il y aura les incontournables ; le leadership, le professionnalisme et l’éthique.

Stéphanie Marchand est productrice exécutive pour la firme québécoise de jeux vidéo Behaviour Interactive. Dans ce rôle, elle supervise le développement d’une quinzaine de jeux annuellement, dont la production est réalisée dans les studios de Montréal et de Santiago au Chili, ce qui regroupe un peu plus de 200 employés. Les projets sont faits en collaboration avec les plus grands éditeurs, tels que Microsoft, Sony, Bethesda, Ubisoft, Activision et EA.

Stéphanie Marchand est détentrice d’un baccalauréat en génie informatique de l’École Polytechnique et a débuté sa carrière il y a 14 ans en jeu vidéo.

 

28 octobre 2016 à 15h / Local M-1420

Paul Alexandre Mosser
Directeur d'usine Varennes Acétylène
Air Liquide Canada

De Polytechnique aux défis du monde des gaz comprimés

Air Liquide Canada est une filiale du groupe Air Liquide, leader mondial des gaz, technologies et services pour l’industrie et la santé, présent dans 80 pays avec près de 50 000 collaborateurs.

Créée en 1911, Air Liquide Canada emploie plus de 2200 employés et compte plus de 90 000 clients. Présente d’un océan à l’autre dans les principales régions industrielles du pays, Air Liquide fournit les secteurs de l'aéronautique, l'automobile, l'agro-alimentaire, la chimie, la défense, l'électronique, l'énergie, la métallurgie, l'exploitation minière, la fabrication des métaux et la santé. Le séminaire se déroulera sur 2 axes principaux: 1) Parcours du conférencier ; 2) Survol des activités d'Air Liquide Canada et entrée en matière dans les secteurs utilisant des gaz.

 

21 octobre 2016 à 15h / Local M-1420

Martin Héroux, ing., Ph.D.
Ingénieur, Ville de Montréal
Professeur associé, Polytechnique Montréal

La gestion durable des matières résiduelles : un objectif réaliste ou utopique?

Au Québec, les «déchets» d’autrefois ont été rebaptisés «matières résiduelles» pour qu’ils soient considérés comme ressources plutôt que rebuts. Ce changement de vocable s’est accompagné de politiques desquelles ont découlé des mesures réelles de valorisation. Cependant, beaucoup reste à faire afin de pouvoir prétendre à une gestion durable des matières résiduelles. Lors du séminaire, Martin Héroux présentera brièvement son parcours professionnel et partagera ses réflexions sur des pistes à explorer pour gérer les matières résiduelles d’origine municipale de façon à accroître leur valorisation et minimiser l’élimination définitive.

Martin Héroux est ingénieur à la Ville de Montréal et œuvre en gestion des matières résiduelles depuis près de 30 ans. Il est diplômé en génie géologique de l’Université Laval et a obtenu une maîtrise en hydrogéologie de Queen’s University. En 2008, il a complété un Doctorat en génie minéral à Polytechnique Montréal. Tout au long de sa carrière, il a été impliqué dans des activités de surveillance environnementale et d’exploitation de lieux d’enfouissement, domaines dans lesquels il a réalisé plusieurs projets de recherche appliquée. Aussi actif dans la planification et l’implantation de programmes offerts aux citoyens montréalais, il a contribué au développement et au suivi du Plan directeur de gestion des matières résiduelles de l’agglomération de Montréal. Impliqué dans les activités de la Chaire de recherche sur la valorisation des matières résiduelles, il est, depuis peu, professeur associé au département de Génie chimique de Polytechnique Montréal.

 

30 septembre 2016 à 15h / Local M-1420

Kathy Baig, ing., FIC, MBA
Présidente
Ordre des ingénieurs du Québec

PORTRAIT : DU GÉNIE CHIMIQUE À LA PROTECTION DU PUBLIC - Comment passe-t-on de bachelière en génie chimique à la présidence d’un ordre professionnel ?

Après avoir terminé son baccalauréat en génie chimique à Polytechnique Montréal en 2003, Kathy Baig fait carrière en ingénierie pendant plus de 10 ans. L’ingénieure travaille comme responsable des procédés, chargée de projets et coordonnatrice de la qualité, principalement chez IBM et Johnson & Johnson.

Par la suite, elle travaille à la société Aéroports de Montréal en tant que gestionnaire de projets en infrastructure et construction jusqu’en juin 2016, date à laquelle elle est élue présidente de l’Ordre des ingénieurs du Québec au suffrage universel des membres.

En parallèle, Kathy Baig obtient un diplôme d’études supérieures spécialisées en gestion, puis un MBA de HEC Montréal. Avant son élection à la présidence de l’Ordre, elle s’implique activement au sein du Conseil d’administration de ce dernier et de certains de ses comités. Elle siège aussi sur le Conseil d’administration d’Ingénieurs Canada, qui lui décerne le titre de Fellow (FIC) en 2015.

Le parcours de l’ingénieure Kathy Baig démontre son attachement profond pour sa profession et son rayonnement. Cette présentation vous permettra de connaître davantage cette femme déterminée et de découvrir sa vision et les orientations de l’Ordre des ingénieurs du Québec pour les deux prochaines années.

23 septembre 2016 à 15h / Local M-1420

Étienne Séguin Lawlor, ing.
Chef de l’ingénierie
Pharmascience
 

Parcours « différent » vers la gestion de projet dans le milieu pharmaceutique

Les défis sont nombreux dans le domaine pharmaceutique. Certaines entreprises font face au ralentissement de l’industrie, alors que d’autres sont en période de croissance. C’est le cas de Pharmascience, qui depuis ses débuts connait une croissance continue. Ces dernières années ont été marquées par des investissement majeures qui demandent une agilité et une efficacité dans la définition des besoins, dans la préparation et la planification de projets en mode ‘’Fast Track’’. Ce séminaire se déroulera en 2 volets : (1) le parcours professionnel du conférencier et (2) la gestion efficace des projets ‘’Fast Track’’.

Etienne Seguin Lawlor (Ing. Génie Chimique, Polytechnique de Montréal) est chef de l’ingénierie chez Pharmascience depuis juin 2015 et possède plus de 8 ans d’expérience dans le domaine pharmaceutique, dont près de 5 ans en gestion de projets.

16 septembre 2016 à 15h / Local M-1420

Marie-Josée Dumont
Professeure
Université McGill

Les polymères et produits chimiques bio-sourcés : défis et opportunités

Cette présentation donne un aperçu des différentes matières premières qui peuvent être utilisées comme produits de départ pour la synthèse de polymères et de produits chimiques bio-sourcés.
L’audience apprendra sur les différentes caractéristiques de la biomasse comme les huiles végétales, protéines, amidon, etc., et les méthodes de traitement (chimiques et mécaniques) utilisées pour transformer ces matières premières en polymères et produits chimiques. Les applications des composés et matrices couvertes par cette lecture (ex. acide lévulinique, hydroxyméthylfurfural, hydrogels, aerogel, etc.) seront explorées.

