ligne ligne Index des volumes et numéros ligne Courriel de la bibliothèque ligne Site Web de la bibliothèque ligne Page d'accueil Portail Poly ligne
  Numéro 50 , janvier 2010  
 

Imprimer cet article
Imprimer ce numéro


sommaire
Mot du directeur
Le témoin passe
Sylvain Meunier n'est pas un partisan des Bruins
Thèses sur toile
Yves, en prose et en vers
Spécial 50e - Des noms qui en disent long!
Une formule qui fait boum!
Spécial 50e - L'Infotech a-t-il toujours existé?
Riches et grands domaines
Spécial 50e - Recette pour un bulletin bien cuisiné!
Aussi utile qu'un couteau suisse
Spécial 50e - Rebaptiser l'Infotech?
L'édifiant éditeur
Spécial 50e - Les « plusses bonnes » de l'Infotech
Des fils qui ReSStent
Spécial 50e - Le monde entier célèbre l'Infotech!
Le meilleur reste à venir!
chroniques
L'heure du « compte »
Spécial 50e - Échos de la boîte à suggestions
La Bibliothèque c'est aussi...

 

logoÉchos de la boîte à suggestions



ligne Cherchez le chien qui sniffe!

« Je ne comprends pas pourquoi l'Infotech n'est pas disponible gratuitement dans le métro. »

« Vous avez de bonnes idées pour améliorer le fonctionnement et les services de la Bibliothèque mais je n'en dirais pas autant de vos idées pour l'Infotech. L'un des services que vous pourriez améliorer est de distribuer gratuitement votre journal dans le métro. »

Alors là, on a de très bonnes nouvelles pour vous. À partir du 51e numéro, c'est-à-dire quelque part à l'automne 2010, l'Infotech sera distribué à la porte de toutes les stations de métro de Montréal, Longueuil et Laval. J'te jure, man!

Le journal sera distribué dans sa version imprimée, tous les matins et tous les soirs, aux heures de pointe, pendant les deux semaines suivant la parution de chaque nouveau numéro.

Vous reconnaîtrez notre camelot à son dossard blanc orné du logo de la Bibliothèque, soit le chien qui sniffe.

Et devinez quoi? L'Infotech sera toujours gratuit!

 

ligne Faire des bulles

« Une bande dessinée illustrant la vie quotidienne dans une bibliothèque, ce serait une bonne idée. »

« Pourquoi il n'y a pas de BD dans l'Infotech? »

En théorie, rien n'empêcherait que quelques cases et quelques bulles viennent égayer nos pages, surtout que, parfois, elles peuvent devenir très sérieuses.

Mais voilà, nous hésitons.

D'abord parce que notre équipe de rédaction n'a pas de dessinateur. Nous avons un conteur, une « potineuse », une intervieweuse, une critique d'art et d'expositions, mais aucun dessinateur ne s'est encore manifesté.

Et, avouons-le, nous craignons par-dessus tout qu'une bande dessinée ait trop de succès. Il pourrait alors arriver que, pour nos lecteurs les plus pressés, elle devienne la seule partie de notre journal à être lue.

En résumé, nos articles les plus austères (sur les banques de données, par exemple, ou sur la bibliométrie) ont une peur bleue des phylactères!

 

ligne Les Canadiens vont faire les séries

« Pensez-vous ajouter une section « sports » à l'Infotech? Je peux vous suggérer le nom d'un chroniqueur pour le hockey. »

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, votre question n'a rien de farfelu! D'ailleurs, notre échotière, Lison Dallaire, nous rapporte parfois les exploits de Réjean Godin au golf, de Jose Caballero aux quilles, ou de Luc Foucault à la pétanque.

Et vous, qui semblez être un amateur de hockey, avez certainement lu avec avidité le compte rendu du match de hockey auquel a participé notre collègue Lyse Bourget, il y a quelques années. Tout ça dans nos pages.

Nous sommes aussi conscients que les sections sportives sont toujours les plus populaires, et plus particulièrement quand elles parlent de hockey.

Mais en paraissant deux fois l'an, notre journal aurait du mal à couvrir les péripéties de toute une saison de hockey. Au mieux pourrions-nous prédire que les Canadiens « feront les séries » dans notre numéro d'automne et, plus tard, expliquer pourquoi ils ont été si rapidement éliminés dans notre numéro printanier.

