Carrefour de l'actualité

Vous êtes ici

Des ressources rentables pour les municipalités

Grand dossier : du génie dans nos poubelles

Par Catherine Florès
6 juin 2017 - Source : Magazine Poly  | VersionPDFdisponible (Printemps 2017)

Circularité de la gestion des matières résiduelles

Stratégie de gestion des matières résiduelles soutenue par la recherche

Robert LegrosRobert Legros, professeur au Département de génie chimique et titulaire de la Chaire de recherche sur la valorisation des matières résiduelles inaugurée en ce mois de juin, évoque le changement de vision qui s’est opéré au cours du dernier siècle concernant le traitement des déchets produits par les activités humaines : « On est passé tout d’abord d’une volonté hygiéniste, portant à mettre avant tout hors de vue les déchets, sans égard aux façons de les éliminer, à la volonté de rentabiliser économiquement les déchets par la valorisation des ressources matérielles qu’ils contiennent et, éventuellement la valorisation énergétique des fractions restantes, entre autre dans des secteurs industriels énergivores pour complémenter, voir remplacer, l’usage de combustibles fossiles. Aujourd’hui, alors que les sources de matières premières s’amenuisent et que la transition vers des énergies renouvelables est en cours, nous sommes entrés dans un nouveau paradigme, celui de la rentabilité des ressources. On veut exploiter au maximum les matières résiduelles contenues dans les déchets. »

La Chaire en valorisation des matières résiduelles aide les décideurs publics à optimiser leurs stratégies de gestion et de valorisation des ordures ménagères et des matières organiques. Elle promeut une stratégie de gestion des matières résiduelles qui s’appuie sur le modèle 3RV-e. Ce dernier priorise les actions dans cet ordre : réduction de la production de déchets, réemploi, recyclage, valorisation et, enfin, élimination.

« La réduction à la source est la meilleure méthode. Sa réalisation nécessite la participation active du citoyen, dont la consommation a un impact direct sur la production de déchets », souligne le Pr Legros. « Par ailleurs, le processus de recyclage est assez bien implanté, même s’il est possible de récupérer davantage de produits recyclables. Le citoyen a encore un rôle important à jouer à cette étape. Mais les plus grands défis demeurent surtout dans la récupération et le traitement des matières organiques, ainsi que dans la valorisation des ordures ménagères, de façon à n’enfouir que le résidu ultime. »

Différents types de valorisations sont étudiés par les chercheurs : la valorisation matière, consistant au recyclage, la valorisation organique (compostage et biométhanisation) et la valorisation énergétique, consistant à soumettre les matières résiduelles à un traitement thermique afin de produire de l’énergie utile.

Les interventions de la chaire vont de la caractérisation la plus précise possible des matières résiduelles au développement de méthodes et de procédés innovants pour le tri et la valorisation des matières, ainsi qu’à l’analyse des impacts environnementaux et sociaux des procédés. Elle réalise des évaluations multicritères indépendantes dont les municipalités ont besoin pour produire leur Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR). Les partenaires actuels de la Chaire, la Ville de Montréal et la Ville de Laval, ainsi que Recyc-Québec, pourront utiliser les résultats afin d’évoluer vers une gestion durable des matières résiduelles. Plusieurs autres municipalités se préparent aussi à devenir partenaires de la Chaire.

Retombées économiques de la gestion des résidus solides municipaux

La gestion des résidus solides municipaux, qui comprend les résidus provenant des secteurs commercial et résidentiel, représentera un marché mondial d’environ 297 milliards de dollars en 2020, soit une croissance annuelle moyenne de 9,2 % depuis 2013 (Source : IEDDEC, 2015).

Au Québec, une étude récente d’Écotech Québec, la grappe des technologies propres, prévoit qu’une trentaine de projets de valorisation de 100 000 tonnes de matières résiduelles pourraient être développés et mis sur pied dans les prochaines années.

À lire aussi

Magazine Poly |  3 juin 2017
Du génie dans nos poubelles  |  Lire
Magazine Poly |  7 juin 2017
Valider les meilleurs scénarios du recyclage  |  Lire
Magazine Poly |  7 juin 2017
S’inspirer de la nature pour inventer les meilleurs procédés innovants  |  Lire