Carrefour de l'actualité

Vous êtes ici

Le Robin des Bois des technologies

Engagement social

Par Sophie Beauregard
18 mai 2017 - Source : Magazine Poly  | VersionPDFdisponible (Printemps 2017)

Créer des solutions technologiques destinées aux travailleurs humanitaires qui oeuvrent en situation de crise lors de catastrophes naturelles, voilà l’un des projets auquel travaille David St-Onge, stagiaire postdoctoral au MIST Lab. Habité par le feu sacré, ce Robin des Bois veut démocratiser les technologies afin de les rendre plus accessibles à des utilisateurs non experts qui interviennent dans des milieux où elles sont traditionnellement peu présentes.

Collaboration avec Solutions Humanitas

David St-Onge s’est joint à l’équipe de Solutions Humanitas, une organisation qui souhaite développer des solutions logicielles mobiles permettant aux travailleurs humanitaires d’acquérir une meilleure connaissance du terrain en situation d’urgence, de mieux organiser leurs efforts et de sauver davantage de vies. Cette collaboration entre le jeune ingénieur engagé et l’entreprise s’est concrétisée grâce à une subvention du Mitacs et à la supervision du professeur Giovanni Beltrame, du Département de génie informatique et de génie logiciel de Polytechnique Montréal.

À titre d’ingénieur chez Solutions Humanitas, David met à profit son expertise en comportement des drones qui viendront soutenir les solutions développées, dans le but d’améliorer les communications entre les intervenants sur le terrain et de produire une cartographie aérienne des zones sinistrées. Les technologies permettront aussi de fournir des images 3D du site de la catastrophe et des structures endommagées afin d’évaluer la dangerosité des lieux et de sécuriser l’intervention des travailleurs humanitaires. Enfin, elles rendront même possible le transport de médicaments. David contribue de façon unique à ce projet en développant une interface intuitive pour contrôler à distance un essaim de drones à partir d’une application installée sur un téléphone intelligent ou sur une tablette.

Fasciné par l’interaction humain-robot

« Il est rare que les compétences des ingénieurs soient requises dans le domaine de l’humanitaire et il est très motivant de travailler à un projet qui peut faire une différence significative », confie l’ingénieur conscientisé.

David St-Onge a choisi de participer à ce projet, séduit par le défi et l’idée de développer des technologies complexes qui pourraient facilement être utilisées par des intervenants qui n’ont ni les connaissances approfondies pour les déployer, ni le temps d’être formés, tout en permettant d’assurer la pérennité de cette expertise au sein de leur organisme. « L’interaction entre les humains et les robots est fascinante et peut prendre une dimension importante dans un contexte d’intervention et d’entraide », ajoute-t-il.

Ce passionné au parcours peu conventionnel a choisi de faire des études en génie après avoir eu un véritable coup de coeur en visionnant un documentaire sur le Cirque du Soleil, dans lequel on pouvait voir un gréement, une structure complexe destinée aux acrobates. « Au cégep, je m’impliquais beaucoup dans des productions théâtrales et j’ai hésité à m’orienter en arts de la scène, en médecine ou en génie, mais j’étais bon en mathématiques et en sciences », laisse-t-il tomber.

Ainsi, après un baccalauréat en génie mécanique, il a décroché une maîtrise en gestion, puis une maîtrise et un doctorat en robotique. David a travaillé auprès d’artistes visuels, une autre clientèle qui ne côtoie pas les technologies au quotidien, en mettant au point une structure de robot volant. Il est aussi bénévole auprès de jeunes du secondaire dans le cadre de la compétition annuelle First Robotics, commanditée entre autres par la NASA. Engagé, passionné et passionnant, David St-Onge poursuit vraisemblablement l’oeuvre de Robin des Bois en redistribuant les technologies aux moins nantis d’aujourd’hui !

À lire aussi

NOUVELLES |  1 septembre 2016
Robotique aérienne: Elikos - toujours premier en Amérique du Nord !  |  Lire
NOUVELLES |  23 mars 2015
CS Games 2015 : les deux équipes de Polytechnique terminent au 2e et 4e rang du classement général  |  Lire