Dr. Marie-Josée Dumont est professeure au département de génie des bioressources de l’Université McGill depuis 2012. Prof. Dumont a obtenu un baccalauréat ainsi qu’une maîtrise en génie chimique à l’Université Laval. Le mémoire de maîtrise porta sur la synthèse et la caractérisation de matrices de polypropylène chargées avec des nanocomposites. Par la suite, elle a obtenu un doctorat en génie des bioressources à l’Université de l’Alberta où elle étudia la synthèse de monomères et de polymères à partir d’huiles végétales. De plus, elle a poursuivi des études postdoctorales à l’Université de l’Alberta où elle a étudié la synthèse de biodiesel renouvelable. Enfin, ses études postdoctorales furent complétées à Cerestech, une compagnie spin-off de Polytechnique Montréal, où Dr. Dumont étudia la plastification des protéines par extrusion.

9 septembre 2016 à 15h / Local M-1420

Pierre-Olivier Pineau
Professeur titulaire
HEC Montréal

LA MISE EN ŒUVRE DE LA POLITIQUE ÉNERGÉTIQUE 2030 DU QUÉBEC

La politique énergétique du Québec 2030 vise à amorcer une transition énergétique assez radicale : une réduction de 40% de la consommation de pétrole au Québec. C’est un défi majeur pour une province qui en 2016 a dépensé des sommes record pour faire grossir le parc de véhicules avec des camions légers neufs, roulant à l’essence. Comment la transition énergétique se prépare-t-elle? Les Québécois sont-ils prêts? Cette présentation esquissera des éléments de réponse à ces questions.

Pierre-Olivier Pineau (Ph.D. HEC Montréal) est professeur titulaire au département des sciences de la décision de HEC Montréal et titulaire de la chaire de gestion du secteur de l’énergie depuis décembre 2013. Il est un spécialiste des politiques énergétiques, notamment du secteur de l’électricité. Sa recherche porte sur l’intégration des marchés de l’électricité au Canada et dans le monde, ainsi que sur les approches optimales pour équilibrer production et consommation d’énergie.

Il a travaillé en Finlande, au Pérou et au Cameroun sur les questions de politique énergétiques. Il siège au conseil d’administration de l’Association canadienne d’économique de l’énergie. Il est membre du CIRODD (Centre interuniversitaire de recherche sur l’opérationnalisation du développement durable), de l’institut EDDEC (environnement, développement durable et économie circulaire) et du CRÉ (Centre de recherche en éthique). Avant d'être à HEC Montréal, il a été professeur à l'Université de Victoria (BC) de 2001 à 2006.

1 avril 2016 à 15h / Local L-1710

Nathalie Tufenkji
Professor
Department of Chemical Engineering, McGill University

Can Natural Extracts Help us in the Fight Against Antibiotic Resistance?

The overuse of antibiotics fuels the emergence and spread of drug-resistant bacteria, which has become a global public health crisis. Indeed, the World Health Organization identified antimicrobial resistance as a severe and rapidly growing threat to global health that could undermine decades of progress in combating infectious diseases and preventing healthcare-related infections. Thus, there is a strong motivation to develop alternative approaches for infection prevention and treatment that do not promote the development of resistance. Our laboratory has done extensive work examining the mechanisms by which selected natural extracts such as cranberry may impair bacterial functions important for infection (e.g., motility, adhesion, production of virulence factors, biofilm formation). We also showed that a phenolic extract from maple syrup can make disease-causing bacteria more susceptible to common antibiotics. By acting in synergy with antibiotics, these phenolic extracts may expand the spectrum of existing antimicrobials, prevent the emergence of resistant strains, and minimize potential cytotoxicity due to high antibiotic doses. This talk will describe some of the underlying mechanisms of natural extracts in restricting bacterial virulence and their potential implementation as alternative approaches to prevent or treat bacterial infections.

Nathalie Tufenkji is a Professor in the Department of Chemical Engineering at McGill University where she holds the Canada Research Chair (Tier 2) in Biocolloids and Surfaces. She completed the B.Eng. in Chemical Engineering at McGill in 1999 and went on to Yale University, where she earned the M.Sc. (2001) and Ph.D. (2005) degrees in Chemical and Environmental Engineering. Tufenkji leads a research group working in the area of (bio)colloid-surface interactions with applications in protection of water resources, engineering of biosensors and antimicrobial materials, and development of safe nanotechnology. She serves as Associate Director of the Brace Center for Water Resources Management at McGill and on the editorial boards of Environmental Science and Technology, Water Research, Colloids and Surfaces B, Advances in Colloid and Interface Science, and Frontiers in Chemical Engineering.

 

18 mars 2016 à 15h / Local L-1710

Johann Gest
Agent de brevets
Fasken Martineau

Démystifier la propriété intellectuelle : aperçu sur les brevets et dessins industriels

Alors que les litiges en brevets entre multinationales comme Apple et Samsung font régulièrement les manchettes, de nombreuses idées reçues existent sur les brevets. L’un des objectifs de cette présentation est donc de démystifier les brevets. Les différences entre les principaux droits de propriété intellectuelle comme les brevets, les dessins industriels et le droit d’auteur seront présentées et des concepts comme la brevetabilité et la contrefaçon seront expliqués. La propriété intellectuelle, et particulièrement les brevets, représentant souvent un actif important pour les universités et les compagnies, des conseils simples et pratiques seront donnés afin que vous puissiez aider votre université et votre futur employeur à protéger cet actif.

Johann Gest œuvre en propriété intellectuelle, et plus particulièrement dans le domaine des brevets. En tant qu'agent de brevets, il participe à protéger les innovations de ses clients par voie de brevets et de dessins industriels. Johann dessert une grande variété de clients variant des entreprises en démarrage aux entreprises multinationales. Grâce à une approche personnalisée, Johann développe des stratégies créatives répondant aux besoins particuliers de ses clients afin de valoriser leurs innovations ainsi que de rentabiliser leurs investissements en recherche et développement. En plus de la rédaction et de la poursuite de demandes de brevet, Johann prépare aussi des opinions sur la brevetabilité d'innovations, la libre-exploitation et la validité et contrefaçon de brevets.

Ayant une formation en mathématiques, génie physique et génie électrique, son expertise couvre un large éventail scientifique comprenant entre autres l'électronique, l'optique/photonique, les télécommunications, les logiciels, les technologies vertes, ainsi que les méthodes d'affaires.Au cours de ses études supérieures, Johann a participé à l'élaboration de nouveaux composants tout-fibre ainsi que de lasers et d'amplificateurs à fibre optique. Sa thèse de doctorat a notamment porté sur l'étude des effets transitoires dans les amplificateurs Raman. En parallèle à ses études doctorales, Johann a participé à la conception d'un glucomètre photonique qui n'utilise pas de bandelettes jetables et qui fut l'objet d'une demande de brevet.

 

15 janvier 2016 à 15h / Local L-1710

Laure Waridell
Directrice exécutive
Centre interdisciplinaire de recherche en opérationnalisation du développement durable (CIRODD)
 

Choisir aujourd’hui ce que sera demain

Jour après jour, l’actualité nous rappelle que l’humanité fait face à des défis bouleversants : augmentation des inégalités, changements climatiques, perte de biodiversité, contamination chimique, etc. Lorsque l’on s’interroge sur les causes de ces phénomènes, le fonctionnement de l’économie est régulièrement pointé du doigt. Pourquoi? De quelle manière le développement durable peut-il amener des pistes de réflexion et d’action qui permettrait au Québec d’entamer sa transition vers une société plus écologique et plus équitable? Laure Waridel tentera de répondre à ces questions. Elle présentera le Centre interdisciplinaire de recherche en opérationnalisation du développement durable (CIRODD), basé à la Polytechnique. Ainsi, il sera question d’interdisciplinarité et de l’intersectorialité pour la résolution des problèmes complexes reliés à la transition vers une société « durable ». 

