Index des volumes et numéros Courriel de la bibliothèque Site Web de la bibliothèque Page d'accueil Portail Poly
  Numéro 51 , décembre 2010
 
sommaire
Mot du directeur
BILAN 2009-2010
Perspectives 2010-2011
Gilles Savard : l'homme derrière le titre
Le Dude, le Larry et...
SysAdmin : l'avis de l'expert
Les sujets de Sa Majesté le catalogue sont tous au château
Cocu? Vous avez dit « cocu »?
Quand je vais dire ça à ma femme!
Un bouquet de banques
Les livres se prennent pour des vedettes!
Alexandre Galliez : portrait d'un photographe
La crème de la crème! 
Le Top 10 du livre électronique
Des noms qui en disent long (1)
Suite 50e - Lecteurs, dormez-vous?
chroniques
Nouvelles
Des fils qui ReSStent
L'heure du « compte »- l'effet Crayola
Échos de la boîte à suggestions
La Bibliothèque c'est aussi...
Cocu? Vous avez dit « cocu »?

Présentation de la nouvelle méthode de classement pour la collection culturelle.

La collection culturelle est aussi grouillante, effervescente et même dérangeante que son contenu : la culture elle-même!

Cette collection nous parle parfois avec véhémence. Elle nous brasse la cage, elle sollicite nos passions et notre désir de participer au combat de la vie et du monde.

Des noms comme Woody Allen, Salvador Dali, Karl Marx, Loco Locass, Naomi Klein, Nirvana, Rimbaud, Che Guevara et Jean-Paul Sartre, tous bien présents dans notre collection culturelle, ne se prêtent pas particulièrement à une soirée où l'on s'installe confortablement, après une longue journée de travail, pour une séance de pantoufles et télévision, avec le chat qui ronronne à nos pieds.

Des thèmes comme Al-Qaida, l'indépendance du Québec, la déforestation de l'Amazonie, l'empereur Caligula, la révolution cubaine ou encore « ces gens qui explosent de colère » sont, eux aussi, à des lieues d'évoquer le paisible silence régnant dans une bibliothèque, troublé seulement de temps en temps par l'écho discret d'une petite toux aussitôt réprimée.

Pour nous, à la Bibliothèque, toute cette intensité de contenu nous incite à rendre notre collection culturelle plus visible, plus vivante, et aussi plus belle, mieux présentée.

Pour ce faire, nous avons repensé le système de classement de la « cocu », comme certains l'appellent affectueusement.

Le but visé est de créer, dès qu'on entre dans cette section de la Bibliothèque, le même type d'affichage que l'on trouve dans une pharmacie, un supermarché ou une librairie commerciale. Dans ces endroits, des affiches suspendues au plafond indiquent clairement où trouver les shampooings, les confitures ou les romans policiers.

Bien sûr, les bibliothèques universitaires traditionnelles sont loin de vous en offrir autant. Les cotes LC parlent peu, et seul un bibliothécaire chevronné peut vous dire que la suite de caractères « TP 984 R27 2009 » signifie qu'un livre traite des shampooings.

Nous avons donc retiré des livres de la cocu une partie de ces vénérables symboles. Nous les avons remplacés par des codes de quatre lettres qui désignent les grandes catégories et les sous-catégories auxquelles appartiennent ces volumes.

Pour reprendre l'exemple d'une pharmacie, une grande catégorie serait « soins des cheveux » et une sous-catégorie serait « shampooings ».

Nos grandes catégories sont les suivantes : littérature (LITT), arts (ARTS), loisirs (LOIR), société et sociologie (SOCI), santé et bien-être (SANT), science et technologie (SCIE), environnement, écologie et nature (ENVI), et apprentissage des langues (LANG).

Les sous-catégories apparaissent dans le tableau suivant.

tableau des domaines

Une cote commencera toujours par un code de grande catégorie, généralement suivi d'un code de sous-catégorie.

Par exemple, un livre sur l'histoire du féminisme portera une cote commençant par SOCI FESO, tandis qu'un ouvrage sur l'équipe de hockey des Canadiens de Montréal aura une cote débutant par LOIR SPOR.

Le reste de l'indice de classement ne change pas. Deux éléments le complètent. Le premier est ce qu'on appelle, dans notre jargon, un « cutter », c'est-à-dire un code qui est attribué soit à l'auteur du livre, soit à son sujet, quand ce dernier est une personne ou une collectivité.

Ces cutters – du nom de leur créateur, Charles Cutter – servent à regrouper tous les ouvrages d'un même auteur dans un sujet donné ou encore tous les ouvrages sur une même personne dans un sujet donné. Enfin, le dernier élément est la date de publication du livre.

Vous savez maintenant tout sur le système de classement de la cocu. À votre prochaine visite, laissez-vous guider par les affiches! Ainsi, s'il vous prend l'envie, par un bel après-midi ensoleillé, de venir chercher un ouvrage sur les bières québécoises, vous le trouverez probablement sous : « LOISIRS » « CUISINE ».

Une fois votre livre sous le bras, que vous vous dirigiez ou non vers une brasserie, cela ne nous regarde pas!

André Maltais

Issn

Droits d'auteur : cet article est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

Valid XHTML 1.0!



© École Polytechnique de Montréal              Modifié le: 09-02-2011