ligne ligne Index des volumes et numéros ligne Courriel de la bibliothèque ligne Site Web de la bibliothèque ligne Page d'accueil Portail Poly ligne
  Numéro 50 , janvier 2010  
 

Imprimer cet article
Imprimer ce numéro


sommaire
Mot du directeur
Le témoin passe
Sylvain Meunier n'est pas un partisan des Bruins
Thèses sur toile
Yves, en prose et en vers
Spécial 50e - Des noms qui en disent long!
Une formule qui fait boum!
Spécial 50e - L'Infotech a-t-il toujours existé?
Riches et grands domaines
Spécial 50e - Recette pour un bulletin bien cuisiné!
Aussi utile qu'un couteau suisse
Spécial 50e - Rebaptiser l'Infotech?
L'édifiant éditeur
Spécial 50e - Les « plusses bonnes » de l'Infotech
Des fils qui ReSStent
Spécial 50e - Le monde entier célèbre l'Infotech!
Le meilleur reste à venir!
chroniques
L'heure du « compte »
Spécial 50e - Échos de la boîte à suggestions
La Bibliothèque c'est aussi...

 

Sylvain Meunier n'est pas un partisan des Bruins

Au début du mois de novembre, j'ai rencontré, en tête-à-tête, le nouveau directeur de la Bibliothèque. Voici ce qu'il avait à raconter.

La Bibliothèque l'a enfin, son nouveau directeur! En effet, Sylvain Meunier y a fait une entrée remarquée au mois d'août dernier. Avant son arrivée, plusieurs curieux s'étaient lancés sur Internet, histoire de faire une petite recherche sur le personnage et de lui voir la binette. Quant à moi, j'ai eu la chance de discuter avec lui devant une bonne pizza toute garnie. Mmmm!

Voici quelques renseignements généraux sur le jeune homme. Il est né dans la petite ville de Waterloo, située entre Sherbrooke et Granby, il y a quarante-six ans. Il a un frère jumeau et une sœur aînée. Sa mère travaillait comme infirmière et son père, comme professeur d'arts plastiques; les deux sont maintenant à la retraite.

Sylvain Meunier est un homme sympathique qui a le sourire facile. Il aime rire et faire rire. Mais il ne va pas jusqu'à faire le clown : quelques blagues bien placées, et voilà le tour est joué! Il se dit soucieux du bien-être des personnes et s'adapte à la personnalité de chacun. Il s'avoue fonceur, mais il sait prendre le temps de réfléchir avant de poser une action.

Profession oblige, Sylvain aime la lecture. C'est même son principal passe-temps. Il s'intéresse particulièrement aux livres qui traitent de sociologie ou de philosophies indiennes comme l'hindouisme et le bouddhisme. Il apprécie aussi la littérature française des années cinquante, surtout les œuvres d'Albert Camus, un auteur qui l'a marqué. Les textes surréalistes et de science-fiction font aussi partie de ses lectures de prédilection.

N'en déplaise à André Maltais, Sylvain Meunier n'est plus un partisan des Bruins de Boston. En fait, il n'est pas un partisan tout court, même s'il a suivi les exploits des Canadiens « quand ils étaient encore bons » et ceux des Bruins du temps de Bobby Orr. À une époque lointaine, il s'est même intéressé aux Nordiques de Québec, mais ça lui est vite passé.

Notre nouveau directeur a eu un parcours peu ordinaire avant d'aboutir dans le domaine des bibliothèques. Étudiant en sociologie et en communication, il s'est intéressé à l'intégration et à l'impact social du marché de l'information, autrement dit, à la création et à la manipulation de l'information dans la société. À sa sortie des études, il a travaillé dans plusieurs domaines, dont le journalisme et la veille technologique. Toutefois, la récession et l'entrée de l'informatique dans le milieu du travail l'ont forcé à se réorienter. Le travail en bibliothèque semblait tout indiqué, non?

Pendant l'entrevue, Sylvain m'a avoué avoir été impressionné par l'ancienneté du personnel et la stabilité des différents services de la Bibliothèque. Il trouve aussi que ces derniers sont bien organisés et qu'il y a une bonne communication dans et entre les équipes. Et il tient à remercier Marc Hiller et Minh-Thu Nguyen d'avoir su l'intégrer progressivement à ses tâches de directeur et de l'avoir bien encadré tout au long de son apprentissage.

Pour terminer l'entrevue, je lui ai posé une question piège : en tant que le nouveau directeur, que nous réserve-t-il pour les prochaines années? Un peu gêné, il m'a fait cette réponse. D'abord, et c'est important pour lui, il veut assurer la continuité des services et du personnel. Pourquoi changer une formule gagnante? Ensuite, il veut poursuivre les projets, déjà engagés ou non, de Richard Dumont. Enfin, il veut s'assurer que la Bibliothèque continue à se développer au rythme des ressources électroniques plutôt que d'être à la remorque. Toutefois, mon petit doigt me dit qu'il a aussi en tête des projets qui lui sont propres.

Barbara Sandrzyk

Issn

Droits d'auteur : cet article est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

Valid XHTML 1.0!