Révolutionnaire tout sourire, Laure Waridel est tombée dans la marmite de l’engagement citoyen lorsqu’elle était petite. Au cours des 25 dernières années, on l’a vu porter les bottes de travail de grands chantiers écologiques et solidaires autant que les gants de velours du développement durable. Femme de coeur et de rigueur, elle a mené des études doctorales sur l’émergence d’une économie écologique et sociale à l’Institut des hautes études internationales et du développement (IHEID) de Genève, ce qui lui aura valu l’obtention de la prestigieuse bourse Trudeau.
En 1997, alors âgée de 24 ans, Laure Waridel publie son premier essai : Une cause café. Elle y présente le fruit des recherches qu’elle a menées dans une coopérative de café au Mexique à la fin de ses études à McGill. Cet ouvrage la propulse sur la scène médiatique, lui permettant de lancer avec force le commerce équitable au Québec, concept alors quasi inconnu en Amérique du Nord. Elle fera de même avec le résultat de ses études de maîtrise portant sur le développement d’un commerce soutenable (sustainable trade), utilisant l’exemple du café. « Elle transforme les mots en outils de changement social et environnemental, touchant la tête autant que le coeur », écrit-on à son sujet.
C’est aussi ce qu’elle a fait au sein d’Équiterre, une organisation qu’elle a cofondée en 1993 et pour laquelle elle a présenté plus de 250 conférences, principalement au Québec, mais également en Ontario, en Colombie-Britannique, aux États-Unis, en Europe, au Mexique, au Sénégal et en Colombie. On ne compte plus les nombreuses entrevues qu’elle a accordées, ni les chroniques qu’elle a tenues sur de grandes tribunes notamment à la radio de Radio-Canada, ainsi que dans la presse écrite (Voir, Selection du Reader’s Digest, UdeS, Journal de Montréal et de Québec, etc.). Ses livres Acheter c’est voter et L’envers de l’assiette sont rapidement devenus des best-sellers au Québec, devenant des références pour le développement du commerce équitable et de la consommation responsable.
Consciente du fait que la société se transforme à force de choix individuels et collectifs, Laure Waridel a contribué à la création d’une organisation qui non seulement expose des problèmes environnementaux, sociaux et économiques, mais également propose des éléments de solutions qui suscitent le goût de l’engagement quelle que soit la place que l’on occupe dans la société. Aujourd’hui, Équiterre est l’une des organisations citoyennes les plus consultées au Québec.
Une simple recherche sur Google Scholar permet de réaliser que les travaux de Laure Waridel sur le commerce équitable, l’agriculture et l’alimentation, la consommation responsable et le développement durable, bien que majoritairement produits à l’extérieur des cadres académiques institutionnels formels, ont nourri le débat
scientifique dans plusieurs disciplines académiques. À l’époque où elle les a publiés, très peu de littérature scientifique existait sur certains de ces sujets. Ses textes et interventions sont donc rapidement devenus des références.
Voilà pourquoi Laure Waridel est régulièrement qualifiée de « visionnaire » et de « leader » par les médias. En 2002, le magazine Maclean's l’a citée parmi les « 25 young Canadians who are already changing our world », alors que le Sélection du Reader’s Digest lui a attribué le titre de « héro de l’année 2008 ». Son leadership a fait l’objet d’une étude de cas à HEC Montréal et de textes dans trois manuels scolaires. En 2007, le Journal de Québec et le Journal de Montréal la classaient parmi les « 25 personnalités les plus influentes en politique au Québec » même si elle n’a jamais fait de politique active. En 2010, un sondage révélait qu’elle faisait partie des 25 « personnes à qui l’on fait le plus confiance » au Québec.
Depuis des années, Laure Waridel cumule les distinctions dont un doctorat honoris causa de l’Université du Québec à Rimouski, l’Insigne du mérite de l’Université de Montréal, l’Ordre du Canada et le titre de Chevalier de l’ordre de la Pléiade de l’Organisation internationale de la Francophonie. Elle est aussi membre du prestigieux Cercle des phénix de l’environnement et Fellow du Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal (CÉRIUM).
Mais pour Laure Waridel, ses deux plus grandes réalisations tiennent sur deux pattes. Il s’agit de ses enfants : Colin et Alphée.

 

22 janvier 2016 à 15h / Local L-1710

Shaffiq Jaffer
Vice President
Corporate Science and Technology Projects

The role of polymers in the coming decades to help address some of the grand challenges society faces

As the world population heads to 9 billion by 2050, the grand challenges facing society are energy, water, food, health, bottom of the pyramid (BOP) and sustainability in all societal activities. By 2040, the global energy consumption will increase by greater than 60% globally. In 2030, the automotive fleet on the road is projected to reach 1.8 Billion vehicles while current estimates show the world oil production to plateau close to 100Mb/day by 2020.  Currently, on the order of 1.3 Billion people lack access to electricity and 2.6 Billion people rely on biomass as the primary energy source for cooking. In addition, the carbon dioxide concentration in the atmosphere passed 400ppm in 2013 and one third of today’s population live in basins with water scarcity. As we look at the future of polymer research and development, these ubiquitous materials have many areas of opportunity to help address societal challenges.  Mature applications today include: the use of polymers for membranes for reverse osmosis for desalination, the penetration of polymeric materials in automotive parts to enable light-weighting for fuel saving, polymer foams for insulation to reduce energy consumption in buildings/ homes and polymeric materials to protect food in the global supply chain. The opportunities for polymeric materials continue to grow rapidly and exponentially to make a lasting difference facing the grand challenges for society. This presentation will discuss these future opportunities from the viewpoint of an energy company.

Shaffiq Jaffer holds Chemical Engineering degrees from the University of Alberta (B.Sc.) and McMaster University (Ph.D.). His primary area of study was experimental fluid dynamics and fluid mixing.  He joined TOTAL SA six years ago and previously worked for Koch-Glitsch, Inc. and The Procter and Gamble Company (P&G). A major contribution at P&G was to help design novel processes to enable mass customization of consumer products. He currently is the Vice President of Corporate Science and Technology Projects in North America, with the mission to find novel ideas and technologies across the research community: academia, government including defense research organizations and private research companies, that will lead to breakthroughs in energy (production, conservation, efficiency), materials (PV, Catalysts, biomaterials) and manufacturing processes.

 

29 janvier 2016 à 15h / Local L-1710

Éric Vincent
Distillateur
Cidrerie Michel Jodoin

Cidriculture : la chimie des pommes

Cette présentation abordera, dans un premier temps, le rôle essentiel des sciences dans la production agricole moderne. Par la suite, le procédé de « vinification » (cidrification n'existe toujours pas en français!) sera présenté - c'est ici que le « maître de chais » (parfois nommé vinificateur ou ''wine maker's'') est appelé à faire appel à ses connaissances pratiques et théoriques en chimie et en physique afin d'assurer une production rentable et de qualité. Finalement, l'embouteillage, les tests de qualité et la mise en marché sont les autres domaines où les connaissances chimiques, particulièrement dans les dimensions sanitaires, sont essentielles au succès de l'entreprise.

