Carrefour de l'actualité

Vous êtes ici

Ella Thomson, troisième lauréate de l’Ordre de la rose blanche

1 décembre 2017 - Source : NOUVELLES

Polytechnique Montréal remet aujourd’hui la troisième bourse de l’Ordre de la rose blanche à Ella Thomson, diplômée en génie électrique de l’Université du Manitoba. Cette bourse de 30 000 $, créée en 2014, est décernée annuellement à une étudiante canadienne en génie qui désire poursuivre ses études aux cycles supérieurs dans ce domaine, au Canada ou ailleurs dans le monde.

Brillante, créative, généreuse et déterminée : voilà qui décrit bien Ella Thomson, qui se destine à une carrière de chercheuse universitaire en génie électrique afin d’avoir un impact positif sur la société. Cette lauréate de la prestigieuse bourse Schulich Leader s’est distinguée par ses notes exceptionnelles durant ses études de baccalauréat en génie électrique à l’Université du Manitoba. Elle s’est également démarquée par les projets de Ella Thomson, récipiendaire de l'Ordre de la rose blanche 2017.recherche sur le rôle de la dysfonction mitochondriale dans des maladies dégénératives qu’elle a menés au Centre de recherche en génie biomédical de l’Hôpital Saint-Boniface à Winnipeg. Ces travaux ont notamment reçu l’appui du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG).

La vocation d’Ella pour la recherche sur les maladies neurodégénératives est née du travail bénévole que l’étudiante a effectué auprès de patients atteints de troubles du développement, et de sa volonté de comprendre les mécanismes de la maladie d’Alzheimer qui a frappé sa grand-tante. Après un échange de recherche à la Hochschule Ravensburg-Weingarten en Allemagne, c’est à l’université Stanford, aux États-Unis, qu’elle va réaliser son doctorat en génie biomédical.

La jeune femme a su allier ses succès universitaires avec son engagement dans sa communauté, comme représentante étudiante dans divers conseils, ou comme fondatrice d’un groupe affilié à Hope International Canada, qui répare du matériel médical usagé pour ensuite l’expédier à des pays en développement.

« Les qualités humaines d’Ella Thomson impressionnent autant que son parcours universitaire exceptionnel », déclare François Bertrand, directeur général par intérim et directeur de la recherche, de l'innovation et des affaires internationales de Polytechnique Montréal. « Nul doute qu’elle fera parler d’elle pour ses travaux sur les maladies dégénératives et je suis certain qu’elle sera une professeure très inspirante pour ses futurs étudiants. »

« Je suis très émue de recevoir l’Ordre de la rose blanche et je remercie le comité de sélection pour le grand honneur qu’il me fait », témoigne Ella Thomson. « J’ai eu la chance d’être amenée très jeune à développer mon intérêt pour les sciences; je dédie ce prix à toutes les jeunes filles qui souhaitent se diriger dans cette voie malgré les préjugés qu’elles doivent parfois braver. Et j’ai une pensée toute particulière pour ma mère, enseignante en maternelle dans une école de filles, qui initie ses jeunes élèves à la science et à la Charte des droits et libertés. Avec elle, j’ai appris qu’une femme peut tout réussir. »

« Avec la carrière à laquelle elle se destine et avec son engagement social, Ella Thomson fait partie de ces femmes qui ont le pouvoir de changer le monde », estime Michèle Thibodeau-DeGuire, qui fut la première diplômée en génie civil de Polytechnique en 1963.

« C’est un bonheur de voir une jeune femme aussi talentueuse et prometteuse qu’Ella Thomson recevoir l’Ordre de la rose blanche », explique Nathalie Provost, diplômée de Polytechnique blessée lors des événements de 1989 et marraine de l’Ordre de la rose blanche. « Ella incarne le rêve de nombreuses jeunes femmes de réussir dans un domaine qui leur a longtemps été peu accessible. Elle leur montre qu’avec de la détermination, tout est possible. »

Rappelons que c’est à l’occasion des activités de commémoration du 25e anniversaire de la tragédie du 6 décembre 1989 à Polytechnique que l’Ordre de la rose blanche a été créé, dans le but de rendre hommage aux victimes de ce drame. Cette bourse vise à reconnaître l’importance que Polytechnique accorde à la contribution des femmes au génie, mais surtout à valoriser et à encourager une jeune femme qui se distingue dans ce domaine et représente à ce titre un modèle pour les femmes attirées par l’univers scientifique et technologique.

Le comité de sélection de l’Ordre de la rose blanche a été présidé par Michèle Thibodeau-DeGuire. Il réunissait également des personnalités remarquables du monde canadien de l’enseignement supérieur, à savoir :

Cristina Amon, doyenne de la Faculté de science appliquée et de génie, Université de Toronto
Elizabeth Cannon, présidente et vice-chancelière, Université de Calgary
Kevin J. Deluzio, doyen de la Faculté de génie et des sciences appliquées, Université Queen’s
Patrik Doucet, doyen de la Faculté de génie, Université de Sherbrooke
Suzanne Fortier, principale et vice-chancelière, Université McGill
Joshua Leon, doyen de la Faculté de génie, Université Dalhousie
Thomas Tiedje, doyen de la Faculté de génie, Université de Victoria

De gauche à droite : Valérie Plante, mairesse de Montréal; Nathalie Provost, diplômée de Polytechnique blessée lors de la tragédie de 1989 et ambassadrice de l’Ordre de la rose blanche; Ella Thomson, troisième récipiendaire de l’Ordre de la rose blanche;

De gauche à droite : Valérie Plante, mairesse de Montréal; Nathalie Provost, diplômée de Polytechnique blessée lors de la tragédie de 1989 et ambassadrice de l’Ordre de la rose blanche; Ella Thomson, troisième récipiendaire de l’Ordre de la rose blanche; Michèle Thibodeau-DeGuire, principale et présidente du Conseil de Polytechnique et présidente du jury de l’Ordre de la rose blanche; François Bertrand, directeur général par intérim de Polytechnique Montréal.

 

En savoir plus

Site de l'Ordre de la rose blanche

 

À lire aussi

NOUVELLES |  5 décembre 2016
Liane Bernstein : deuxième lauréate de l’Ordre de la rose blanche  |  Lire
NOUVELLES |  25 novembre 2015
Tara Gholami: première récipiendaire de la bourse de l’Ordre de la rose blanche  |  Lire
NOUVELLES |  28 novembre 2017
Faire fleurir l'avenir : quatrième édition de la Semaine de la rose blanche  |  Lire