Chaire de recherche sur la Valorisation des Matières Résiduelles (CRVMR)

Vous êtes ici

Polytechnique et la Ville de Montréal créent une Chaire de recherche sur la valorisation des matières résiduelles

20 novembre 2015


Le maire de Montréal Denis Coderre a annoncé la conclusion d’un partenariat avec Polytechnique Montréal afin de créer une chaire qui s'intéressera aux moyens de valoriser les matières résiduelles dans un modèle d'économie circulaire.

C’est le professeur Robert Legros, professeur titulaire en génie chimique à Polytechnique Montréal, qui est le chercheur responsable de la Chaire.  Cette nouvelle Chaire s'intéressera aux moyens de valoriser les matières résiduelles dans un modèle d'économie circulaire. Concrètement, les chercheurs identifieront des procédés qui permettront de valoriser la plus grande fraction possible des ordures ménagères et, ainsi, de diminuer l'enfouissement.

La Chaire aidera également la Ville de Montréal à appuyer ses futurs choix de gestion des matières résiduelles sur des études crédibles et indépendantes. Le maire Coderre a rappelé que Montréal avait récemment adhéré au National Zero Waste Council , une organisation qui permet des échanges d'expertise avec d'autres villes à travers le pays et qui vise une politique de zéro déchet.

La programmation de recherche de la nouvelle Chaire est planifiée sur un premier cycle de cinq ans, de 2015 à 2019, basé sur un financement d'un million de dollars par année.

Pour ses deux premières années d'activité, la Chaire comptera sur le financement de ses deux partenaires fondateurs – la Ville de Montréal et Polytechnique Montréal. Dans ce contexte, la Ville injectera 280 000 dollars, à raison de 100 000 $ par année. Les 80 000 $ restants se traduiront par des prestations de services prévoyant la participation d'employés municipaux pour recruter d'autres partenaires financiers, soutenir les activités de la chaire et encadrer des étudiants.

« Avec ce partenariat, nos centres de traitement des matières organiques deviendront des laboratoires en soi. Nous visons à ce que le projet devienne un modèle de développement économique en favorisant l'émergence d'entreprises innovantes en matière d'environnement et de chimie verte », a précisé le maire Coderre.

Ce dernier n'a pas caché qu'il rêve de faire de Montréal un leader nord-américain de recherche et de solution en matière de traitement de matières organiques. Il a ajouté qu'il était convaincu qu'il est maintenant possible de concilier développement économique et développement durable.

L'Institut de recherche en biologie végétale

Par la même occasion, le maire de Montréal a annoncé un partenariat avec l'Institut de recherche en biologie végétale de l'Université de Montréal qui consistera à mener une opération de phytoremédiation sur de grands terrains contaminés de la métropole. La phytoremédiation est un procédé selon lequel les plantes, en conjonction avec les micro-organismes du sol, viennent réduire l'effet des agents polluants contenus dans les sols. Ultimement, la phytoremédiation parvient à décontaminer complètement les sols pollués.

« La phytoremédiation représente une solution fort enviable aux scénarios actuels, comme celui qui consiste à creuser les sols contaminés et enfouir la terre toxique ailleurs, surtout pour de grands terrains », a expliqué M. Réal Ménard.

Le maire a rappelé que les deux grandes filières environnementales que sont l'électrification des transports et la chimie verte figurent parmi les initiatives les plus innovantes, les plus structurantes et les plus ambitieuses de la stratégie de développement économique de la Ville de Montréal.

« Ces deux filières s'imbriquent dans une vision large de la Ville. Elles placent Montréal dans une transition écologique qui bénéficiera aux générations futures. Cette vision veut positionner la métropole dans le peloton de tête mondial des villes qui se mobilisent en amont des changements liés à l'environnement, pour les diriger plutôt que de les subir », a conclu Denis Coderre.

De gauche à droite : Le professeur Robert Legros du Département de génie chimique de Polytechnique Montréal et titulaire de la Chaire; Mme Chantale Rouleau, membre du comité exécutif de la ville de Montréal, responsable de l’eau et des infrastructures de l’eau et mairesse de l’arrondissement Rivière-des-Prairies – Pointe-aux-Trembles; le maire de Montréal, M. Denis Coderre; M. Michel Labrecque, directeur de l'IRBV et Chef de division R et D scientifique, Jardin botanique de Montréal; et M. Réal Ménard, membre du comité exécutif de la ville de Montréal, responsable du développement durable, de l’environnement, des grands parcs et des espaces verts et maire de l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.

Pour en savoir plus

Fiche d’expertise du professeur Robert Legros
Cycle de recyclage et objectifs de la Chaire