Éric Vincent, 37 ans, est natif d'un petit village de la Montérégie, entouré de vergers. Il a débuté des études en théâtres, avant de poursuivre en Histoire jusqu’à l’obtention d’une maîtrise. Cependant, après 7 années dans les méandres de l'éducation collégiale et au secondaire, il a senti le désir d'aller se réaliser ailleurs. En novembre 2013, il a complété un cours théorique de brassage de bière aux laboratoires Maska. Petit-fils d'un «contrebandier» de cidre et beer geek fini, son expérience des vendanges en France (2000) l'a amené à postuler, au printemps 2002, pour un emploi à la Cidrerie Michel Jodoin. D'abord saisonnière, cette collaboration s'est approfondie et il est présentement distillateur pour l'entreprise, qui est la première micro-distillerie au Canada.

 

5 février 2016 à 15h / Local L-1710

Enrique Mateos-Espejel
FP Innovations

L’ application de l’intégration des procédés dans l’industrie des pâtes et papiers : Opportunités pour une industrie énergétiquement durable (Diapositives en anglais)

La réduction de la consommation énergétique au sein des usines de pâtes et papiers (P&P) est devenue une priorité pour assurer leur survie économique sur le long terme dans un marché hautement concurrentiel. Des techniques telles que l’intégration des procédés peuvent être  utilisées pour analyser l’ensemble d’un procédé afin d’identifier les améliorations à apporter pour optimiser l’utilisation de l’énergie. Cette méthode reconnue et éprouvée permet de réduire la consommation d’énergie jusqu’à 30%. Dans cette présentation, nous allons illustrer l'approche ainsi que son application dans des usines canadiennes de P&P.  

Enrique Mateos-Espejel is research scientist in the Process Engineering program of FPInnovations. He received a B.Eng. (2004) and M.Eng. (2005) in Chemical Engineering from Universidad de las Americas Puebla and a Ph.D. in Chemical Engineering from the École Polytechnique de Montréal in 2009. He joined FPInnovations in 2010. His area of expertise is energy efficiency optimization, process integration and process modeling.  He has worked in the development of holistic methodologies to improve the energy efficiency of P&P processes while considering energy, water and techno-economic aspects. He has evaluated the energy and technical impacts of integrating different biorefining technologies in P&P processes, and of converting conventional kraft mills to dissolving pulp operation. He has also performed full process integration studies in different types of P&P processes towards identifying practical measures to decrease their steam and water consumption and increase their power generation. Enrique won the PAPTAC 2011 I.H. Weldon award for his work on energy sustainability of the green integrated forest biorefinery.

 

12 février 2016 à 15h / Local L-1710

Ariel Fenster
Professeur, Université McGill

La chimie de l'amour

Cette conférence examine de manière à la fois scientifique et humoristique ce sujet d'intérêt universel; elle décrit ces "molécules de l'amour" qui semblent contrôler nos sentiments, de l'amour fou jusqu'à l'amour assagi.  La présence d'attirants sexuels (phéromones) chez les insectes sert de point de départ à une discussion sur la présence de composés analogues chez l'être humain.  L'histoire des aphrodisiaques, des potions magiques au Viagra, conclut cette présentation ouverte à tous les amoureux ou à ceux qui veulent le devenir!

Ariel Fenster enseigne à l’Université McGill, où il est membre fondateur de l’Organisation pour la science et la société, un organisme qui se consacre à la diffusion de renseignements à jour dans les domaines de l’alimentation, des problèmes d’alimentation, des médicaments, de l’environnement et des sujets relatifs à la santé en général. Le professeur Fenster est bien connu comme communicateur exceptionnel et formidable promoteur de la science, grâce à un programme complet, élaboré pendant trois décennies. Au cours de cette période, il a donné bien au-delà de 800 présentations publiques en anglais et en français, partout en Amérique du Nord et outremer. On le voit et on l’entend régulièrement à la télévision et à la radio pour parler d’enjeux relatifs à la santé, à l’environnement et à la technologie, et il a présenté un grand nombre de segments scientifiques à la télévision pour enfants. Ses contributions à l’enseignement et à la popularisation de la science ont été reconnues par de nombreux prix, notamment la médaille McNeil pour la sensibilisation du public aux sciences, octroyée par la Société royale du Canada (prix inaugural 1992), et le prix Michael-Smith pour la promotion de la science au Canada, octroyé par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (2005). Natif de la région viticole de Bergerac, en France, Ariel Fenster détient une maîtrise de l’Université de Paris et un doctorat de l’Université McGill.

 

19 février 2016 à 15h / Local L-1710

Jamal Chaouki
Professeur, École Polytechnique de Montréal

Les nombreux procédés industriels infructueux : une réalité cachée aux étudiants enfin révélée

While most industrial processes are failing at the early stage of operation, limited information are available for students and designers regarding the failure modes of industrial processes.  Normally, we, at the universities, teach the design elements that fully work by paper and do not normally provide the students the feelings that the industrial processes are mostly failing at the first start-up.  The in-complete process design training to undergraduate and graduate students make then suffering from the lack of confidence which consequently leads to the lack of innovation. The emphasis of most books is on classical design of chemical process/equipment and product design, too little space is given to show the students why the industrial processes are failing at first attempts. Normally, academia does not leave the chance to students to make errors and teach the strategy to correct them.  The students and engineers at the early stage of their professions have the full right to make error and mistakes and to learn ways to correct them.  Teaching the unsuccessful case would allow students to approach to existing realities in process design.  This subject is of prime importance in training the next generation of engineers. 

Après des études de Math sup et Math spé, Jamal Chaouki a obtenu un diplôme d’ingénieur en génie des procédés à l’ENSIC Nancy en France en 1979, puis un doctorat à l’École Polytechnique de Montréal en 1985.  Il était aussi post-doc à UBC Vancouver de 1985 à 1986. Il a été engagé comme professeur adjoint (1987), puis agrégé (juin 1991) à l’École Polytechnique de Montréal. Depuis 1995, il est professeur titulaire dans la même école.

Il a formé plus que 80 chercheurs au 3ème cycle  et au doctorat et supervisé les travaux de plus de 40 chercheurs post-doctoraux et professeurs visiteurs. Il a publié plus que 400 articles scientifiques dans des revues avec comités de lecture, plus de 450 autres articles scientifiques et édité 8 livres. De plus, il possède 17 brevets.  Enfin, il détient plusieurs prix scientifiques. Il est éditeur du journal scientifique "International Journal of Chemical Product & Process Modeling". Il a organisé plusieurs congrès internationaux, entre autres il était directeur scientifique et technique du 8ème congrès mondial du génie chimique en Août 2009 et est membre du 10ème congrès mondial du génie chimique en 2017. Il est aussi président du 15ème congrès int. de fluidisation 2016.  Actuellement, il est directeur du centre bioraffinage où il supervise  40 chercheurs (25 doctorants, 8 post-docs, 5 associés de recherche et 2 chercheurs). Il est membre de plusieurs sociétés savantes : l’Académie du Génie du Canada, l’Ordre des Ingénieurs du Québec, etc. Il est aussi membre du Conseil d’Administration de l’École Polytechnique et de plusieurs compagnies (Ecolomondo Inc., Hibe Inc., etc.). Il est consultant auprès d’une vingtaine de compagnies internationales. Il est le détenteur principal de la chaire CRSNG-Total sur le développement de nouveaux procédés à hautes pressions et températures. En tant qu’entrepreneur, il a démarré 4 entreprises avec ses étudiants et collaborateurs : Formmat, Hibe, Ecolomondo et Pyrowave. Ecolomondo a été introduite dernièrement au Nasdaq, et Hibe le sera prochainement au TSX Toronto.

