ligne ligne Index des volumes et numéros ligne Courriel de la bibliothèque ligne Site Web de la bibliothèque ligne Page d'accueil Portail Poly ligne
  Numéro 49 , mars 2009  
 

Imprimer cet article
Imprimer ce numéro


sommaire
Mot de l'éditeur
Bye-bye! mon ADVANCE
Tendances catalogue
Des livres traités aux petits oignons!
Faites vos choix
Dépôt de thèse à rendement élevé
L'îlot Trésor, une oasis de culture
chroniques
Nouvelles
L'heure du « compte »
Échos de la boîte à suggestions
La Bibliothèque c'est aussi...

 

Des livres traités aux petits oignons!

À quoi peuvent bien servir les Services techniques dans une bibliothèque? Quels traitements imposent-ils aux livres avant de les rendre disponibles pour le prêt ou la consultation?

Toutes les bibliothèques au monde, qu'elles soient réelles ou virtuelles, doivent traiter l'information et les supports qui la contiennent. C'est une opération obligée. Sans elle, en effet, comment repérer le livre ou l'article de revue qui nous intéresse parmi des centaines de milliers, voire des millions d'autres?

Le présent article vise à démystifier le traitement qui attend, dans les coulisses, tout nouveau livre qui passe entre les mains tant de bibliothécaires que de commis et de techniciennes en documentation. Chez nous, ce traitement se réalise en sept étapes, comprises entre le moment où le livre arrive aux Services techniques en provenance des acquisitions et celui où il est prêt à prendre sa place sur les rayons de la Bibliothèque. Voyons ces sept étapes.

 

Recherches dans notre catalogue

Nous faisons d'abord une recherche dans notre catalogue afin de vérifier si notre « petit nouveau » est en lien, d'un point de vue bibliographique, avec des volumes déjà traités.

Ce pourrait être, par exemple, une nouvelle édition d'un livre dont la notice fait déjà partie de notre catalogue. Il sera alors avantageux d'insérer cette notice dans le nouveau livre afin d'en minimiser le travail de description dans les étapes ultérieures. En effet, dans le cas de deux éditions d'un même livre, l'auteur, le titre, la maison d'édition, les sujets, la cote, etc., resteront presque les mêmes. Seules changeront la date de publication et la mention d'édition.

Éditions nouvelles, traductions, ouvrages appartenant à la même collection ou à une même conférence, etc. : dans un cas comme dans l'autre, cette recherche préliminaire a pour but de repérer des notices modèles qui nous feront économiser du temps de travail dans les étapes à venir.

Recherches dans les autres catalogues

Si la première recherche est infructueuse, une technicienne vérifie alors si une autre bibliothèque n'aurait pas déjà décrit le livre qu'on a en main. Le cas échéant, pourquoi ne pas profiter du travail de nos confrères et consœurs?

Pour ce faire, nous utilisons un logiciel de recherche appelé Bookwhere, qui permet de chercher simultanément dans plusieurs catalogues de bibliothèques. Avant de procéder, nous avons choisi les bibliothèques répondant le mieux à nos critères (langue, rapidité et qualité de traitement, collections exhaustives en science et en technologie, etc.) et configuré le logiciel pour qu'il cherche uniquement dans ces bibliothèques.

Si une notice repérée provient, comme dans la majorité des cas, d'une bibliothèque universitaire anglophone, nous adoptons tels quels plusieurs éléments de la description et nous traduisons les autres, ce qui est plus simple que de créer une toute nouvelle notice à partir du livre.

Indexation

L'étape suivante consiste à attribuer au petit dernier de nos livres un indice de classification (la cote) et des sujets, d'où l'importance des étapes de recherche précédentes.

En effet, comme nous l'avons dit, si notre livre est lié à une édition précédente, il y a de bonnes chances qu'il traite des mêmes sujets et que sa cote soit très semblable. De même, si une autre bibliothèque a déjà décrit notre livre et lui a attribué des sujets, notre tâche s'en trouvera grandement facilitée. On n'aura plus qu'à vérifier les sujets attribués et, s'ils nous conviennent, à les traduire en français.