En terminant, ce chroniqueur de hockey, ce ne serait pas vous, par hasard? (Venez me voir dans mon bureau après avoir lu ces lignes, voulez-vous?)

 

ligne Petites annonces

« Pourquoi n'y a-t-il pas de section d'annonces classées? Je crois que ce serait très populaire. Par exemple : “Gestionnaire aux Services techniques recherche ardemment commis à la préparation matérielle”, ou encore “Directeur recherche maison à vendre et bonnes âmes pour lui faire des lunchs jusqu'à ce qu'il soit bien installé dans sa nouvelle maison”. Et que dire de celle-ci : “Gestionnaire au développement des collections recherche des dossiers dans son bureau”. »

Oh, la la! Comment vous répondre? Et surtout, quoi vous répondre?

L'Infotech est un journal qui cherche d'abord à informer la communauté de l'École polytechnique sur les services offerts à la Bibliothèque. Bien sûr, si notre Bibliothèque offrait elle-même un service d'annonces classées à ses étudiants, chercheurs, professeurs et autres personnels, l'Infotech n'hésiterait pas à vous parler de cette nouvelle activité.

Mais, voyez-vous, nous ne faisons rien de tel. Et vous savez quoi? Nous n'organisons pas de concours de musique rock, de courrier du cœur, de courses de Formule 1, pas plus que nous aidons les gens à déménager, leur vendons des imperméables ou leur donnons des massages indiens.

Nous sommes un journal de bibliothèque, simplement.

Mais, bon. Loin de nous l'idée de faire concurrence au Polyscope, mais on pourrait quand même passer une de ces petites annonces. Mais attention, une seule, hein! Elle dirait : « Petit journal cherche idées pour diversifier son contenu. »

 

ligne Infoman et Infotech

« Est-ce qu'Infoman travaille à l'Infotech? »

Pas vraiment. Comme vous le savez sans doute, nous sommes une équipe de bénévoles et, en tant qu'organe de bibliothèque, nous avons peu à voir avec la politique canadienne.

Mais, étrangement, votre question tombe à pic, car plusieurs personnes affirment que, par un matin brumeux de l'automne dernier, Infoman a été aperçu en compagnie de notre éditrice. Cette dernière a par la suite confirmé qu'il lui avait signifié son désir de collaborer à notre publication.

Je dois vous dire que nous avons décliné son offre car nous craignions que sa conception spectaculaire de l'information s'harmonise difficilement avec le style plutôt sobre de nos articles et nouvelles.

Mais cela était mal connaître l'homme, qui a insisté encore et encore. De guerre lasse, nous lui avons permis de faire ses preuves, et c'est avec plaisir que nous vous présentons, dans ce 50e numéro, sa première collaboration.

C'est lui qui a recueilli les propos de messieurs Charest, Obama, Raël et Harper dans l'article intitulé « Le monde entier célèbre l'Infotech! ».

 

ligne Les petits potins de la saison

« J'ai une idée à proposer sur la formule de ce petit journal. Comme pourquoi pas l'appeler par un titre plus ouvert ou moins intello, genre Les petits potins de la saison, puisque vous vous intéressez toujours aux récits de vacances ou de voyages de tous. Et puis, ça alimenterait mieux nos conversations de pauses café, je crois. »

Votre commentaire arrive à point puisque nous nous proposons, dans ce même numéro, de lancer un concours parmi nos lecteurs afin de trouver un nouveau nom à notre journal.

Plusieurs lecteurs trouvent que l'appellation « Infotech » ne reflète pas l'imagination et la créativité que nous avons insufflées dans nos pages au cours des dernières années, et nous sommes de plus en plus d'accord avec cela.

Et puis, bien sûr que nous serions flattés que nos potins alimentent davantage vos conversations pendant les pauses café! Croyez-moi, ce n'est pas demain la veille que nous allons cesser de nous intéresser aux vacances et aux voyages des employés de la Bibliothèque!

Là-dessus, on vous laisse. Mais on emporte avec nous votre suggestion de titre. On en aura au moins reçu une!

 

André Maltais

 

Issn

Droits d'auteur : cet article est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

Valid XHTML 1.0!