 

11 mars 2016 à 15h / Local L-1710

Daniel St-Gelais
Chercheur scientifique
Agriculture et Agroalimentaire Canada

La transformation du lait en fromage – Rôle des microorganismes

Le fromage est un produit qui est obtenu lors de la transformation du lait et son origine daterait d’environ 8000 ans. Historiquement parlant, on peut considérer le fromage comment étant l’un des premiers procédés biotechnologiques d’avant-garde utilisé par nos ancêtres pour conserver les éléments nutritifs du lait sur de longues périodes tout en permettant de modifier les qualités sensorielles.

Il existe sur le marché canadien plusieurs centaines de variété de fromages dont la majorité origine du lait de vache. Il est possible à partir d’un même lait de produire plusieurs variétés de fromage dont des pâtes fermes et des pâtes molles. Comment est-ce possible ? Or les fromages sont des produits laitiers obtenus lors de la fermentation du lait par différents microorganismes (bactéries, levures, moisissures). Ces derniers modifient les propriétés physico-chimiques du lait et contribuent au développement des flaveurs. Ces microorganismes jouent donc un rôle très important. La relation entre la composition du lait et ses propriétés physico-chimiques et l’utilisation des microorganismes lors de la transformation du lait en formages sera présentée lors de ce séminaire.

Dr Daniel St-Gelais a fait ses études en microbiologie à l’Université Laval. Il a travaillé 4 années pour différents industriels laitiers canadiens spécialisés dans la production de fromages et la transformation du lactosérum par l’utilisation des procédés de séparation par membranes. En 1984 il a rejoint Agriculture et Agroalimentaire Canada au Centre de recherche et de développement de St-Hyacinthe où il s’est spécialisé dans la transformation du lait bovin et caprin. Il est professeur associé au département des Sciences et Technologies des aliments de l’Université Laval. Il est aussi chercheur membre régulier de l’Institut sur la Nutrition et des Aliments Fonctionnels (INAF) et du Centre de recherche en sciences et technologie du lait (STELA) de l’Université Laval. Ses activités de recherche ont pour but de mieux comprendre les facteurs microbiologiques, physico-chimiques et technologiques impliqués dans la production de différents produits laitiers fermentés. Il a développé une expertise scientifique et technique dans la production de yogourts et de différents fromages faits à partir de laits standardisés ou enrichis avec différentes composantes du lait fractionnées et concentrées par ultrafiltration et/ou microfiltration.

 

11 septembre 2015 à 15 h  / Local M-1420

Benoit Vanier, Biologiste
Conseiller performance environnementale
Hydro Québec

Hydroélectricité et biodiversité

Cette conférence portera sur les principaux impacts des activités de construction, de production, de transport et de distribution d’électricité sur la biodiversité. Il sera aussi question des principales réalisations d’Hydro-Québec pour protéger la faune, la flore des différents milieux qu’elle occupe.

Benoît Vanier est biologiste avec une maîtrise en biologie aquatique de l'Université McGill. Il coordonne le dossier sur biodiversité et espèces en péril à Hydro-Québec.

 

18 septembre 2015- 15h / Local M-1420

Evelyne Noiseux
Ingénieure junior de procédés
Danone

Marc-Olivier Huot-Drouin
Ingénieur Junior de procédés alimentaires
Laporte Consultants Inc.

 

 

 

 

santé mentale au travail

Ce séminaire servira d'introduction aux maladies mentales qui peuvent être développées au travail, aux manières de réagir face à ces situations et certains outils qui sont disponibles pour les éviter.

Évelyne Noiseux a commencé sa carrière comme Ingénieure Junior de projets chez Mallinckrodt, une compagnie pharmaceutique située dans l'Ouest de la ville. Après un an et demi de carrière, elle s'est réorientée en Amélioration Continue sur un projet aux États-Unis pendant une période de 5 mois et travaille désormais pour Danone Canada en Gestion de performance et Amélioration Continue en production à l'usine de Boucherville.

Marc-Olivier Huot-Drouin a débuté sa carrière chez Laporte Consultants Inc. comme Ingénieur Junior de procédés alimentaires. Au cours de son début de carrière, il a travaillé sur divers projets dans le domaine brassicole, des boissons et des aliments végétaliens. Son travail couvre différentes disciplines de l’ingénierie, de l’étude préliminaire à la direction de projets, en passant par le design d’équipements, l’intégration de machines et la surveillance de chantiers. Ses projets lui ont permis de voyager au travers du Québec pendant différentes périodes de temps.

 

25 septembre 2015 à 15H / Local M-1420

Olivier Hernandez

Directeur des opérations Observatoire du Mont-Mégantic
Responsable des communications

CRAQ - Université de Montréal - Dep. Physique

le zoo extragalactique

Qui rêve d’entreprendre un voyage qui l’entraînera aux confins de l’espace et au cœur de la matière, du début des temps jusqu’à des milliards d’années dans le futur? Non, ce n’est pas une invitation à embarquer dans le futur vaisseau spatial MARS ONE, mais plutôt à attacher votre ceinture sur votre siège au M-1420 et à  vous préparer pour visiter le zoo extragalactique de notre Univers. Lors de cette présentation, les participants prendront leur envol et découvriront les merveilles qui composent notre univers en dehors de notre propre galaxie. Ils suivront la formation et l’évolution des galaxies, en essayant de comprendre comment les astrophysiciens tentent de percer leur mystères. Des nuages de Magellan aux plus lointains quasars de notre Univers, ils braveront les lois de la physique (en les sublimant quelques fois) pour dresser un portrait de la foule exotique présente.

Olivier Hernandez a obtenu son diplôme d’ingénieur de l’École centrale de Marseille et sa maîtrise en physique à l’Université de Montréal. Il est également détenteur d’un doctorat en astrophysique dont la thèse, effectuée en cotutelle entre l’Université de Montréal et le laboratoire d’astrophysique de Marseille, a porté sur la dynamique des galaxies. Olivier Hernandez est un astrophysicien à l’Université de Montréal, expert en instrumentation et spécialiste des galaxies. Il est actuellement directeur des opérations de l’Observatoire du Mont-Mégantic – qui comprend son télescope de 1,6 m ainsi qu’un centre de recherche en astrophysique expérimentale d’envergure nationale et internationale, - chargé de cours au Département de physique de l’Université de Montréal et responsable des communications pour le Centre de recherche en astrophysique du Québec (CRAQ).