Si nos recherches n'ont abouti à rien, l'indexeur doit examiner l'ouvrage (lire le résumé, la table des matières, l'introduction, etc.) et lui attribuer les sujets pertinents qui, par la suite, vous permettront de repérer ce nouveau livre.

Quant à la cote, elle servira, d'une part, à placer l'ouvrage sur les rayons, près des autres livres qui traitent du même sujet. Elle servira aussi, d'autre part, à retrouver l'ouvrage à partir de sa notice bibliographique.

Deux outils servent de guides pour choisir les sujets et les cotes. Il s'agit respectivement du Répertoire des vedettes matière de l'Université Laval et des Library of Congress classification schedules.

Catalogage

Les sujets ayant été déterminés, il faut les attacher à une description de notre nouveau livre, dont la rédaction s'appelle « catalogage ». Elle comporte, pour chaque livre, plusieurs éléments : l'auteur, le titre, la date de publication, le numéro ISBN, le titre de la collection à laquelle il appartient, le nom de la maison d'édition, etc.

À partir de ces éléments, on alimente ensuite les index auteur, titre, collection et autres, ce qui vous permettra de repérer le livre en question lorsque vous effectuerez des recherches dans ces mêmes index.

Vérification du catalogage

Une fois la description créée, elle sera relue par une technicienne afin de détecter et de corriger les erreurs (fautes de frappe, mauvais codage, etc.) qui auraient des conséquences néfastes sur le repérage en modes « mot clé » et « parcourir ». Par exemple, une recherche avec le terme « nanotubes » ne repérera pas un ouvrage dont la notice contiendrait plutôt, à cause d'une coquille oubliée, le terme « nonotubes ».

La personne qui lit les notices descriptives n'est jamais celle qui les a rédigées, de sorte que c'est un « œil frais » qui les parcourt, et qu'il est plus apte à en déceler les erreurs.

Tables des matières

L'ajout de la table des matières d'un livre dans sa notice descriptive vous permet même d'en repérer un chapitre intéressant. Cela représente un enrichissement énorme pour le catalogue, car les mots des titres de chapitres sont généralement bien plus précis que les mots du titre d'un livre.

Nous pouvons généralement sauter cette étape pour les ouvrages en anglais puisque nous exportons leurs notices bibliographiques à une entreprise qui, ensuite, nous les retourne enrichies de leur table des matières. Cela se fait sans toucher au volume, simplement à partir du numéro ISBN présent dans la notice.

Mais il en va tout autrement des livres en français, qui n'ont pas encore la chance qu'une entreprise s'intéresse à leur table des matières. Pour ne pas les défavoriser en ce qui a trait au repérage, un commis saisit donc les titres de premier niveau de tous ces volumes.

Préparation matérielle

La dernière étape du traitement d'un ouvrage consiste à le préparer physiquement à affronter sa future vie de livre de bibliothèque. Il devra être bien équipé, car il va passer dans d'innombrables mains, visiter bien des sacs à dos et chambres d'étudiants, et rencontrer bon nombre « d'indésirables » tels chats, chiens, bébés humains, mains collantes et autres cafés renversés!

Pour le protéger, on recouvrira le livre d'une pellicule plastique. Si besoin est, on renforcera une couverture trop molle ou on enverra carrément le volume chez notre relieur externe.

On lui apposera également une étiquette de cote pour que ceux qui veulent le consulter ou l'emprunter puissent le trouver, et pour qu'on puisse lui faire reprendre sa place sur les rayons après chaque utilisation.

On lui appliquera enfin une bande de détection pour que les utilisateurs « distraits » n'oublient pas de l'emprunter officiellement s'ils veulent l'apporter à la maison.

 

Voilà, vous savez maintenant tout (ou presque!) sur le traitement d'un livre à la Bibliothèque. En résumé, traiter un ouvrage, c'est le décrire, attacher des points d'accès (sujets, cote, auteur, titre, table des matières, etc.) à cette description et préparer physiquement un volume qui sera, nous l'espérons, consulté, emprunté et manipulé le plus souvent possible.

 

André Maltais

Issn

Droits d'auteur : cet article est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.

Valid XHTML 1.0!