ligne ligne Index des volumes et numéros ligne Courriel de la bibliothèque ligne Site Web de la bibliothèque ligne Page d'accueil Portail Poly ligne
  Numéro 50 , janvier 2010  
 

Imprimer cet article
Imprimer ce numéro


sommaire
Mot du directeur
Le témoin passe
Sylvain Meunier n'est pas un partisan des Bruins
Thèses sur toile
Yves, en prose et en vers
Spécial 50e - Des noms qui en disent long!
Une formule qui fait boum!
Spécial 50e - L'Infotech a-t-il toujours existé?
Riches et grands domaines
Spécial 50e - Recette pour un bulletin bien cuisiné!
Aussi utile qu'un couteau suisse
Spécial 50e - Rebaptiser l'Infotech?
L'édifiant éditeur
Spécial 50e - Les « plusses bonnes » de l'Infotech
Des fils qui ReSStent
Spécial 50e - Le monde entier célèbre l'Infotech!
Le meilleur reste à venir!
chroniques
L'heure du « compte »
Spécial 50e - Échos de la boîte à suggestions
La Bibliothèque c'est aussi...

 

logoL'Infotech a-t-il toujours existé?

D'où vient l'Infotech? Y a-t-il eu des précédents?

Célébrer un anniversaire comme le 50e, c'est aussi se questionner sur les origines, remonter aux sources. C'est ce que nous avons tenté de faire. Toutefois, après une rapide consultation des archives de la Bibliothèque, nous devons admettre que nous retrouvons peu d'efforts de communication aussi soutenus que l'Infotech.

Nous avons déniché des communications ponctuelles sur les ressources et services de la Bibliothèque, tels ces deux articles, rédigés en 1927 et en 1958 par les responsables d'alors. Le premier, de lecture fort agréable, est l'œuvre de Lorenzo Brunotto  [1], ingénieur et bibliothécaire qui, au terme de quatre années d'efforts visant à « résoudre le problème de la documentation », et après avoir étudié « la question sous tous ses aspects », affirme : « La réussite de l'enseignement supérieur ne peut se concevoir sans les ressources de bonnes bibliothèques. C'est pourquoi la Direction de l'École a donné une part considérable de son attention à la réorganisation de sa bibliothèque […]. Comme résultat, [elle] est, maintenant, un des meilleurs centres de documentation de tout le pays. » Il y présente les objectifs de la Bibliothèque ainsi que les documents qui en constituent la collection, son aménagement en rayons libre-service (« On n'a pas hésité un instant à permettre aux élèves d'avoir libre accès aux documents, car c'est en comparant les ouvrages entre eux qu'on peut se faire une idée de leur contenu ») et sa classification par sujets, basée sur celle de l'Institut international de bibliographie.

Ernest Lavigne [2], ingénieur et directeur de la Bibliothèque, est l'auteur de la seconde communication, publiée en 1958 à l'occasion de l'inauguration du bâtiment principal de l'École sur le campus de l'Université de Montréal. Photos et plans à l'appui, il y décrit davantage le lieu physique, car « la Bibliothèque occupe une place de choix dans le nouvel immeuble », ainsi que l'organisation du classement de la documentation.

Mais revenons à l'Infotech. Il est né en 1984 de la vision du directeur de la Bibliothèque de l'époque, M. Olivier Paradis. Le titre se voulait annonciateur des changements technologiques à venir dans le milieu de la documentation. Replaçons-nous dans le contexte : en 1982, le magazine Time avait décerné le titre de Personnalité de l'année à… l'ordinateur.

Selon le texte de présentation du premier numéro, on souhaitait, grâce à ce bulletin, faire connaître les services et les activités de la Bibliothèque. Le « on » s'impose, car à l'époque, les articles n'étaient pas signés. Le journal paraîtra « au besoin », les critères d'inclusion des nouvelles étant « leur pertinence et leur utilité ».

D'emblée, toutefois, le côté « tech » s'y affirme : il est question, toujours dans le premier numéro, des logiciels offerts pour consultation sur microordinateur. Deux ans plus tard, on annonce le prêt informatisé – la Bibliothèque ayant été parmi les premières au Québec à ce chapitre –, et cinq ans après, en octobre 1989, on explique comment joindre la Bibliothèque par… courrier électronique. Le tout nouveau réseau Internet est décrit avec force détails en avril 1994 et le logiciel de gestion bibliographique ProCite y fait son apparition peu de temps après, en septembre de la même année. En juin 1996, on s'interroge sur les périodiques électroniques : tiendront-ils leurs promesses?

Dès le départ, ce bulletin a aussi été diffusé aux collègues d'autres bibliothèques et, muni d'un ISSN en bonne et due forme, déposé à la Bibliothèque nationale du Québec. La diffusion sur le Web n'est que la continuité du principe de large distribution ainsi établi très tôt. L'Infotech peut donc être consulté un peu partout dans le monde, contribuant ainsi au rayonnement de l'École dans le secteur de la documentation.

Marie-Hélène Dupuis

[1]  L. Brunotto, "La Bibliothèque de l'École Polytechnique," Revue trimestrielle   canadienne, septembre 1927.

[2]  E. Lavigne, "La Bibliothèque," L'ingénieur : revue trimestrielle canadienne, vol. 44, no. 175, pp. 93-96, 1958.

 

 

Issn

Droits d'auteur : cet article est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

Valid XHTML 1.0!