 

2 octobre 2015 à 15h / Local M-1420

Michel Britten, Ph.D.
Chercheur scientifique
Agriculture et Agroalimentaire Canada

L'industrie fromagère au Québec
La transformation du lait en fromage: principes de base

La transformation du lait en fromage est un moyen traditionnel de concentrer et conserver les éléments nutritifs du lait. La technologie fromagère correspond à l’ensemble des opérations visant à contrôler les modifications chimiques, physiques et biochimiques qui déterminent les caractéristiques du produit fini.  Les conditions de coagulation du lait, de contraction du caillé, de pressage et de maturation sont minutieusement optimisées pour assurer la qualité et la constance des fromages.  De plus, les entreprises de grande taille ont recours à la préconcentration du lait et à l’utilisation d’ingrédients laitiers pour accroître la productivité des usines et les rendements fromagers.  L’objectif du séminaire est de présenter les étapes clés de la transformation fromagère de même que les approches couramment utilisées pour réduire les coûts de production.

Après avoir terminé ses études doctorales en science et technologie des aliments, Le Dr Britten s’est joint à l’équipe du Centre de recherche et de développement sur les aliments à St-Hyacinthe où il a dirigé la section Industrie laitière de 1998 à 2002. Il est membre régulier du Centre de recherche en science et technologie du lait (STELA), de l’Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels (INAF) et professeur associé à l’Université Laval. Il est responsable d’un programme de recherche sur la valorisation des composantes du lait. Les priorités du programme couvrent le fractionnement, la modification et la caractérisation des protéines de lait et l'étude de leur comportement dans les systèmes alimentaires. Le Dr Britten s'intéresse également aux bilans de matière en transformation laitière et à l’influence des procédés de transformation alimentaire sur la stabilité des nutriments.

 

16 octobre 2015 à 15h / Local M-1420

Dr. Arben Merkoçi
ICREA Research Professor and Group Leader
Nanobioelectronics & Biosensors Group
ICREA & Catalan Institute of Nanoscience and Nanotechnology (ICN2)

Paper/plastic nanobiosensors for food and environmental applications (in english)

Development of novel biosensing tools with interest for point of care applications represents one of the main research fields for the nanobiotechnology. Either brand new devices or improvement of existing ones are being developed thanks to the use of nanomaterials and nanotechnologies. Between the various devices biosensing systems based on electrical and electrochemical transducing schemes are overall in the focus of interest given the simplicity and cost efficiency of detection. Among the various biosensing system performance requirements  the high sensitivity and selectivity of the response are crucial for applications in clinical diagnostics. The fulfilment of such requirements means the detection of low levels of clinical biomarkers in human fluids. Due to the fact that many species are present in very low concentrations the need for biosensing systems that can detect these analytes with high sensitivity and selectivity that include very low detection limits along with high reproducibility is an important challenge. To overcome the difficulties in accomplishing all these requirements the main efforts are driven toward signal amplification and noise reduction of biosensing systems by the incorporation of nanomaterials. Nanomaterials (NMs) such as carbon nanotubes, graphene, metallic nanoparticles, nanowires and quantum dots are showing to be excellent materials to be used as electrochemical transducers or labels in DNA (or genosensors) sensors beside enzymatic sensors, immunosensors, or cell sensors. The amplification of the detection of biorecognition events (ex. DNA hybridization reactions etc) are the most important objectives of the current bioanalytical chemistry. In this context integration of the catalytic properties of some biomolecules with those of nanomaterials is appearing to be a promising way to enhance the sensitivity of the bioassays. Examples related to various clinical biomarkers as well as contaminants detection will be shown. The developed devices and strategies are intended to be of low cost while offering high analytical performance in screening scenarios beside other applications. Special emphasis will be given to lab-on-a-chip platforms with integrated electrochemical detection with interest for various applications. In addition simple paper-based platforms that operate in lateral flow formats with interest for various detections also will be shown.The shown examples are with interest for water quality analysis, food safety as well as other applications. The future applications of the developed tools in real industrial scenarios is highly dependent on further technological development that would require further integration of the sampling system with detection beside reading (signal treatment) that would allow these devices to be easy to be used even by non-professional users in the field.

Arben Merkoçi is currently ICREA Professor and director of the Nanobioelectronics & Biosensors Group at Institut Català de Nanociencia i Nanotecnologia (ICN), situated at Autonomous University of Barcelona (UAB) campus (Bellaterra, Barcelona). After his PhD (1991) at Tirana University, in the topic of Ion-Selective-Electrodes (ISEs) designs and applications in clinical and environmental analysis, Dr. Merkoçi worked as  postdoc at  other European research centres and USA in the field of nanobiosensors and lab-on-a-chip technologies. His postdoc periods were followed by leading positions in several laboratories: (1997-2006) at Autonomous University of Barcelona and since 2006 in ICN2. Prof. Merkoçi research is focused on the design and application of cutting edge nanotechnology and nanoscience based biosensors. These nanobiosensors are based on the integration of biological molecules (DNA, antibodies, cells and enzymes) and other (bio)receptors with micro- and nanostructures and applied in diagnostics, environmental monitoring or safety and security. He has published around 220 peer review research papers. Prof. Merkoçi is Editor of Biosensors and Bioelectronics, the principal international journal devoted to research, design development and application of biosensors and bioelectronics, member of editorial board of ElectroanalysisMicrochimica Acta and other journals. He is also involved in teaching PhD courses in field of nanomaterials based biosensors in several Spanish and international centres.  He has got several national and international grants related to nanomaterials application in biosensors and his group is collaborating with several worldwide leading labs in the field of nanobiosensors. Prof. Merkoçi has been awarded the IAAM Medal 2011 and Nano Award-2013 for outstanding research in the field of nanoscience and nanotechnology by the International Association of Advanced Materials. He has supervised around 20 PhD students besides several national & international postdoctoral and other researchers. Prof.  Merkoçi serves also as scientific evaluator and member of panels of experts of various international governmental and nongovernmental agencies, member of scientific committee of various international congresses, director of several workshops and other scientific events and have been invited to give plenary lectures and keynote speeches in around 100 occasions in various countries.

 

23 octobre 2015 à 15h / Local M-1420

Corinne Hoesli, Ph.D.
Assistant Professor in Chemical Engineering
McGill University

Développement de bioprocédés pour la thérapie cellulaire
Bioprocess Development for cellular therapy applications

La thérapie cellulaire pourrait révolutionner le traitement de maladies dégénératives telles que le diabète. Des produits comprenant des cellules souches sont déjà utilisés pour traiter certaines maladies sévères. Cependant, l’application clinique de la thérapie cellulaire à plus grande échelle nécessiterait des avancées significatives dans l’optimisation de procédés afin de réduire les coûts de production. La recherche dans le laboratoire du Prof. Hoesli porte sur la conception de bioprocédés et de bioréacteurs pour fabriquer des produits de thérapie cellulaire. Un procédé d’encapsulation cellulaire à grande échelle a été développé afin de cultiver des cellules souches dans des hydrogels dans un environnement tridimensionnel. Des milieux de culture adaptés aux cellules souches furent optimisés grâce au criblage à haut débit. Le laboratoire Hoesli étudie également les interactions entre les cellules souches et les biomatériaux afin de mieux comprendre et contrôler la différenciation de ces cellules et d’obtenir des cellules thérapeutiques avec une plus grande reproductibilité.

