Carrefour de l'actualité

Vous êtes ici

Efficacité énergétique : le professeur Michaël Kummert à la direction d’une recherche sur les réseaux de chaleur de quatrième génération

23 décembre 2016 - Source : NOUVELLES

Le professeur agrégé au Département de génie mécanique de Polytechnique Montréal mènera au cours des trois prochaines années un projet de recherche interuniversitaire qui sera soutenu par l’Institut de l’énergie Trottier.

Le projet de recherche, auquel participeront les chercheurs Daniel Pearl, professeur agrégé à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal et Lina Bornstein, professeure agrégée à l’École d’urbanisme de l’Université McGill, porte sur le développement de réseaux de chaleur pour les quartiers denses, selon une perspective de développement durable. Ces réseaux de chaleur, fondés sur la vapeur, fonctionneront à très basse température et utiliseront des pompes à chaleur de façon accrue. 

Les chercheurs comptent développer un système de partage et de récupération de chaleur à l’échelle d’un quartier, où un chauffage communautaire sera alimenté à même les rejets thermiques des activités réalisées par le milieu, au moyen d’une infrastructure qui sera à la fois performante et rentable.

« L’objectif à long terme est de réaliser le potentiel des réseaux de chaleur pour contribuer au redéveloppement urbain et créer des quartiers mixtes, compacts, diversifiés et efficaces – en un mot, durables, indique Pr Michaël Kummert. Pour y arriver, il était crucial de s’adjoindre des collaborateurs détenant des spécialisations diverses. Cette multidisciplinarité nous confère les atouts requis pour s’attaquer aux barrières technologiques, socioprofessionnelles, politiques et juridiques du projet. »

Le projet de recherche, qui sera fondé sur une étude de cas, fera l’objet d’un financement de 150 000 dollars de la part de l’Institut de l’énergie Trottier de Polytechnique Montréal.

Des objectifs porteurs

Les chercheurs et les étudiants au doctorat qui prendront part au projet de recherche viseront trois objectifs.

Le premier objectif consiste à développer une méthodologie de conception et d’optimisation les réseaux de chaleur. Cette méthodologie, qui sera fondée sur la cartographie énergétique pour illustrer les besoins d’un lieu en matière de chaleur et d’innovation, misera sur l’optimisation de l’infrastructure de partage de chaleur et sur l’intégration des sources de chaleur et du stockage d’énergie.

Un autre objectif du projet vise à améliorer la densité et la mixité sociale qui qualifient les communautés durables, en identifiant et exploitant des synergies entre l’approche énergétique et le redéveloppement des quartiers. Le troisième objectif consiste en l’établissement de lignes directrices pour un cadre légal et des politiques de planification urbaine, afin que des conditions favorables aux réseaux de chaleur soient établies pour les investisseurs et les partenariats.

« Concevoir des systèmes énergétiques intégrés pour toute une communauté constitue le meilleur moyen d’accélérer l’intégration des énergies renouvelables », ajoute Pr Michaël Kummert.

Retombées potentielles multiples

Le projet de recherche interuniversitaire sur les réseaux de chaleur de quatrième génération suscite déjà l’intérêt d’organisations du milieu scientifique et de l’administration publique.

Notamment, en vertu d’un partenariat, le laboratoire Sustainable Design Lab de l’université américaine Massachussets Institute of Technology (MIT) prévoit intégrer un outil qui sera développé dans le cadre du projet de recherche à un logiciel d’interface de modélisation en urbanisme.

Également, le Bureau de l’efficacité et de l’innovation énergétiques du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles du gouvernement du Québec a manifesté un intérêt envers les méthodologies et les modules qui seront développés dans le cadre du projet de recherche. Par ailleurs, le ministère et l’équipe de projet procéderont à des échanges de données qui serviront à cartographier des besoins en chaleur et en froid dans un lieu donné.

La Ville de Montréal, d’une part, sera impliquée dans le processus de sélection d’une étude de cas par l’équipe du projet de recherche. D’autre part, la Direction de l’urbanisme de la métropole a signifié qu’elle envisageait l’application éventuelle des conclusions du projet à d’importants projets urbains.


De gauche à droite : Samuel Letellier-Duchesne, étudiant impliqué dans le projet de recherche; Michaël Kummert, professeur agrégé au Département de génie mécanique de Polytechnique Montréal et chercheur principal du projet; Daniel Pearl, professeur agrégé à la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal et co-chercheur du projet. Absente de la photo : Lina Bornstein, professeure agrégée à l’École d’urbanisme de l’Université McGill et co-chercheure du projet.

En savoir plus

Fiche d’expertise du professeur Michaël Kummert
Site de l’Institut de l’énergie Trottier

À lire aussi

NOUVELLES |  6 octobre 2016
Normand Mousseau nommé directeur académique de l’Institut de l’énergie Trottier  |  Lire
NOUVELLES |  2 mars 2016
Des projets des professeurs Giovanni Beltrame et Ke Wu reçoivent des subventions de partenariats stratégiques du CRSNG  |  Lire