ligne ligne Index des volumes et numéros ligne Courriel de la bibliothèque ligne Site Web de la bibliothèque ligne Page d'accueil Portail Poly ligne
  Numéro 53 , avril 2012  
 

Imprimer cet article
Imprimer ce numéro


sommaire
Mot du directeur
Can I cherche in français par subject?
Les deux pieds dans la CREPUQ!
Fiches en carton et machines à écrire meurent encore un peu
Du côté des collections - nouveautés, mises à l'essai, partenariats
chroniques
Nouvelles
Des fils qui ReSStent
La Bibliothèque c'est aussi...

 

Les deux pieds dans la CREPUQ!

Visite guidée de quelques groupes de travail du Sous-comité des bibliothèques, sous l’angle des personnes qui y participent.

La Bibliothèque partage le savoir-faire de ses bibliothécaires avec cinq des onze groupes de travail externes créés par le Sous-comité des bibliothèques de la Conférence des recteurs et principaux des universités du Québec (CREPUQ). Voici une brève présentation des personnes impliquées et de leur groupe de travail.

À tout seigneur tout honneur. Notre directeur, Sylvain Meunier, est devenu membre du Sous-comité des bibliothèques, qui regroupe les directeurs des bibliothèques universitaires québécoises, lors de sa nomination en 2009. Il communique aux gestionnaires concernés les points pertinents discutés aux réunions ainsi que les décisions du sous-comité en ce qui a trait aux ententes interuniversitaires. Le prêt direct à l’ensemble des usagers des établissements universitaires au moyen de la carte d’emprunt CREPUQ constitue un exemple de ce type d’entente.

André Maltais a fait partie du Groupe de travail sur le traitement de la documentation (GTTD) depuis 1997. Le GTTD a pour mandat de voir à l’optimisation du partage des ressources collectives en matière de traitement, entre autres en élaborant des politiques communes et en éclairant le sous-comité sur les questions qui touchent à l’accès à l’information au moyen des catalogues de bibliothèques. Par le passé, ce groupe a réalisé le projet TRAP (traitement partagé des périodiques électroniques acquis en commun par les bibliothèques universitaires québécoises) qui a permis de répartir le travail de traitement intellectuel des collections acquises en lot au courant des années 2000. En 2004, ce projet a été reconnu par deux prix d’excellence de niveau national, soit le Prix de l’OCLC Canada et de la CLA pour le partage des ressources, ainsi que le Prix de la Canadian Association of College and University Libraries pour l’innovation. De sa participation à ce groupe dynamique, André a retiré la satisfaction de pouvoir échanger avec d’autres passionnés du traitement documentaire, brisant ainsi l’isolement relatif dans lequel il se trouvait en tant que seul professionnel spécialiste du domaine dans notre bibliothèque.

Manon Du Ruisseau participe depuis novembre 2009 au Groupe de travail sur la formation documentaire (GTFD), dont le mandat est d’assurer la concertation en matière de formation aux habiletés informationnelles intégrées à la formation universitaire et de mettre en commun les outils développés à cette fin par les bibliothèques. Ce groupe organise régulièrement des ateliers de formation pédagogique à l’intention des formateurs aux compétences informationnelles des universités. Manon a ainsi suggéré la tenue annuelle de demi-journées d’échange entre les formateurs et a participé à leur mise en place. Offertes sous forme de sessions d’affiches, ces rencontres se sont avérées très populaires auprès des participants. Il y a peu de temps, Manon a aussi coordonné une journée de formation sur le thème de l’enseignement aux grands groupes. Le fait de pouvoir lancer ce type d’initiative pour collaborer au perfectionnement de ses collègues est très motivant pour elle.

Marc Hiller s’implique, depuis mai 2011, dans le Groupe de travail sur les indicateurs de performance et aides à la décision (IPAD). Ce groupe a pour mandat, entre autres, de s’assurer de la normalisation des statistiques recueillies par les bibliothèques et de la pertinence des données à collecter. Dans ce contexte, par exemple, il recommande l’utilisation de mesures communes à d’autres groupements de bibliothèques, aux fins de comparaison. Il fait une veille sur les différentes méthodes de mesure d’accès aux ressources électroniques, ressources de plus en plus présentes et essentielles dans les fonds documentaires. Il propose de nouvelles orientations en matière de mesures communes. L’une d’elles touche les indicateurs de performance significatifs permettant d’illustrer l’apport des bibliothèques universitaires.

Greg Whitney est membre du Groupe de travail sur les nouvelles solutions technologiques (NST) depuis sa création en l’an 2000. Le mandat du NST est « d’examiner les diverses problématiques technologiques communes aux bibliothèques universitaires québécoises et, en concertation avec les services informatiques des différents établissements, de proposer des solutions ». Ce groupe organise des journées de partage d’information. À l’instar du GTFD, il tient aussi des journées de partage d’expérience et de démonstrations à l’intention du personnel qui gère les systèmes en bibliothèques. Ces gourous informatiques assurent également une veille technologique pour l’ensemble des bibliothèques universitaires et donnent des avis au sous-comité.

Marie-Hélène Dupuis est membre, depuis 2008, du Groupe de travail sur la gestion concertée des opérations de prêt entre bibliothèques (GCPEB). Ce groupe a comme mandat de développer des outils et des politiques communes de gestion des opérations des services de prêt entre bibliothèques. Il coordonne aussi l’amélioration continue de Colombo, le système informatisé de gestion des demandes de prêt entre bibliothèques. De plus, il organise des journées de perfectionnement du personnel utilisant ce système, implanté dans toutes les bibliothèques universitaires québécoises depuis 2005. Les travaux du groupe ont mené à une révision des tarifications du prêt entre bibliothèques et à l’amélioration de la vitesse de traitement des demandes. Un sondage a permis de déterminer et de recommander de bonnes pratiques en matière de PEB.

Fait à noter, Sylvain Meunier – et nous bouclons la boucle en terminant avec lui – est l’agent de liaison entre le Sous-comité et le GCPEB. En effet, les membres du groupe trouvent en lui un interlocuteur de choix pour traduire des besoins complexes et détaillés en demandes pouvant être comprises par un directeur de bibliothèque, et, à plus forte raison, par un sous-comité de directeurs de bibliothèques!

En conclusion, nos bibliothécaires apportent, dans leurs groupes respectifs, la perspective d’un petit établissement spécialisé et traditionnellement innovateur aux collègues d’autres établissements. En retour, les échanges débouchent sur des actions que nous ne pourrions pas toujours entreprendre seuls et qui ont des retombées positives tant pour nous que pour les autres bibliothèques du réseau universitaire québécois.

Marie-Hélène Dupuis

Issn

Droits d'auteur : cet article est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

Valid XHTML 1.0!