Cellular therapy may revolutionize the treatment of degenerative diseases such as diabetes. Several stem cell-based cellular therapy products are already used to treat a limited number of severe diseases. The broad clinical application of cell-based products would require significant advances in process optimisation to reduce production costs. The research in the Hoesli lab focuses on designing novel bioprocesses and bioreactors to manufacture cell-based therapeutic products. A highly scaleable cell encapsulation process was developed to culture stem cells in 3D hydrogels. Screening platforms were used to systematically optimize stem cell culture media and biomaterials by applying statistical design of experiments. Her laboratory is now investigating the interactions between biomaterials and stem cells to control stem cell fate decisions and produce therapeutic cells in a robust and reproducible manner.

Corinne Hoesli s’est jointe au Département de génie chimique de l’Université McGill en tant que professeur adjoint en août 2014. Ses domaines d’expertise en tant qu’ingénieure biochimique sont le développement de bioprocédés, le criblage à haut débit et l’optimisation de cultures de cellules souches. Elle est la récipiendaire du prix 2014 « Martin Sinacore Outstanding Young Investigator », décerné par Engineering Conferences International et Biogen Idec pour son leadership dans le domaine du génie des bioprocédés.

Prof. Corinne Hoesli joined the Department of Chemical Engineering of McGill University as an Assistant Professor in August 2014. She is a biochemical engineer with expertise in bioprocess development, high‑throughput screening and stem cell culture optimization. In 2014, she received the Martin Sinacore Outstanding Young Investigator Award conferred by Engineering Conferences International and Biogen Idec in recognition of her leadership in bioprocess engineering.

 

30 octobre 2015 à 15h / Local M-1420

Michel Marcil
Vice-président
Recherche et développement

Kruger Vin & Spiritueux

 

le rôle du chimiste et de l'ingénieur chimiste dans la création de nouveaux produits et procédés agroalimentaires

Le domaine du génie agroalimentaire offre beaucoup d’opportunités pour le développement de nouveaux produits et procédés. La présentation présente les défis reliés au développement de ces nouveaux produits en présentant certaines études de cas avec les spiritueux, vins, bières, craquelins et biscuits et autres produits alimentaires de consommation courante. Plusieurs défis seront abordés dont le développement des arômes, des colorants, des textures et de la stabilité du produit. Les clés du succès dans le développement de nouveaux produits et les critères qui feront du produit un succès seront également abordées. Finalement un exemple d’un projet récent réalisé par le conférencier impliquant la vinification à grande échelle sera présenté afin de montrer le rôle primordial qu’entretien le chimiste et l’ingénieur chimiste dans le développement de nouveaux procédés et produits. Le projet, mis en route au printemps 2014 permet de produire 100 millions de litres de vin en fermentation accélérée suivant des nouvelles méthodes de vinification rapide en 7 jours. Les défis liés à la production du vin à grande échelle seront présentés, ainsi que certaines méthodes d’identification de fraudes dans le secteur, notamment comment il est possible d’identifier une mauvaise identification de terroir et comment identifier qu’un vigneron « dope » son vin avec du sirop de glucose/fructose.

Maitre Distillateur pendant plus de 10 ans chez Schenley Canada Inc. et avec les distilleries Meaghers et de Kuyper, Michel Marcil a amélioré la qualité de l’alcool produite tout en concentrant les moûts. Il a aussi développé et mis au point plus de 20 spiritueux encore vendus aujourd’hui. Il est devenu par la suite aromaticien pendant plus de 17 ans pour 2 fabricants d’arômes dont une comme fondateur. Il a créé plus de 7,000 arômes dont plus de 1,000 vendues dans le secteur agroalimentaire. Vous avez goûté et mangé beaucoup des produits qu’il a mis au point avec les équipes de R & D de chacune de ces entreprises. Il a aussi mis au point un procédé unique d’extraction du pigment de chou rouge pour l’industrie agroalimentaire du pilote de 50 ml au procédé industrielle de  30 TM. Maintenant il travaille chez Kruger Vin & Spiritueux où il a développé et mis au point  plus de  60 produits. M. Marcil a également participé au transfert de la fermentation au site de Montréal passant de cuve de 55,000 Litres à  200,000 Litres tout en  une réduisant le temps de fermentation de 42 jours à 7 jours. Il a été confronté à beaucoup de défi au cours de toutes ces années et tous faisaient appel au chimiste évidemment mais aussi au génie chimique.

 

6 novembre 2015 à 15h / Local M-1420

Jean-François Léonard
PDG
Enviroscope

la gestion des déchets à travers le monde: situation et solutions

Résumé de la conférence

Trois thèmes seront abordés :

 Quels sont les facteurs à l’origine du problème ?

 Quelle est l’ampleur du problème dans les différentes régions du monde  et quels en sont les impacts?

 Les bonnes et les mauvaises solutions qui sont appliquées et envisagées

Jean-François Léonard travaille depuis une trentaine d’années en environnement et développement durable. Détenteur d’un Doctorat d’État en Science politique, il a enseigné durant plus de 25 ans à l’université en plus d’être administrateur et gestionnaire de nombreux organismes. Durant sa carrière il a fondé ou dirigé les organismes suivants :

ICI Environnement : un centre d’expertises privé/public regroupant l’ensemble des universités québécoises ayant des chercheurs en environnement et une diversité d’entreprises «donneurs d’ordres» en ce domaine. Majoritairement formé de représentant du milieu des affaires, ICI-Environnement était dirigé par M. Armand Couture, ex-président d’Hydro-Québec.

L’Institut des Sciences de l’environnement : organisme multi disciplinaire qui rassemblait au départ une dizaine de laboratoires et centres de recherche de l’UQAM en plus de la Maîtrise et du Docotorat en Sciences de l’environnement. Les chercheurs provenaient à 90% du secteur des sciences naturelles et appliquées. Élu 3 fois comme directeur de l’Institut, Jean-François Léonard n’a eu de cesse d’élargir son membership. En six ans, il a doublé non seulement le nombres de membres mais a également doublé le nombre de départements impliqués dans les activités de l’Institut, passant de 8 à 16 départements et concernant les sciences administratives, juridiques, comptables et évidemment les sciences humaines.

La Grappe des industries de l’environnement : Durant 10 ans, il s’est impliqué activement dans ce réseau industriel comme représentant des universités. Il en a dirigé la section R&D durant 8 ans et en a été le président du CA durant 2 ans. C’est sous sa gouvernance que la Grappe s’est transformé en un organisme de représentation dont les membres proviennent uniquement du secteur privé. Cet organisme est aujourd’hui connu sous le nom de Conseil des entreprises en services environnementaux (CESE).

Les firmes Enviroscope, PLB-Environnement et Éco Transition : Il a fondé et dirigé ou co-dirigé ces trois entreprises-conseils en environnement et développement durable.

