Carrefour de l'actualité

Vous êtes ici

Semaine de la rose blanche : faire fleurir l’avenir

30 novembre 2015 - Source : NOUVELLES

La deuxième édition de la Semaine de la rose blanche de Polytechnique Montréal se tient du 30 novembre au 6 décembre 2015

Offrir des roses virtuelles pour provoquer l’éclosion de talents prometteurs et éveiller des intérêts qui n’auraient pu émerger autrement, voilà la mission que Polytechnique Montréal donnait à la Semaine de la rose blanche en la créant l’an dernier. En faisant coïncider les activités de commémoration des 25 ans de la sombre tragédie qui a marqué l’établissement avec la création d’un événement annuel lumineux, Polytechnique réitérait qu’elle n’oublierait jamais, mais posait son regard sur l’avenir.

Polytechnique Montréal lance à nouveau un appel à toute sa communauté et au grand public pour qu’ils offrent des roses blanches virtuelles. Cette collecte de fonds permet d’offrir à des jeunes filles issues de milieux défavorisés et pluriethniques la possibilité de développer une attitude positive à l’égard des sciences et du génie.

L’an dernier, la Semaine de la rose blanche a permis d’amasser quelque 25 000 $ qui ont permis de rejoindre 2700 élèves du primaire et du secondaire, à travers les activités du camp scientifique Folie Technique, de Polytechnique Montréal, notamment :

  • 1 500 filles du niveau primaire qui auront eu l’opportunité de recevoir un atelier scientifique d’une durée 2 heures dans leur classe;
  • 1 000 filles du niveau secondaire qui ont vécu le Défi du professeur Polynume, un atelier interactif sur les mathématiques;
  • 70 filles ainsi qu’un parent accompagnateur qui ont participé à la journée Codemakers afin d’en apprendre davantage sur la programmation;
  • 18 filles qui ont eu l’occasion de participer à un camp d’été d’une durée d’une semaine dans la thématique de leur choix en génie.

« Deux de mes élèves de cinquième année ont remporté une bourse pour le camp Folie Technique cette année, grâce au projet d’Expo-sciences qu’elles avaient réalisé », explique Julia Laporta, enseignante au primaire à Montréal. « Les dons faits à la Semaine de la rose blanche ont concrètement servi à leur faire découvrir le milieu de la science, à s’épanouir, à développer des intérêts, à être en contact avec un milieu universitaire – mais surtout à savoir qu’il leur est accessible – et à en apprendre davantage sur les différents secteurs du génie et les qualités requises pour devenir ingénieure. »

À l’approche du temps des fêtes, les entreprises sont également sollicitées pour offrir des roses blanches à titre de cadeau d’entreprise. L’an dernier, une société québécoise a remplacé l’envoi de son traditionnel calendrier du nouvel an par un don de 2 000 $ à la Semaine de la rose blanche. Les clients de l’entreprise ont salué le geste et l’initiative a permis à plusieurs jeunes filles de participer à des activités scientifiques au cours de l’année.

Faisceaux lumineux sur le Mont-Royal

Comme chaque année, d’autres activités seront tenues à Polytechnique pour commémorer les tristes événements du 6 décembre 1989, tout comme au sein de la communauté montréalaise. Par exemple, la ville de Montréal, de concert avec Polytechnique, le comité Mémoire et Moment Factory, illuminera le ciel de Montréal de 14 faisceaux lumineux le dimanche 6 décembre à 17 h. Les personnes qui souhaitent se recueillir pourront le faire à proximité des jets lumineux, devant le chalet du Mont-Royal situé près du sommet du parc du Mont-Royal.

Par ailleurs, la direction de Polytechnique Montréal a remis mercredi dernier la première bourse de l’Ordre de la rose blanche à Tara Gholami, diplômée en génie mécanique de l’Université de Calgary. Cette bourse de 30 000 $ créée l’an dernier sera désormais décernée annuellement à une étudiante canadienne en génie qui désire poursuivre ses études en génie au niveau de la maîtrise ou du doctorat au Canada ou ailleurs dans le monde. Polytechnique a institué cette bourse d’études en hommage aux victimes, blessés, familles, professeurs, employés et étudiants qui se sont retrouvés au cœur de ce drame.

La Semaine de la rose blanche : dans nos mains fleurit l’avenir.

À lire aussi

NOUVELLES |  30 novembre 2016
Faire fleurir l’avenir : troisième édition de la Semaine de la rose blanche  |  Lire
NOUVELLES |  28 novembre 2017
Faire fleurir l'avenir : quatrième édition de la Semaine de la rose blanche  |  Lire