 

13 novembre 2015 à 15h / Local M-1420

Marie-Claude Paquet
Ingénieur conseil
IBM Canada

les principaux défis d'encapsulation de matériaux polymères lors de l'assemblage de puces microélectroniques

L’assemblage de puces et de composantes microélectroniques a beaucoup évolué ces dernières années et est devenu un élément critique au niveau de la performance des modules microélectroniques. Que ce soit au niveau des interconnections, du contrôle thermique ou de la protection mécanique des puces, le secteur de l'assemblage des semi-conducteurs est sans contre dit un élément clé à considérer afin de supporter les avancements technologiques, principalement au niveau des nouveaux matériaux diélectriques ainsi que des microprocesseurs à multiples cœurs. Les matériaux polymères qu’on appellent « underfills » ainsi que leurs procédés respectifs sont un des maillons les plus importants dans la fabrication de modules Flip Chip - Plastic Ball Grid Array (FC-PBGA). Cette présentation décrira les principaux défis reliés aux underfills ainsi que les différentes approches pour solutionner ces contraintes.

Marie-Claude Paquet est ingénieur conseil chez IBM Canada à l’usine de Bromont, Québec. Elle est graduée de l’Université Laval (Québec) en génie physique et elle a complété une maîtrise en génie mécanique à l’École Polytechnique de Montréal. Elle a joint IBM en 1995 et son champ d’expertise est le développement des procédés d’encapsulation à base de polymères de composantes microélectroniques. Ses principales responsabilités des 12 dernières années furent l’amélioration de la fiabilité et de la productivité de l’assemblage de puces microélectroniques à haute performance, le développement de nouveaux procédés visant une réduction des contraintes internes des modules et l’amélioration des performances adhésives de leurs différentes interfaces. Elle détient 6 brevets d’invention et elle est l’auteur de plusieurs articles et présentations de conférences internationales.

 

20 novembre 2015 à 15h / Local M-1420

Raymond Simoneau
Associé fondateur
Seneca

procédés de transformations: le mythe du génie chimique

Le mythe de la révolution industrielle, c’est avant tout une révolution des procédés de transformation industriels. Le bien-être de notre collectivité n’est pas seulement le résultat de la révolution industrielle où les cadences de production de manufacturières sont augmentées de façon significative. Augmenter des cadences c’est le résultat de l’organisation du travail et du processus manufacturier (apporter le travail à l’ouvrier). Ce sont quand même des concepts élémentaires et facilement applicables. Le vrai progrès et les grandes réalisations qui ont permis de rehausser er niveau de vie est surtout le résultat du développement de procédés de transformations.  Entre autres, dans le domaine de la métallurgie et de la chimie (organique et minérale), la ou les concepts de transfert de masse de momentum et d’énergie dictent nos réalisations. On parle d’explosifs brisants, des molécules actives, des polymères, des engrais synthétiques, des alcalins, des ciments portland, c’est le grand terrain de jeux des ingénieurs chimiques.Cette conférence vient discuter de l’engagement de l’ingénieur chimique et le situer sa profession dans un contexte historique à l’aide d’exemples de certaines industries. Certaines tendances du marché et des compétences exigées de l’ingénieur chimique seront également présentées.

Raymond Simoneau, ing., est l’un des associés fondateurs de Seneca, une firme de génie-conseil spécialisée en procédés de transformation industriels. À titre d’expert en ingénierie de procédé, il agit à comme consultant auprès des entreprises désirant développer de nouveaux procédés ou de nouveaux produits. Raymond excelle dans la définition des applications industrielles dans le cadre de développement de procédés et de construction d’usine pilotes et de démonstrations.

Raymond Simoneau est détenteur d’un baccalauréat en génie chimique de l’Université de Sherbrooke en 1984 et du EMBA McGill HEC Montréal en 2011. Il possède une expérience de plus de trente ans dans le domaine de l’industrie de transformation, plus particulièrement dans les secteurs suivants : métallurgie extractive, chimie, explosifs, pétrochimie et matériaux haut pureté. Jouissant d’une excellente renommée auprès des clients de Seneca, monsieur Simoneau est très souvent appelé à agir à titre de conseiller, expert en procédés chimiques, lorsque surviennent des problèmes majeurs, pouvant affecter la sécurité, la qualité ou la performance d’opérations unitaires. Son expérience en élaboration de plans stratégiques et en présentation des concepts est convoitée lors de la conception et la mise en place de nouveaux procédés.

 

 

27 novembre 2015 à 15h / Local M-1420

Fabio Cicoira
Professeur adjoint
Département de génie chimique
Polytechnique de Montréal

Électronique flexible et étirable

L'électronique organique, basée sur les polymères semi-conducteurs et conducteurs, a été largement étudiée au cours des deux dernières décennies.

Aujourd'hui de nombreuses applications commerciales dans les domaines des panneaux d'éclairage, des écrans de téléphones intelligents, et des écrans de télévision utilisent la technologie des OLEDs (diodes électroluminescentes organiques).

Un grand nombre d'autres applications devraient atteindre la maturité commerciale dans le futur, dans des domaines aussi variés que les  transistors à couches minces, les capteurs, et les cellules photovoltaïques. Ce succès est dû à un grand nombre de propriétés à la fois uniques et intéressantes des semi-conducteurs organiques en comparaison avec leurs homologues inorganiques, telles que la flexibilité mécanique, l'adaptabilité des propriétés électriques et optiques via la synthèse chimique, la facilité de traitement, et la faible température de fabrication. La présentation donnera une vue d'ensemble de l'activité du groupe de recherche du professeur Cicoira en matière de traitement et de caractérisation de dispositifs et de couches minces de polymères conducteurs pour la bio-électronique flexible. Le séminaire sera en particulier  concentré sur le micro-modelage des films de polymères conducteurs pour les dispositifs flexibles et étirables.

Fabio Cicoira est professeur au département de génie chimique de l’École Polytechnique de Montréal (EPM) depuis octobre 2011. Il a obtenu une maitrise en chimie à l’Université de Bologne (Italie) en 1996 et un PhD en science des matériaux à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne en 2002. Il a réalisé des études postdoctorales à l’INRS-EMT de 2005 a 2007. Il a occupé un poste de chercheur au Consiglio Nazionale delle Ricerche (Italie) entre 2002 et 2005 et entre 2007 et 2011. Il a été chercheur invité à l’Université Cornell de 2007 à 2010. Depuis quelques années il est actif dans le domaine de l’électronique organique.

Ses activités de recherche ont été reconnues internationalement grâce à un dossier de plus de 60 publications, plusieurs chapitres de livres, et plusieurs présentations aux conférences internationales, dans des universités et laboratoires de recherche. Son groupe de recherche est actuellement constitué de 5 étudiants au doctorat (dont 2 boursiers Vanier du Canada et 1 boursier FQRNT), 2 MSc et plusieurs étudiants en stage (programme MITACS).

 

4 décembre 2015 à 15h / Local M-1420

ma thèse en 3 minutes

Le séminaire Ma thèse en 3 minutes permet à des étudiants de présenter leur sujet de recherche en termes simples à un auditoire profane et diversifié. Chaque étudiant doit faire, en 3 minutes, un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur son projet de recherche. L’objectif est de transmettre sa passion pour la recherche tout en informant de manière juste et créative.

Étudiants participants: Dashtban Kenari Seyedeh Laleh, Bruel Charles, Viveros Santos Ivan, Abdollahi Neisiani Maryam, Elahipanah Navid, Tromson Clara, Carnevali Davide, Zasieczny François, Picard François